Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

HYPOCRITES !

Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes

 

PAR HILAIRE DE CRÉMIERS

 

1841978860.5.jpgMadame Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes - ne dites pas les hommes et les femmes ! - va, dans peu, déterminer souverainement l'âge auquel une fille peut être censée consentante à un rapport sexuel, ce qui, en conséquence, supprimerait la qualification de viol pour l'acte commis et éventuellement poursuivi. Autrement dit, il s'agit de définir « un seuil de présomption de non-consentement irréfragable pour les mineurs » 1 - « Entre 13 et 15 ans », répond Marlène Schiappa. Eh oui ! Et elle semble, quant à elle, pencher plutôt pour 13 ans ! La dame nous informe qu'un débat démocratique (!) est ouvert sur le sujet, réservé, bien sûr, aux seules instances compétentes où se trouvent impliqués le Haut Conseil à l'égalité, le secrétariat d'État et des parlementaires. C'est là, entre ces experts et ces responsables si évidemment concernés que la décision sera prise. En conséquence, en 2018 sera présenté un projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles et la disposition nouvelle sera incluse dans le texte.


Madame Schiappa a déclaré : « Le Haut Conseil à l'égalité (c'est-à-dire : elle) préconise (!) 13 ans, des parlementaires 15 ans, des experts aussi. Il faut regarder l'âge médian européen (!), l'âge de la maturité affective (!)... »

Si les parlementaires dans ce genre de discussions préconisent 15 ans, c'est qu'il est probable qu'il en est quelques-uns qui ont des filles et - aujourd'hui il faut penser à tout - des garçons qu'ils ne voudraient tout de même pas livrer comme des proies au pansexualisme de la prétendue modernité. Madame Laurence Rossignol, ancienne ministre de l'Enfance (!), des Familles (!) et des Droits des Femmes, aujourd'hui sénatrice PS, a fait, quant à elle, un texte de proposition de loi pour établir « un âge minimum de présomption du consentement sexuel ». Admirable de pruderie, n'est-ce pas ?


Deux décisions de justice récentes viennent déjà confirmer les belles et intéressantes « avancées socié-tales » de nos « progressistes » au pouvoir et constituer une sorte de jurisprudence antérieure à la loi, ce qui laisse penser qu'elle prospérera sur ces heureux boulevards ouverts à une sexualité omnipotente et assumée dans tous ses états.

Tout, tout de suite, le plus jeune comme le plus vieux possible ! C'est le beau monde d'aujourd'hui.

En septembre, le tribunal correctionnel de Pontoise décidait qu'une petite fille de n ans n'avait été victime que « d'atteintes sexuelles » et non de viol par un homme de 28 ans au motif qu'elle aurait manifesté des signes d'acquiescement. Le 7 novembre, la cour d'assises de Seine-et-Marne a estimé qu'il convenait d'acquitter un garçon de 22 ans qui avait entraîné dans un parc et violé une fillette de u ans aux motifs que « les éléments constitutifs du viol » n'étaient pas réunis, que « la contrainte, la menace, la violence et la surprise n'étaient pas établies ». La fille est tombée enceinte et a gardé l'enfant. Ça, c'est du sûr. Le parquet général aurait fait appel de l'arrêt. Encore heureux !

Il est facile d'imaginer le désarroi des deux familles en question et des deux gamines à jamais abîmées ! Mais chacun sait que nos gouvernants ignorent la famille. Il n'est, d'ailleurs, pas question d'interroger les associations familiales sur le sujet. La famille n'existe plus. Nos gouvernants - ce masculin comprend beaucoup de féminins, n'est-ce pas ? - n'ont d'empressement qu'à organiser des sortes de familles parallèles où tout est mêlé, composé, recomposé, unisexe ou plurisexe. Vice, vertu, plus de différence. Le bien, le mal, le vrai, le faux, qu'importe !


Il a fallu que ce soit des associations féministes qui protestent. Mais ces dames feraient bien de réfléchir. À force de « libérer la femme », la voilà, aujourd'hui, sans défense et, en particulier, dans son âge le plus fragile. Alors, pourquoi s'en étonner ? La société paye aujourd'hui les conséquences de toutes les théories idiotes que les gouvernements ont avalisées : la mixité universelle, la sexualité promue dès le plus jeune âge, la négation théorique des genres qui bousille littéralement filles et garçons, le droit de faire n'importe quoi en matière de moeurs, de comportements, de drogues, le fait d'accepter n'importe quelle pratique au nom de la liberté, la pornographie à tout va... Et on se plaint de l'obsession sexuelle ravageuse de la jeunesse et de beaucoup de messieurs qui ne savent plus se tenir ! Les moeurs, la politesse aidaient au maintien d'une société ; elles pouvaient être exquises, raffinées et facilitaient, à tous niveaux, les rapports sociaux. Jules Lemaître dénonçait ceux qui maudissaient les conséquences dont ils chérissent les causes.   

Commentaires

  • Article très utile ; ne pourrait on pas , en même temps , rappeler qu' en 2005 , l'âge minimum pour se marier - qui était de 15 ans , pour les filles ( 18 ans pour les garçons ) , depuis 1804 - est passée à 18 ans à l'initiative de ... l' UMP .
    Finalement , pour les lois " sociétales " UMP ( LR ) et PS se complètent aussi bien que les flambeaux sur la tablette de la cheminée avec au centre , LREM comme pendule . Parfaite harmonie , le bon gout à défaut des bonnes mœurs .

  • Balance ton corps, balance ton porc, le viol n'existe plus pour les enfants de 11 ans ,mais les personnes qui ont bien profité de la promotion canapé mais ont des démangeaisons de conscience opportunes 10ans après appellent au harcèlement sexuel ou autre et réclament du sang: elle n'est pas belle la vie?

Écrire un commentaire

Optionnel