Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres • Considérations sur la France : Relire Joseph de Maistre

 

par Lars Klawonn

 

En ce temps d’attaques terroristes, d’état d’urgence et de déclarations de guerre, on est bien avisé, ce me semble, de relire Considérations sur la France du comte J. de Maistre. Écrit en 1796 à Lausanne, où, chassé de chez lui par l’entrée des troupes révolutionnaires, ce Savoisien s’est établi, son essai se veut la défense de la monarchie. Il est la réaction directe au pamphlet qu’un certain Benjamin Constant avait publié en mai 1796, et qui soutient le Directoire. Ce fut une époque instable et pleine de tensions, un moment de crise et de guerre civile mille fois plus violente et plus brutale que celle que vit la France aujourd’hui. Néanmoins, en lisant de Maistre, on est tout le temps amené à faire des parallèles. Au fil des pages, on se rend compte que les causes de ce dont souffre la France sont bien antérieures aux attentats. En fait, elles remontent à la France révolutionnaire que de Maistre dénonce dans son essai. La révolution a « violé brusquement et durement toutes les propriétés, tous les préjugés et toutes les coutumes ; parce que toute tyrannie plébéienne étant, de sa nature, fougueuse, insultante, impitoyable, celle qui a opéré la révolution française, a dû pousser ce caractère à l’excès, l’univers n’ayant jamais vu de tyrannie plus basse et plus absolue. »

La République ne se réfère-t-elle pas constamment aux fameuses valeurs révolutionnaires tachées de sang, et imposées par la force ? Et ne tient-elle pas ses valeurs pour absolues et irréfutables ?


De Maistre croit à la Providence. Il considère que le pouvoir révolutionnaire est « tout à la fois un châtiment épouvantable pour les Français et le seul moyen de sauver la France. » Loin de la philosophie moderne qui dit que « tout est bien », l’écrivain pense que l’univers est fondé sur la violence mais qu’il ne faut pas perdre courage car « il n’y a point de châtiment qui ne purifie. » Dans son esprit, la politique (le trône) et la religion (l’autel) se fondent ensemble car il faut organiser la société d’après le pouvoir toujours limité de l’homme, c’est-à-dire d’après ce qui est en son pouvoir, et séparé de ce qui n’appartient qu’à Dieu. La nation est donc gouvernée par l’homme dans les domaines qui lui appartiennent et par Dieu dans les domaines spirituels.

Le gouvernement français actuel se dit prêt à combattre le terrorisme par tous les moyens tout en reniant les racines et le passé de la France. Sous prétexte de laïcité et de liberté d’expression, c’est le grand Nihil qu’on favorise, l’apostasie matérialiste et athée. Le grand Nihil consacre le pouvoir illimité de l’homme, un pouvoir que tout roi de l’ancien régime aurait refusé parce que nul ne concevait gouverner sans l’aide de Dieu.

Au lieu de faire la guerre, comme elle le prétend, la République, soutenue par l’UE, continue de faire la révolution, en d’autres termes, de supprimer les frontières, d’abaisser des mœurs, de pervertir le sens de la justice et de détruire les familles chrétiennes. Elle continue d’accréditer l’idée d’un islam tolérant et d’un christianisme coupable, ressassée à l’infini par d’éminents spécialistes diplômés, porte-paroles de la cause musulmane en dépit des faits. Alors que son gouvernement devrait faire non pas la révolution, ni la contre-révolution mais le contraire de la révolution : rétablir l’ordre. C’est-à-dire contrôler les frontières, rétablir l’État de droit dans les banlieues et désarmer l’armée djihadiste de l’État islamique.

Les terroristes musulmans sont des révolutionnaires. Ce ne sont pas des mercenaires, mais des soldats du Coran. Ils emploient la violence sans aucun état d’âme pour imposer l’islam contre le monde capitaliste, corrompu et pourri à leurs yeux. Ce ne sont pas des nihilistes, bien au contraire. Ils croient à leur dieu. Ils prient Allah avant de se battre et sont prêts à lui sacrifier leur vie. Comment les combattre si on refuse obstinément l’aide de Dieu ? Si on se complaît dans le plaisir de profaner ? Si on réduit le blasphème à une simple convention ? Je vous le demande.

S’il est vrai, comme le pensait J. de Maistre, que la révolution française comportait un caractère satanique et terroriste, il sera peut-être utile de méditer cette phrase que l’on trouve dans les Considérations : « Ce n’est pas par le chemin du néant que vous arriverez à la création. » 

Journaliste culturel, collaborateur au journal La Nation (Lausanne), à la revue Choisir (Genève) et à la Nouvelle Revue Universelle

Commentaires

  • «on est tout le temps amener», que vous a fait la langue française pour que vous la malmeniez ainsi? Et les causes funestes, la France ne les souffre pas, mais elle en souffre. Il y a là plus qu'une nuance, M. le journaliste culturel d'expression française.

  • Corrections effectuées. Merci.

Les commentaires sont fermés.