Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire • Thierry Maquet : « La Grande Guerre a fait émerger les pays anglo-saxons qui, depuis, dirigent le monde »

 

LAFAUTEAROUSSEAU / ENTRETIEN - Thierry Maquet, historien autodidacte, est spécialisé dans la Première Guerre mondiale, événement qui a marqué profondément et durablement sa région, puisqu'il vit dans les Ardennes. Il développe ici, sur la Grande Guerre des points de vue qui suscitent la réflexion. On n'est pas forcément d'accord sur tout. On peut en débattre. Entretien par Rémi Hugues pour Lafautearousseau 

 

41418405_2225893421021798_8973707314515148800_o.jpgÊtes-vous d'accord avec le philosophe Gustave Thibon lorsqu'il disait que la Grande Guerre a été un suicide collectif de l'Europe ? 

Tout à fait d'accord. C'est également le terme qu'emploie le pape Benoît XV. À quel degré de folie étions-nous arrivés pour qu'un homme de lettres écrivît ceci en détournant le sens des mots religieux : 

« Tous vinrent à Verdun, comme pour y recevoir je ne sais quelle suprême consécration ; comme s’il eût fallu que toutes les provinces de la patrie eussent participé à un sacrifice d’entre les sacrifices de la guerre, particulièrement sanglant et solennel, exposé aux regards universels. Ils semblaient, par la voie sacrée, monter, pour un offertoire sans exemple, à l’autel le plus redoutable que jamais l’homme eût élevé » . Ces mots sont de Paul Valéry. 

Puisque tous les « poilus » sont morts, est-il selon vous toujours légitime de célébrer le 11 novembre ? Que pensez-vous de ceux qui veulent le supprimer en tant que jour férié ? 

J'estime que la Grande Guerre, c'est de l'histoire, à l'égal des guerres et des batailles de 1870, du premier Empire et de l'Ancien Régime, qui, elles ne sont plus célébrées. De plus, avec l'afflux massif de populations extra-européennes qui s'en fichent et la désaffection du public français pour les cérémonies, je pense qu'il ne faut plus célébrer cela, même si mon grand-père paternel y participait. 

De plus, on célèbre là une « horrible boucherie »  (encore un terme utilisé par le pape de l'époque) qui a permis aux francs-maçons et autres universalistes de détruire les dernières monarchies catholiques ou chrétiennes et de dresser la nouvelle tour de Babel, la Société des Nations (S.D.N.) du président Wilson inspirée par le franc-maçon français Léon Bourgeois. 

Diriez-vous que le discours officiel - ou mémoire officielle - sur la Première Guerre mondiale a évolué ces dernières décennies ? 

Si je prends le discours du président Hollande lors du centenaire de la bataille de Verdun: il a confondu l'agresseur et l'agressé en présence de la chancelière allemande. La victoire française de Verdun y a été passée sous silence ; 4 minutes, seulement, sur 15, du discours présidentiel, ont concerné la bataille de 1916 et le reste ne fut qu'apologie de l' « Europe » , du multiculturalisme et de l'immigration. On est loin des dignes et sobres cérémonies de 1966 qui avaient été précédées par une messe célébrée sur le parvis de l'Ossuaire. 

Je profite de la parole qui m'est donnée pour contester formellement les inscriptions ajoutées, en 2016, dans l'Ossuaire de Douaumont en allemand et en français avec les noms de Merkel et Hollande. Quant aux discours du secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants qui sont lus devant chaque monument aux morts de France, ils ne sont que des condamnations des adversaires et encensement de leur Europe et de la multiculturalité. 

Peut-on faire, d'après vous un parallèle entre ce conflit et les guerres napoléoniennes, qui, on le rappelle, ont permis à Nathan Rothschild de devenir le maître incontesté de l'Angleterre ?           

En tout cas, la Grande Guerre a permis l'émergence des pays anglo-saxons qui, depuis, dirigent le monde après avoir empêché une victoire française en 1918, sauvé l'empire allemand,  la république de Weimar étant la continuation en pire de l'empire et renforcé l'œuvre de Bismarck, et ce pour sauver les investissements allemands des banquiers américains d'origine allemande. 

La Première Guerre mondiale n'a-t-elle profité qu'aux marchands de canon ? Peut-on même dire que ces derniers l'ont suscitée ? 

Je dirais que la Grande Guerre a profité, par inertie, aux marchands de canons mais ils n'en sont pas responsables. Ceux qui sont à l'origine de cette guerre sont les francs-maçons français, italiens et serbes. Leur plan était déjà dévoilé le 12 novembre 1882 par le journal L'Univers  : « Les plans de subversion universelle, les projets abominables qui tendent à couvrir l’Europe de ruines et de sang en vue de substituer partout la République aux monarchies, l'idéal matérialiste et révolutionnaire à l'idéal spiritualiste et chrétien, sortent aussi des ateliers et des convents maçonniques. »   

Lors d'une visite à l'abbesse de l'abbaye de Maredret, en Belgique, l'empereur Guillaume II (qui n'était pas franc-maçon) lui dit : « Savez-vous une des grandes causes de la guerre ?  - Non. - Les francs-maçons 

Le franc-maçon René Viviani, qui a été président du Conseil, en 1919 : » Vous croyez avoir fait la guerre, vous n’avez pas fait la guerre, vous avez fait une révolution.»  Comme le Grand Orient de France, en 1918 : « La guerre actuelle est profondément révolutionnaire. Elle prépare un ordre nouveau ». Il y a tant à dire à ce sujet. Les sources sont aisément consultables sur Gallica... 

Et puis il y a la date du 28 juin : jour anniversaire de la naissance de Rousseau, de l'assassinat de l'archiduc autrichien, du premier jour du congrès maçonnique international de Paris, en 1917, et jour de la signature du traité de Versailles. 

Enfin, dernière question, plus politicienne et donc facultative, que pensez-vous du tour de France commémoratif qu'a décidé de faire le président Macron pour célébrer le centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918 ? 

Les censeurs de l'histoire ont parlé ; le « dogme»  historique et mensonger de 1945 doit être respecté et Macron s'incline... 

Même la parole de De Gaulle (« leur » idole...) est niée, lui qui déclarait à Douaumont, en 1966, sous les applaudissements des anciens combattants : «  Si par malheur, en d’autres temps, en l’extrême hiver de sa vie, au milieu d’événements excessifs, l’usure de l’âge mena le maréchal Pétain à des défaillances condamnables, la gloire qu’il acquit à Verdun, qu’il avait acquise à Verdun vingt-cinq ans auparavant et qu’il garda en conduisant ensuite l’armée française à la victoire, ne saurait être contestée, ni méconnue par la patrie. » 

Le même De Gaulle justifiait l'armistice de 1940 devant l'Assemblée consultative, le 15 mai 1945 : « Qu'on imagine ce qu'eût été le développement du conflit, si la force allemande avait pu disposer des possessions françaises d'Afrique. Au contraire, qu'elle fut l'importance de notre Afrique du Nord comme base de départ pour la libération de l'Europe.»  (Journal officiel de la République française. Débats de l'Assemblée consultative provisoire. 15 mai 1945). 

Le général Pétain ne voulait pas l'armistice, en novembre 1918, mais une capitulation allemande signée à Berlin, après une offensive victorieuse prévue le 14 pour encercler les armées allemandes de Belgique.

Lors du drame de 1940, tout le monde politique a jeté (démocratiquement, par la Chambre issue du Front populaire) le pouvoir entre les mains du vieil homme qui ne pouvait rien ajouter à la gloire dont étaient chargées ses épaules. Par patriotisme, par dévouement, par amour de la France et des Français, parce qu'il avait fait ainsi toute sa vie, il a fait don de sa personne d'une façon « christique » alors qu'il était innocent du désastre. Il prenait sur lui le déshonneur et la lâcheté des autres.   

