UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nietzsche par temps bleu [2]

Par Rémi Hugues

images.jpgÀ l'occasion de la publication du dernier ouvrage du docteur ès Lettres et agrégé de philosophie Philippe Granarolo, intitulé En chemin avec NietzscheRémi Hugues nous propose une suite de huit articles « Nietzsche par temps bleu ». Il s'agit de tenter de nous faire découvrir ou redécouvrir l'essence de la pensée de l'auteur de Naissance de la tragédie.  Nous suivrons ce chemin au fil des prochains jours. Bonne lecture !  LFAR    

Photo.png

Ce n'est pas un philosophe mais un scientifique qui a le plus profondément marqué Nietzsche

Un autre grand mérite de Granarolo, qui, en plus dʼêtre un élu municipal, anime un café philosophique dans le Var, est dʼindiquer quels sont les auteurs qui ont le plus influencé Nietzsche. Et il ressort que ce nʼest pas un philosophe (comme par exemple Schopenhauer, comme on lʼentend souvent) mais un scientifique qui a profondément marqué sa pensée : cet homme cʼest Charles Darwin. 

Charles_Darwin_painting_by_Walter_William_Ouless,_1875.jpgLʼinfluence du darwinisme 

Page 92 Granarolo écrit que la « science du XIXème siècle, et le darwinisme en particulier » libèrent la philosophie. Il reprend ainsi à son compte la « préhistoriographie » actuelle fondée sur la théorie de lʼévolution qui veut que des « milliards dʼannées ont pu conduire de lʼêtre monocellulaire originaire à lʼanimal humain »[1].

La théorie de lʼévolution est le principe – au sens à la fois de point de départ et de pierre angulaire – du nietzschéisme. Notre auteur nous apprend que le « premier texte philosophique écrit par Nietzsche alors quʼil avait à peine dix-sept ans (Fatum et histoire) inscrit ses première intuitions dans le cadre de ce quʼil convient de qualifier dʼévolutionnisme » (p. 104) Selon cette vision des choses la détermination de la nature des êtres vivants est « livrée au jeu du hasard » (p. 104), et non plus à lʼUn omnipotent, omniscient et omniprésent, Dieu.

1280px-Lepas_anserifera.jpgPlus loin, lʼauteur relève ce fragment posthume, que Nietzsche a écrit en 1881 : « Lʼépoque des expérimentations ! Les affirmations de Darwin sont à vérifier – par des expérimentations ! De même la naissance dʼorganismes supérieurs à partir des plus bas. Il faut inaugurer des expérimentation pour plusieurs millénaires ! Éduquer des singes pour en faire des hommes ! » (cité p. 106).

Lʼimportance dans le darwinisme du principe de struggle for life (« lutte pour la vie ») plaît à Nietzsche : « Une formidable cruauté a existé depuis le début de la vie organique, éliminant tout ce qui ʽʽressentaitʼʼ autrement – La science nʼest peut-être quʼun prolongement de ce processus éliminatoire, elle est totalement inconcevable, si elle ne reconnaît pas lʼʽʽhomme normalʼʼ en tant que la ʽʽmesureʼʼ suprême, à maintenir par tous les moyens » (cité p. 109), écrit-il durant cette même année 1881. 

Nietzsche, en sʼécartant du fixisme de lʼanthropologie classique (ou adamisme) – Granarolo précise quʼil craignait une « immobilisation de lʼhumanité » (p. 112) –, a participé à la négation de la nature divine de lʼhomme, à sa désacralisation, et donc à la sécularisation des esprits. « Rien dʼimmuable, et pas la moindre origine transcendante, dans lʼhumain » (p. 112), pour citer lʼécrivain varois.

