UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand Patrick Cohen, Bernard Guetta et Thomas Legrand sont en vacances, un été avec Baudelaire, sur France Inter : ce qu'il pense de l'idée de progrès

  

par Antoine Compagnon, du lundi au vendredi à 7h55 

l'émission du vendredi 18 juillet 2014

Courbet-Portrait_of_Baudelaire.jpg

 

 

 

 

 

 

 

L'idée de progrès 

Bouton de lecture     (ré)écouter cette émission

disponible jusqu’au 12/04/2017 07h54 

Baudelaire n'a pas aimé son époque, caractérisée à ses yeux par la croyance dans le progrès, technique, social, moral, artistique.

« Il est encore une erreur fort à la mode, de laquelle je veux me garder comme de l’enfer. — Je veux parler de l’idée du progrès. Ce fanal obscur, invention du philosophisme actuel, breveté sans garantie de la Nature ou de la Divinité, cette lanterne moderne jette des ténèbres sur tous les objets de la connaissance ; la liberté s’évanouit, le châtiment disparaît. Qui veut y voir clair dans l’histoire doit avant tout éteindre ce fanal perfide. Cette idée grotesque, qui a fleuri sur le terrain pourri de la fatuité moderne, a déchargé chacun de son devoir, délivré toute âme de sa responsabilité, dégagé la volonté de tous les liens que lui imposait l’amour du beau : et les races amoindries, si cette navrante folie dure longtemps, s’endormiront sur l’oreiller de la fatalité dans le sommeil radoteur de la décrépitude. Cette infatuation est le diagnostic d’une décadence déjà trop visible. » (II, 580)

 

Baudelaire lance cette diatribe contre l’idéologie du progrès à l’occasion de l’Exposition universelle de 1855, grande fête organisée par le régime impérial pour célébrer sa modernité, quelques années après l’Exposition de Londres, qui avait inauguré cette mode en 1851. Il forge d’ironiques alliances de termes pour saisir le progrès dans sa contradiction, « lanterne moderne » et « fanal obscur », c’est-à-dire lanterne peu magique et qui « jette des ténèbres ». 

42-58693131.jpg

 

Commentaires

  • L'idée de progrès apparaît comme l'un des présupposés théoriques de la modernité. On a même pu y voir, non sans raison, la véritable "religion de la civilisation occidentale".

    Turgot, en 1750, puis Condorcet, l'expriment sous la forme d'une conviction qui se formule simplement : "La masse totale du genre humain marche toujours à une perfection plus grande". L'histoire de l'humanité est ainsi perçue comme définitivement unitaire. Ce qui est conservé du christianisme est l'idée d'une perfection future de l'humanité et la certitude que l'humanité se dirige vers une fin unique.

    L'humanité doit alors s'affranchir de tout ce qui pourrait entraver l'irrésistible marche en avant du progrès : les " préjugés ", les "superstitions ", le "poids du passé".

    On touche ici, indirectement, à la justification de la Terreur : si l'humanité a le progrès pour fin nécessaire, quiconque fait obstacle au progrès peut à bon droit être supprimé ; quiconque s'oppose au progrès de l'humanité peut à bon droit être placé hors humanité et décrété "ennemi du genre humain".

    Les totalitarismes modernes (communisme soviétique, national-socialisme) généraliseront cette idée qu’il y a des "hommes en trop", dont la seule existence empêche l’avènement d’un monde meilleur.

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL