UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 maires ont signé un appel pour le droit de vote des étrangers...

        Idéologues sur ce point - comme sur beaucoup d'autres... - les maires de vingt-six villes ont jugé utile, à un an de l'élection présidentielle, de relancer le débat sur le droit de vote des étrangers aux élections locales :

        "Nous lançons un appel solennel et prenons l'engagement de tout mettre en oeuvre pour que le droit de vote et d'éligibilité des résidents étrangers aux élections locales soit reconnu", ont écrit ces maires, réunis au Sénat à l'initiative du premier magistrat de Strasbourg, Roland Ries (PS). 

caricature droit de vote etrangers.jpg

 

        "Aujourd'hui, les résidents étrangers doivent être considérés comme des citoyens à part entière",ont-ils même ajouté, car, pensent-ils, l'opinion publique est favorable à l'évolution d'une citoyenneté attachée à la résidence et non pas seulement à la nationalité....

        C'est plus facile à affirmer qu'à vérifier ! Pourquoi pas demander son avis au peuple souverain ?

         Rappelant que "le concept de citoyenneté contient le droit pour toute personne de participer aux prises de décision qui la concernent", ces maires ont également souligné que "son extension a déjà eu lieu pour une partie des étrangers résidents, ressortissants de l'UE, qui peuvent voter aux élections municipales et européennes... Il s'agit maintenant de donner les mêmes droits à tous les étrangers résidents".

         Dans la catégorie la France bradée, en voilà 26 qui se posent là !....

         Ce sont les maires : d'Angers, Aubervilliers, Bègles, Besançon, Caen, Chelles, Clichy-la-Garenne, Creil, Erstein, Grenoble, Illkirch-Graffenstaden, Les Ulis, Lille, Metz, Montbéliard, Nantes, Paris, Pau, Périgueux, Quimper, Reims, Rennes, Rouen, Saint-Denis, Strasbourg et Toulouse.

Commentaires

  • Non, les étrangers ne doivent en aucun cas avoir le droit de vote.
    Voter perdrait complétement de son sens, bien que à notre époque "Démocratie" est simplement un mot abondamment utilisé par nos élus pour mieux nous berner.
    Tous ces maires qui se sont prononcés pour le droit de vote pour les étrangers doivent être pénalisés et renvoyés de leur mairie aux prochaines élections locales. Ce sont des traitres et doivent être considérés comme tels. Les Français qui aiment leur pays doivent le leur dire, c'est un devoir.

  • Les étrangers non ressortissants de l'union européenne,
    pourraient-ils avoir le droit de vote aux élections
    locales comme c'est déjà le cas pour les ressortissants de
    l'union européenne ?
    La question se pose en effet sous certaines conditions (années
    de présence en France ...). C'est celle de la citoyenneté qui
    n'est pas nécessairement liée à celle de la nationalité.
    Il est tout à fait exclus que des étrangers, par définition non
    Français puissent être éligibles et élus, même pour de simples
    élections locales, puisque le Sénat est issu des grands
    électeurs et que de fait, il légifère au niveau national.
    Il s'agit bien dans ce cas de la nationalité, qui seule permet
    d'être éligible et élu.
    Quant au droit de voter aux élections locales, pour des
    citoyens qui, bien que non Français résident dans une
    collectivité locale, la question se pose réellement.
    Qu'il y aient, d'un point de vue national, deux catégories de
    résidents, les Français et les étrangers, pour lesquels le droit
    de vote aux élections nationales est par définition
    incompatible, est évident; qu'il y ait en matière d'éligibilité,
    deux catégories de citoyens au niveau local, les Français et
    les étrangers, est tout aussi évident, mais qu'il y ait deux
    catégories de résidents au niveau local, en matière de droit
    de vote sur les décisions prises localement, au plus près des
    citoyens, Français ou non, cela se discute, d'autant que l'on
    admet cette possibilité pour les ressortissants de l'union
    européenne. Bien entendu, il y a réciprocité avec les Etats
    dont dépendent ces ressortissants, ce qui n'est pas le cas des
    non européens.
    La question du droit de vote des étrangers aux élections
    locales devrait être soumise à référendum au niveau national,
    sur la base d'une proposition limitée qui fixerait une série de
    conditions à ce droit, qui ne serait pas le droit de vote de
    tous les étrangers aux élections locales, mais le droit de vote
    de résidents étrangers (remplissant des conditions de durée
    de présence, de participation à la vie locale ...) aux élections
    locales, fixé par la loi et qui aurait aussi pour objectif
    d'intégrer pleinement ces résidents de longue date, apportant
    leur contribution à la vie locale, qui pourraient toujours par la
    suite, exprimer s'ils le souhaitaient, leur désir de devenir
    Français, à part entière, par naturalisation.

    Il serait alors intéressant de voir par exemple le civisme de
    certains résidents étrangers, comparé à celui de Français
    d'origine étrangère.

Les commentaires sont fermés.