Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nietzsche par temps bleu [6]

Par Rémi Hugues

images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous suivrons ce chemin au fil des prochains jours. Bonne lecture !  LFAR    

Photo.png

Culture ou barbarie   

Nietzsche se montre de surcroît lucide en écartant dʼun revers de main le mythe du progrès.

La science peut aussi bien être « lʼennemie de la vie » (p. 201), comme lʼaffirment ceux qui tiennent le discours apocalyptique suivant lequel lʼamélioration des connaissances scientifiques et de la technique qui en découle amènera à la destruction de lʼhumanité par elle-même. Lʼexistence de la bombe atomique rend ces personnes-là plus que crédibles. Dans Aurore (fragment posthume), Nietzsche sʼécrie : « Un âge de barbarie commence, les sciences se mettront à son service ! » (cité p. 201) 

Culture ou barbarie 

Deux voies sʼouvrent pour lʼhumanité du temps de Nietzsche, qui se trouve donc à la croisée des chemins. Ce temps est marqué par le primat du scientisme, le règne de la science. Soit la voie de la culture, soit la voie de la barbarie, comme il le souligne dans Considérations inactuelles : « Dʼoù vient, où va, à quoi sert la science si elle nʼaboutit pas à la culture ? Serait-ce à la barbarie ? » (cité p. 178)

À la différence des modernes stricto sensu, Nietzsche ne croit pas que lʼhistoire est écrite dʼavance. Le paradis terrestre quʼils annoncent est pour lui de lʼordre du possible mais pas du certain. Nietzsche « ne cesse de rappeler que lʼavenir nʼest pas joué et quʼil appartient à lʼhomme de donner un sens à un processus historique qui en soi nʼen a aucun » (p. 211), explique Granarolo. Dʼaprès son maître, lʼavènement dʼun âge de la barbarie correspondrait à la régression de lʼhomme, qui redeviendrait un singe évoluant dans un monde comparable à une jungle, cʼest-à-dire sauvage et impitoyable.

Humaintrophumain.pngOr dans Humain, trop humain il envisage cette funeste fin pour mieux lʼéviter, quand il écrit que « cʼest justement parce que nous pouvons envisager cette perspective que nous serons peut-être en état de parer à un tel aboutissement de lʼavenir » (cité pp. 211-2).

Utopia.jpgCet avenir radieux qui lʼenchante, cet âge de la culture fort désirable, ressemble beaucoup à lʼunivers imaginé par Thomas More dans Utopia (1516), lequel inspira lʼEldorado, où des fontaines sourd un délicieux sirop et où le sol regorge dʼor et de moult autres pierres précieuses. Ce pays du luxe et de lʼabondance a été imaginé par Voltaire dans Candide (1759).

JohnLocke.jpgNietzsche était justement un grand admirateur de Voltaire, à qui il dédia Humain, trop humain. Cet extrait dʼAurore (fragment posthume) est une profession de foi nietzschéenne en faveur de la pensée progressiste, que Voltaire découvrit durant ses années dʼexil en Angleterre, auprès des Henri Bolingbroke, John Locke (Photo), Alexander Pope et Jonathan Swift, et quʼil exprima dans Le Mondain (1736) :

« Au cours du prochain siècle, lʼhumanité accumulera peut-être par la domination de la nature plus de force quʼelle nʼen peut consommer, et il y aura alors chez les hommes une nuance de luxe dont nous ne pouvons avoir aucune idée aujourdʼhui. » (cité p. 178) Mais cela ne signifie pas que Nietzsche se serait rallié au courant dominant du progressisme, pour qui le nouvel Éden ne saurait quʼêtre intrinsèquement cosmopolitique, autrement dit sans frontières. Granarolo précise que Nietzsche nʼaurait pas soutenu le globalisme, sʼappuyant sur des passages où son maître « met en évidence que lʼunification technologique et commerciale de la planète pourrait prendre la forme dʼune effrayante uniformisation » (p. 178). 

Un art nietzschéen 

Lʼœuvre multiforme et polycéphale de Nietzsche a pu ainsi être aisément récupérée par les modernistes (ou progressistes), qui ne se sont pas embarrassés des subtilités de sa pensée. Elle a également été une très féconde source dʼinspiration pour les praticiens dʼarts typiquement modernes.

2001lodysseedelespace.jpgQuand le rappeur MHD claironne dans La puissance quʼil nʼa « jamais connu la défaite de son existence », il est quelque peu nietzschéen sans le savoir. Outre le rap, le cinéma, qui a célébré sa pensée par le truchement de lʼun de ses géants, Stanley Kubrick, dont les 2001, lʼOdysée de lʼespace et Eyes Wide Shot sont des films éminemment nietzschéens. Et en France, le film Lʼéternel retour de Jean Delannoy (1943), qui est une adaptation du mythe de Tristan et Iseult, sʼinspire de lʼœuvre de Nietzche, comme lʼa admis Jean Cocteau. Enfin, dans le domaine littéraire, la science-fiction : les grands auteurs du genre font lʼobjet dʼun formidable name dropping de la part de Granarolo, qui donne à son lecteur une profusion dʼidées de romans à dévorer.

Peut-être manque-t-il à sa pléthorique liste le pionnier Cyrano de Bergerac, qui rédigea entre 1657 et 1662 lʼouvrage LʼAutre Monde ou Histoire comique des États et Empires du Soleil, ainsi que Louis Sébastien Mercier dont le livre LʼAn 2440 ou rêve sʼil en fut jamais (1786) imagine le monde du IIIème millénaire. Mais mentionner ces auteurs aurait atténué lʼidée dʼun Nietzsche pionnier du genre. À noter aussi Pierre Boulle, dont le célèbre La Planète des Singes nʼest pas sans rappeler certains passages dʼHumain, trop humain. (À suivre  

A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...

(Cliquer sur l'image)

Couverture_livreM68.png

Écrire un commentaire

Optionnel