Fruit de nombreuses mutations, nous, êtres humains, ne serions ainsi quʼun « terme provisoire » (p. 114) – dans le sens de « nouveau-né dans une chaîne biologique de plusieurs milliards dʼannées » (p. 210) – que « lʼhominsation (nous) a séparés des singes. » (p. 130)

Humain-trop-humain.jpgEt Nietzsche dʼaller jusquʼà dire que le singe est non seulement notre ancêtre, mais aussi notre descendant ! Dans Humain, trop humain on peut effectivement lire que « lʼhomme sorti du singe redeviendra singe, sans que personne ne prenne le moindre intérêt à ce bizarre dénouement de la comédie. » (cité p. 151)

De surcroît, dans un fragment posthume rédigé vers 1888-1889 il montre quʼil ne fait pas sienne la thèse du progrès inéluctable de la condition humaine : « Quel type prendra un jour la relève de lʼhumanité ? Mais ce nʼest là quʼidéologie de darwiniste. Comme si une espèce avait jamais été remplacée ! Ce qui mʼintéresse, cʼest le problème de la hiérarchie au sein de lʼespèce humaine, au progrès de laquelle, dʼune manière générale, je ne crois pas, le problème de la hiérarchie entre types humains qui ont toujours existé et qui existeront toujours. » (cité pp. 151-2)

Granarolo admet volontiers lʼinfluence quʼa exercée Darwin dans la pensée de Nietzsche, quand page 210 il évoque les « découvertes biologiques et la théorie évolutionniste : « Darwin a, nul ne lʼignore, profondément marqué la pensée nietzschéenne » (p. 210). Il dit même quʼà certains égards Nietzsche était « profondément darwinien » (p. 114). 

Nietzsche, un darwinien critique 

Cependant il faut nuancer cette assertion car ce dernier reprochait à Darwin de présenter la sélection naturelle comme un processus aboutissant à la pérennité du plus fort, ayant pour effet lʼamélioration nécessaire des espèces. Dans Crépuscule des idoles, Nietzsche note que la vie naturelle régie par lʼimpitoyable loi de la jungle « se termine au détriment des forts, des privilégiés, des heureuses exceptions ! Ce nʼest pas en perfection que croissent les espèces. Les faibles lʼemportent de plus en plus sur les forts. » (cité p. 114)

En considérant que le darwinisme était avant tout un « avatar de lʼhégélianisme » (p. 114), Nietzsche ne négligeait-il pas les origines essentiellement hobbesiennes de la Weltanshauung (ou « conception du monde ») de lʼauteur des Origines des espèces ? Il avait fait état à son élève bâlois Baumgartner de la grande admiration quʼil éprouvait pour Thomas Hobbes, nous indique notre auteur page 64.

800px-Thomas_Hobbes_(portrait).jpgOr le darwinisme se situe dans le droit fil de pensée de lʼauteur du Léviathan. Karl Marx avait relevé ce lien, lorsquʼil écrivait à son ami Friedrich Engels que la théorie de Darwin nʼétait rien d’autre que la « transposition pure et simple du domaine social dans la nature vivante, de la doctrine de Hobbes (Photo) : bellum omnium contra omnes, et de la thèse de la concurrence chère aux économistes bourgeois, associée à la théorie malthusienne de la population. »[2]

Si Nietzsche se détache du darwinisme stricto sensu, il conserve son évolutionnisme qui se rapporte à toutes les espèces dont lʼhomme, ainsi quʼun déterminisme qui sʼaffranchit du providentialisme pour ériger le « hasard heureux »[3] en cause première et décisive.

Et ce darwinisme partiel représente la condition de possibilité de ce concept qui est sans doute le plus célèbre de Nietzsche, celui de Surhomme. Granarolo avance à ce sujet que « lʼévolutionnisme biologique et culturel […] éclaire sa venue. » (p. 67)  (À suivre  

[1]  Il fait référence à A. Giudicelli qui estime que « la vie terrestre a des milliards dʼannées, que la vie de lʼespèce  humaine au moins trois millions dʼannées », p. 111.
[2]  Lettre à Engels (1862), citée par André Pichot, Aux origines des théories raciales, de la Bible à Darwin, Paris, Flammarion, 2008, p. 167.
[3]  Termes que lʼon retrouve dans LʼAntéchrist, cité pp. 114-5.
A lire de Rémi Hugues Mai 68 contre lui-même ...
(Cliquer sur l'image)

Couverture_livreM68.png

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel