Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LE CLIMAT DÉLÉTÈRE DANS LEQUEL EST ENTRÉ LE QUINQUENNAT

Par François Marcilhac 

3466611312.jpgLe climat délétère dans lequel est entré le quinquennat d’Emmanuel Macron ne semble pas près de se dissiper, même si, à l’heure où nous écrivons, les sondages semblent lui être moins défavorables.

C’est évidemment dû à cette partie fluctuante de l’opinion qui ne se détermine que sur l’apparence. C’est malheureusement elle qui décide du résultat des élections, par sa frilosité (voter contre les candidats extrémistes), voire sa passivité (s’abstenir) : c’est en ce sens-là aussi, que le suffrage universel est conservateur. Prête à soutenir, de loin s’entend, les gilets jaunes dans un premier temps, pour recueillir les fruits de leur action, chose faite, ou à peu près, en matière de pouvoir d’achat – les mesurettes de Macron de décembre dernier –, elle préfère tourner la page.

emmanuel-macron_5_0.jpgLes citoyens actifs sont peu nombreux. Et il est normal qu’il en soit ainsi. Tous les citoyens n’ont pas vocation à faire de la politique, du moins au plan national, ou n’ont pas le caractère assez trempé pour manifester, ou, tout simplement, la possibilité matérielle de le faire. On doit même se féliciter d’une mobilisation aussi durable, même s’il est normal qu’elle s’essouffle. Il y a de l’abnégation chez les Gilets jaunes, d’autant qu’ils ont à faire face à une oligarchie impitoyable, qui a rompu avec l’État de droit, car elle sait, mieux encore que les Gilets jaunes eux-mêmes, que ce mouvement la condamne sans appel. C’est pourquoi elle a si peur et ne lâchera rien, bien sûr, ni sur les plans économique et financier, ni sur celui de l’Europe, ni sur celui de la transformation sociale et sociétale de notre pays, tout simplement parce que tout se tient.

Emmanuel-Macron-a-l-Arc-de-Triomphe-apres-les-violences.jpgC’est l’oligarchie qui a désigné l’ennemi, dans sa diversité, mais par-delà ses contradictions, en accusant aussitôt les gilets jaunes d’homophobie, après avoir fait de même de la Manif pour tous en 2013. Par-delà les contradictions sociales, qui interdisent encore toute convergence des luttes, il n’y a pas de solution de continuité de la Manif pour tous aux gilets jaunes... Comme si le sociétal était le marqueur de cette oligarchie, ce qu’il est, en fait.

Car la PMA pour toutes, avant la GPA pour tous, comme la tentative de supprimer les mots père et mère des formulaires scolaires, disent la vérité de la déconstruction mondialiste de notre société, que le gilet jaune, qu’une Église devenue élitiste a repoussé, comme le bourgeois encore catholique, refusent d’un même élan, celui d’une loi naturelle encore ancrée en eux, comme l’expression du bon sens, tout simplement – c’est en ce sens-là aussi que le suffrage universel était conservateur et ne l’est peut-être plus : le bon sens est aujourd’hui devenu un délit.

4597967lpw-4598702-article-bercy-sapin-eckert-macron-jpg_3650828_660x281.jpgComme nous l’écrivions déjà en 2013, fustigeant la frilosité de Marine Le Pen à soutenir la Manif pour tous au nom de sa priorité sociale, celui qui n’avait pas encore revêtu un gilet jaune pour défendre sa dignité n’a pas envie que sa fille soit condamnée, un jour, à louer son ventre pour manger. Tout se tient. Mais qui le sait ? Le militant de la Manif pour tous, par sa culture démocrate-chrétienne et, souvent ce qu’il croit être son intérêt, est évidemment pro-européen et appartient, de manière contradictoire, au camp progressiste et mondialiste, tout en en récusant les conséquences au plan sociétal. Le Gilet jaune est objectivement, voire consciemment eurosceptique : d’où sa criminalisation par l’élite. D’où, aussi, le recours décomplexé au complotisme par l’État, relayé par la grande presse, la loi sur les fake news et une campagne européenne qui s’annonce sous haute surveillance. Il n’est pas certain, toutefois, qu’abreuvé depuis la maternelle des bienfaits de l’Europe, le Gilet jaune ose aller jusque-là : désigner la prison des peuples comme l’ennemi immédiat.

On croit souvent que l’événement décide de tout : or il ne décide de tout que lorsque qu’une minorité suffisamment éclairée de citoyens peut lui donner l’inflexion nécessaire, au moment opportun. Éclairer le choix de nos concitoyens pour y participer activement, telle est notre raison d’être.   

Commentaires

  • On ne fait pas la révolution avec des pousseurs de poussettes. Il serait peut-être temps d'oublier un peu la Manif pour tous et de repartir sur du neuf. Remacher les ratés est-ce utile ? Sinon article intéressant, pro, bien écrit, etc. Mais la MPT basta.

Écrire un commentaire

Optionnel