Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Emmanuel Macron, le chantre de la société des individus

 

Par 

 

XVMb1a0a3cc-c313-11e7-b1f9-8e8a8cad8fcc-100x166.jpgMélenchon déprimé, Le Pen démonétisée, Wauquiez vilipendé, des socialistes cornérisés, tout se passe comme si «les sanglots longs des violons de l'Automne «avaient pétrifié toutes les formes d'opposition politique dans ce pays. 

On envisageait la rue ? Celle-ci, nonobstant quelques mobilisations sporadiques, est restée calme.

On envisageait des transports bloqués ? Rien n'est venu paralyser le pays, ni les routiers, encore moins les cheminots.

D'aucuns suggèrent un mouvement étudiant, mais le mot de « sélection » , épouvantail totémique de bien des gouvernements, parait désormais accepté par une majorité de français et ne plus effrayer les jeunes entrants à l'Université.

Force est de constater qu'avec sa ligne assumée, son usage des symboles de l'autorité, de la distance, du surplomb, et une communication de tous les instants, dosée entre la verticalité de la fonction et la proximité de la personne, le président de la République a pour l'instant déminé une rentrée qui lui permet de décliner sans trop d'encombres un programme que les électeurs n'ont même pas plébiscité, optant plus par défaut que par adhésion pour le marcheur.

Le paradoxe veut que les Français aient choisi Macron et non le macronisme. Mais ce faisant , c'est bien le macronisme, quintessence des bourgeoisies de droite et de gauche enfin fédérées, qui applique sa politique dans les veines profondes du pays.

Toute la question consiste à comprendre comment Macron est devenu en cet automne « le point de coordination tacite » ou s'agrègent les bourgeoisies et où se diluent et s'effilochent, pour l'instant, les élans protestataires en autant de mouvements velléitaires.

L'essence du macronisme repose sur trois piliers qui, à ce stade, contribuent à sa stabilité automnale.

Le style d'abord de son leader qui a fait de l'apparence, plus que ses prédécesseurs, la vitrine de sa politique.

Macron rassure les bourgeois. Il les consolide dans cette croyance que gouverner c'est aussi obéir à des codes, à des usages, c'est-à-dire à une épure qui avait été quelque peu malmenée ces deux derniers quinquennats. Le bourgeois a reproduit de l'aristocratie de cour l'exigence de l'étiquette et du respect des formes. Il se déploie dans un « entre soi » où le regard jauge, évalue, contrôle.

Macron récite l'histoire d'une bourgeoisie éclairée, sûre de son fait, déterminée à ne pas se laisser déposséder du pouvoir; il en incarne la posture, plus gentilhomme parfois que bourgeois, mais aussi trivialement bourgeois quand il laisse transparaître son agacement lorsque l'on proteste un peu bruyamment contre sa politique. C'est un fait que le bourgeois n'aime pas « le bordel ». Le désordre l'offusque et Macron sait parfaitement mettre en scène son indignation.

Mieux : il décomplexe le bourgeois qui ne doit pas avoir honte de son statut, y compris dans le face-à-face avec le « populo ». Il n'hésite pas à dire au chômeur de « bosser » « pour se payer un costume » , et il n'est pas « le père Noël » quand il débarque à Cayenne, dans cette Guyane où le taux de chômage atteint 20 %.

Macron libère les consciences embourgeoisées, les réinstalle dans le confort de leur morale et de leur vision du monde. Il est tout à la fois le héros et le héraut d'une révolution, non pas conservatrice, mais bourgeoise. Il restaure l'habitus de la bourgeoisie dans une société où l'envie, la frustration, le ressentiment constituent de puissants moteurs politiques.

Et c'est là le deuxième facteur de l'apaisement apparent dont semble bénéficier le macronisme en ce début de mandat. Il martèle une conception de la société dont le leitmotiv, à la manière d'un Guizot exhortant les Français du XIXème siècle à s'enrichir par le travail et par l'épargne, consiste à les enjoindre de réussir.