Commentaires

  • Que la grande guerre fut un suicide de l'Europe, ( d'autres l'ont dit dont Lyautey et bien sûr le pape, Zweig en estmort 22 ans après ) préparant la seconde et qu'elle voit depuis son destin basculer au profit des États- Unis semble évident. Remarquons que les États-Unis, qui furent à la fois partie prenante à la première guerre mondiale et s'érigeant ensuite en arbitre au nom de leurs valeurs, l' imposant avec des pertes limitées, a détruit ce qui restait du concert européen ( ne respectant même pas leur engagement) . Arbitre au dessus des lois internationales. .Ne sous estimons pas aussi le poids des idéologies issues de la révolution française et de ses guerres de 22 ans dans cette folle poursuite , qui a contaminé l'Europe ensuite. . Les cent jours planent aussi sur notre histoire en rendant impossible à terme la réconciliation de la France avec son histoire. " La France , soldat de l'idéal "de Clemenceau n' en est que la résurgence . La Franc maçonnerie a certes, là aussi, avancé ses pions notamment en Tchécoslovaquie ( voir l'ouvrage de François Fejtö "Requiem pour empire défunt) mais elle n'est pas l'unique responsable de notre aveuglement.
    Reste un devoir immense de piété pour les combattants qui se sont dévoués à leur pays, à ce qu'ils estimaient leur devoir, qui méritent un hommage filial de notre part et peut être aussi...fraternel, et non cette honteuse récupération . Qu'ils reposent en paix, qu'ils veillent sur nous et que leur sacrifice prenne leur véritable dimension.... spirituelle et non matérialiste ni idolâtre. Je ne suis pas sûr que mettre Maurice Genevoix, qui leur rend hommage au Panthéon, cette église désacralisée, soit vraiment une bonne nouvelle pour cet écrivain attachant. Encore une inversion des signes à signaler!

  • Il y a du Vrai....
    Et commémorer devrait permettre de rappeler les vrais causes...

    Répondre à ce commentaire

  • Bien vu ! Le français était la première langue au monde , et en France on apprenait pas particulièrement l'anglais avant 1914 ;Ll anglais n'est parlé nul part en Europe Continentale c'est bien la preuve du peu d'influence anglo saxone .

  • On ne leur avait pas dit aux soldats français de la Der des ders ! On ne leur avait pas dit pour qu'ils ne se découragent pas ! Ni le front, ni l'arrière ! Depuis la révolution, la France est sacrifiée et les Français condamnés à mort ! Ils ont cru servir leur patrie charnelle, celle de Clovis, de Saint-Louis, de Jeanne d'Arc, de Louis XIV, alors qu'ils ont servi une patrie idéologique, celle des lumières pseuso-philosophique, celle de la franc-maçonnerie. Bref, ils ont servis, sans le savoir, des projets sataniques dont ils n'ont été que les pauvres marionnettes jetées dans le brasier de la perversité inhumaine. Faut-il, pour autant, en oublier le 11 novembre, sous prétexte que cette date commémore "une immonde boucherie" ? C'est vrai que la France a tout perdu, mais c'est vrai depuis 1789 !

  • Que rajouter ?C est hélas vrai .

  • Cette guerre 1914 - 1918 , encore assez proche , à échelle humaine , puisque les uns et les autres peuvent se souvenir de grands parents ou d'arrières grands parents qu'ils ont pu connaitre - à défaut , les endeuillées - , est pourtant devenue difficilement compréhensible hors la mentalité européenne de cette époque , au bord de l ' aventure suicidaire .

    Ce n'est qu'un exemple , mais Stephan Zweig pouvait écrire - avec distanciation - dans " Le Monde d 'Hier " :

    " Elle était merveilleuse , cette vague tonique de force qui, de tous les rivages de l 'Europe , battait contre nos cœurs . Mais ce qui nous rendait si heureux recelait en même temps un danger que nos ne soupçonnions pas . La tempête de fierté et de confiance qui soufflait alors sur l 'Europe charriait aussi des nuages . L' essor avait peut- être été trop rapide . Les Etats , les villes , avaient acquis trop vite leur puissance , et le sentiment de leur force incite toujours les hommes , comme les Etats , à en user ou à en abuser . La France regorgeait de richesses . Mais elle en voulait davantage encore , elle voulait encore une colonie , bien qu ' elle n' eût assez d ' hommes , et de loin , pour peupler les anciennes ; pour le Maroc , on faillit en venir à la guerre . L' Italie voulait la Cyrénaïque , l 'Autriche annexait la Bosnie . La Serbie et la Bulgarie se lançaient contre la Turquie , et l 'Allemagne ,encore tenue à l' écart , serrait les poings pour porter un coup furieux . Partout le sang montait à la tête des Etats , y portant la congestion . La volonté fertile de consolidation intérieure commençait partout , en même temps , comme s ' il s ' agissait d ' une infection bacillaire , à se transformer en désir d expansion . " et-cetera .

Écrire un commentaire

Optionnel