Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce soir du 11 novembre à Paris : Hommage aux royalistes engagés, soldats en 14 et premiers résistants en 40 !

 

Venez avec l'Action Française rendre hommage aux royalistes engagés dans les deux guerres mondiales et commémorer les manifestations du 11 novembre 1940 contre l'occupation allemande à Paris. Vous participerez nombreux à cet hommage ce samedi 11 novembre à 19 h 30 en haut des Champs-Elysées côté pair.

Le 11 novembre est traditionnellement la date d'une double commémoration pour l'Action française.

D'une part, elle marque le souvenir de l'armistice du 11 novembre 1918 et des camelots du roi tombés au champ d'honneur lors de la Grande Guerre.

D'autre part, elle est l'occasion d'un hommage aux lycéens et aux étudiants du 11 novembre 1940 qui défièrent l'envahisseur allemand en défilant malgré l'interdit de célébrer la victoire de 1918. Entraînés par la Corpo de Droit (alors sous influence royaliste), plusieurs milliers de manifestants (parmi lesquels se trouvaient Alain Griotteray ou Roger Nimier) marchèrent sur la place de l’Étoile, convergeant vers la tombe du Soldat Inconnu. 155 d’entre eux furent incarcérés.  •

Commentaires

  • Tout à fait d'accord avec votre article mais vous avez oublié que les étudiants en perticulier défilaient en portant 2 grandes gaules de bois.....

  • Les royalistes qui se sont engagés dans la Résistance dès 1940 omme Daniel Cordier l'ont fait sur leur seul sentiment patriotique mais en désobéissant à juste titre au "maître" Maurras. Ils ont sauvé l'honneur des royalistes.

  • Cette conception univoque de l'honneur est nulle. Le maitre, comme dit Cording, n'avait pas interdit à Jacques Maurras, son propre neveu, d'être parmi les résistants. Et tant d'autres. Tous ceux qui s'engagèrent dans l'autre camp, malgré l'interdiction de l'AF, ne furent pas tous des salauds. Ils se retrouvèrent souvent pendant et après la guerre. 70 ans après ces événements, le simplisme n'est plus de mise. Il est trop facile a posteriori de flétrir les vaincus.

  • Maurras, en soutenant le régime du maréchal Pétain jusqu'au bout a discrédité la cause monarchique et royale. La meilleure preuve en a été la condamnation de l'Action française par le Comte de Paris en 1938 parce que l'AF prétendait à elle seule incarner et indiquer la seule possibilité monarchique et royale alors que la monarchie royale est un principe d'un homme et d'une famille au service du pays dans une dynamique historique qui ne doit pas être prédéterminée.

    C'était à cette époque un vieux monsieur sourd et aveugle prisonnier d'une vision très IIIè République dès origine, dans un monde qui était déjà en train de changer.

  • Maurras, aveugle? Première nouvelle! Il est paradoxal, pour illustrer le discrédit de Maurras soutenant le Maréchal Pétain en 1940, de mentionner la "condamnation" de Maurras par le Comte de Paris en 1938. Ces propos sont simplistes et anachroniques. En 1940, l'immense majorité des français soutenaient la légitimité du maréchal Pétain. Il faut réfléchir à ce qui se serait passé si aucun armistice n'avait été signé. Il est probable que le sort de la guerre en eût été changé. L'Espagne serait sans doute entrée dans la guerre, car en juin 40, le pouvoir de Franco n'était pas encore très établi. Le Maghreb n'aurait pu être une base de départ pour la I° Armée. Cessons de lancer des anathèmes sur le passé.

  • Merci à Antiquus ! Oui, cessons de lancer des anathèmes sur le passé.

Écrire un commentaire

Optionnel