« Réussissez » clame Macron ; et surtout exige-t-il de ses concitoyens de renoncer à toute forme de jalousie à l'encontre de la réussite de leur voisin. Ainsi propose-t-il de rompre avec une culture de la culpabilisation du succès, vieil héritage catholique d'un pays laïque dont l'inconscient religieux ne cesse de se manifester, y compris parfois parmi les plus hostiles à la religion !

Macron est ce président qui incite chacun d'entre nous à procéder sur terre à son salut. Il est le chantre de « la société des individus » pour reprendre le titre d'un ouvrage de Norbert Elias. Cet engagement, répété implicitement ou explicitement, constitue le fil rouge de la doxa macroniste. Il contredit existentiellement toute une sensibilité égalitaire, sidère par son caractère assumé et, prenant à contre-pied une société lassée des mobilisations catégorielles, impose son culot en flattant aussi l'individualisme, cette autre dimension de la sociologie française ...

La communication du président théorise le mouvement - « En Marche »; illustre celui-ci en suggérant l'exemple de Macron comme modèle de réussite individuelle - les initiales du président « E M » rappellent cette convergence entre le slogan et le leader ; reproduit à satiété ce que le publicitaire Rosser Reeves conceptualisa au milieu du siècle dernier dans la notion de « Unique selling proposition » «ou « proposition unique de vente ».

Toute la philosophie politique du macronisme vise à promouvoir l'individu, l'individuel, l'individualisme comme moteur de la cohésion sociale. De quoi s'agit-il au fond si ce n'est, au prix d'un raisonnement où le sophisme le dispute à une vision trivialement mathématique du social, de considérer que la somme des réussites individuelles est ce qui soude et fait sens pour la société ... C'est ce parti pris, philosophiquement libéral, que le jeune président promeut à un moment de grande fatigue collective.

Bourgeoise, individualiste, la politique du jeune chef de l'Etat s'accompagne d'une pratique du pouvoir dont la discrétion frôle la méfiance et l'obsession du secret. Réalité que confirme, entre autres, la clause de confidentialité que vient de faire signer à ses collaborateurs le président ...

À l'instar d'Auguste Comte qui observait que l' « on ne rentre pas dans les cuisines de la science » , Emmanuel Macron exige du pouvoir qu'il se fabrique dans le silence et la pénombre.

C'est là le troisième pilier de la foi macroniste. Pas de dévoilement inutile : un rideau s'interpose entre la société et le Prince, quand bien même celui-ci orchestrerait avec une régularité de métronome sa présence au monde. La communication du président explicite des valeurs mais conserve cette énigme qui incite à s'interroger, à susciter une fascination implicite par le non-dit qu'elle suggère.

Communiquer, c'est aussi savoir se taire et ne pas montrer. Le bourgeois est un individu secret . Par nature, par conviction et par intérêt. La métaphore du moment en quelque sorte mais qui ne constitue pas pour autant la vérité de demain.

L'opinion n'est pas domestiquée, ni conquise ; elle attend. C'est l'expectative d'abord qui se lit dans le regard des Français ...  

Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne, coauteur de Communiquer, c'est vivre (entretiens avec Dominique Wolton, éd. Cherche-Midi, 2016), et auteur de La fin de la Com' (éditions du Cerf, 2017).

Commentaires

  • Ce qui se lit aussi dans leur regard est l'abattement
    Tres bonne analyse et je double ma réponse parce qu'elle semble ne pas s'enregistrer et que je tiens à mettre en discussion cette sensation qui m'est toute personnelle d'une dictature larvée .
    Je ne pense pas seulement au " politiquement correct" mais à l'orientation des medias et une fâcheuse tendance à rabaisser une partie des plus faibles en les catégorisant " sans dents illetrés ou fainéants " qui est propre à leur insuffler la révolte plutôt que la moindre envie de changement.
    Le petit "trader" chanceux qui nous gouverne oublie qu'il représente tout le monde et qu'il a beaucoup à en rapprendre.

Écrire un commentaire

Optionnel