Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'armée espagnole fait mouvement vers la Catalogne

 

Par Javier Portella

En dehors de ce que nous avons écrit nous-mêmes sur le sujet, nous avons suivi les désormais gravissimes événements de Catalogne, à travers les articles compétents et autorises de Javier Portella, parus dans Boulevard Voltaire. Nous continuons aujourd'hui à le suivre en parfaite communion d'idées [Boulevard Voltaire, 5.10] sans savoir de quoi l'actualité d'Outre-Pyrénées aura été faite à l'heure où ces lignes paraîtront.  LFAR

 

77dae4cee53d71a6de676a118bdb1379.jpeg.jpgUne vingtaine de camions de l’armée de terre sont partis hier soir d’une base militaire près de Saragosse (Aragon) pour Barcelone, où ils sont arrivés ce matin à l’aube. Il s’agit, certes, de camions de logistique destinés à appuyer les forces de la police et de la Guardia Civil (équivalent de la gendarmerie), le matériel lourd emmagasiné dans les casernes catalanes devant suffire amplement. C’est, de toute façon, un signe et un premier pas vers un affrontement qui apparaît de plus en plus comme inévitable face à l’entêtement des sécessionnistes qui ne seraient prêts à parler que d’une seule chose : des conditions de la reddition de l’Espagne face à leurs exigences d’indépendance.

Mais ils oublient que, pour que l’ennemi se rende, il faut d’abord avoir gagné la guerre. La vraie : non pas la guerre de propagande, qu’ils ont certes gagnée avec la pantalonnade du faux référendum de dimanche et les erreurs et bêtises commises par Rajoy. Quant à la guerre pour de vrai, les sécessionnistes disposent certes de 17.000 Mossos d’Esquadra (la police autonome). Mais c’est tout. Donc…

Mardi soir, le roi a enfin parlé. Il s’est adressé à la nation dans une allocution empreinte du langage diplomatique propre à un monarque, mais suffisamment plein de clarté et de fermeté pour que tout le monde ait compris le message. L’essentiel a tenu en deux phrases : l’une présente, l’autre absente. La phrase que Philippe VI n’a pas prononcée, c’est quelque chose dans le genre « Ouvrir la voie à des négociations avec les rebelles », des négociations qui, comme je le disais, ne pourraient concerner que les conditions de reddition – quelque chose qui était encore présent (« dialogue » fut le mot employé) dans le message prononcé par le timoré Rajoy dimanche soir. La phrase que, par contre, le roi a bel et bien prononcée, c’est « La déloyauté inadmissible de la part du gouvernement de la Generalitat », avec l’avertissement sous-jacent : si vous continuez sur cette voie, l’article 155 de la Constitution sera appliqué (article qui prévoit la suspension de l’autonomie d’une région). 

De l’autre côté, il semble clair que le gouvernement séditieux s’apprête à proclamer formellement, lundi prochain, la République indépendante de Catalogne. Il s’agit de savoir maintenant si le gouvernement de l’Espagne attendra ce moment pour appliquer l’article 155 et arrêter les chefs de la sédition (pour l’instant, le chef de la police autonome a déjà été mis sous examen par le juge d’instruction) ou s’il prendra déjà de telles mesures d’ici à lundi. 

Mais la question essentielle n’est pas là. La grande question est : comment les séditieux vont-ils réagir ? Que vont-ils faire, puisqu’il est exclu qu’ils se laissent tout simplement faire ? Ou, pour le dire autrement, ne disposant pas de forces militaires, iront-ils jusqu’à envoyer des manifestants se faire tuer devant les chars ? Espérons et prions pour que leur folie et leurs outrances n’arrivent pas jusque-là.

Post-scriptum : j’apprends à l’instant, de sources très sérieuses – les événements se précipitent comme un tourbillon –, l’existence d’un mécontentement de plus en plus grand au sein de l’armée. Il s’exprimerait notamment à travers une organisation regroupant des militaires haut gradés qui a pour nom Alerta. Mais tout cela reste à confirmer. 

Écrivain et journaliste espagnol

 

A lire dans Lafautearousseau ...

En deux mots : Barcelone : « No tinc por »

Le paradoxe de la Catalogne, identitaire et ... remplaciste

Catalogne : Mariano Rajoy deviendra-t-il Mariano Kerenski ?

Commentaires

  • Comme l'a bien montré Jacques Bainville Robespierre et les révolutionnaires ne savaient pas vraiment où ils allaient en 92/93, mais, idéologues jusqu'au bout, ils savaient qu'il fallait créer l'irréparable pour éviter tout "retour en arrière" (!). Aussi Robespierre brandit-il la tête du roi à la face du monde... Aujourd'hui, en Catalogne, Puigdemont et les révolutionnaires, déguisés en indépendantistes, font la même chose : ils ne sont sûrs de rien, on est sûr qu'ils se dévoreraient entre eux, "après", mais ils veulent vite proclamer une indépendance bidon pour forcer le destin. Hier Robespierre, aujourd'hui... Robes-Puig !

Écrire un commentaire

Optionnel