Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paris : la bonne vieille Action Française célèbre Jeanne d'Arc, selon la vraie tradition...

       20110508_jeanne_02.jpg

 

...de Saint Augustin à la Place des Pyramides, selon le compte-rendu qui nous parvient, l’Action française a rendu son traditionnel hommage à Jeanne d’Arc, sans trublions ni mauvais folklore, dans l’esprit de patriotisme pur qui est le sien. Et c’est tant mieux.

On lira ci-après le compte-rendu du Cortège traditionnel, suivi de photos qui permettent de se faire une idée de ce qu'il fut :

« Singulière mobilisation ce dimanche 8 mai autour de notre Jeanne Nationale.

L’ancien  comité du 9 mai rassemblant ce que la droite compte de groupuscules les plus extrêmes, ayant sans doute jugé, après probablement une longue réflexion, que Jeanne d’Arc ferait une excellente héroïne de substitution pour  la défense de la race, a décidé de la célébrer désormais le 8 mai.

 

Du reste, comme l’a exprimé François Marcilhac dans son discours place des Pyramides : « L’ Action française ne s’est jamais approprié la figure de la Pucelle d’Orléans, mais, invitant tous les patriotes, qu’ils soient royalistes ou non, à défiler avec elle, elle est la seule, je dis bien la seule, à rendre un hommage national spécifique à celle qui demeure la figure tutélaire de tous les Français ».

 

Sauf, qu’en l'espèce, ceux qui se font aisément appeler « les natios », au « look » guerrier, tout de noir vêtus, sans un seul drapeau français, devront nous expliquer en quoi Jeanne aurait quelque chose à voir avec la défense de l’Europe blanche.

 

L’après-midi, c’était la catholicité militante qui défilait avec le gros des troupes de saint Nicolas du Chardonnet, toujours bon public, à l’appel de CIVITAS.

Sainte Jeanne d’Arc appartenant aussi à l’Eglise, c’est bien le moins qu’un hommage lui soit rendu par un clergé (sujet brûlant) qui rappelons le, au moins pour une partie, n’a pas toujours été de son côté.

 

Mais nous aussi, nous étions là dès 9h 30 ce dimanche matin réunissant vers 10 h deux cents fidèles pour le cortège traditionnel que l’Action Française , François Marcilhac devait le rappeler, organise depuis un siècle.

 

Nous avons descendu la rue Royale en marquant bien par quelques slogans notre spécificité dans cet environnement, avec notamment: « ni droite , ni gauche, monarchie populaire » ou « Europe trahison, la France est une nation »

 

Séquence émotion: quand au son des cornemuses les éléments du groupe d’Action Royaliste conduits par Frédéric Wincler nous ont rejoint drapeaux au vent, un peu avant la place de la Concorde.

 

Place des Pyramides notre ami François Marcilhac a prononcé un discours de circonstance, roboratif et mobilisateur (en ligne sur le site).

 

Puis après une Royale chantée à l’unisson avec les cadres de la Restauration Nationale présents, nous nous sommes dispersés au cris d’: « Action Française » et « Vive le roi ». 

20110508_jeanne_03.jpg

20110508_jeanne_08.jpg

20110508_jeanne_09.jpg

20110508_jeanne_18.jpg

20110508_jeanne_20.jpg

20110508_jeanne_23.jpg

Commentaires

  • Je me trouvais aussi sur place et j'ai participé à ce défilé. Cependant je pense que chacun a son style et qu'il est trop tôt pour tout unifier. A la différence de l'auteur de ce communiqué, je ne trouve pas mauvais que les identitaires aient participé à cette marche, même si, comme lui, je ne goûte guère le genre cagoulé. Quant aux drapeaux, il y en avait de quoi satisfaire tous les goûts. Je me permettrai simplement de dire que, s'il est difficile de dire "en quoi Jeanne aurait quelque chose à voir avec la défense de l’Europe blanche", il lui sera aussi ardu de prouver le contraire. Pas de sectarisme s'il vous plaît.

  • Seulement, il n'y avait pas que les Identitaires que je veux bien mettre à part et dont certains parmi les fondateurs ont une formation AF. Il y avait des petits néo-nazi qui étaient fiers d'afficher leur haine pour tout ce qui n'est pas blanc. Tant que nous même nous continuerons a fréquenter cette pitoyable expression"politique", nous pourrons toujours crier en vain à l'injustice et à l'amalgame quand nous nous ferons traiter de fascistes.
    Sociologiquement, je veux bien admettre qu'on étudie ces cas comme un phénomène produit par notre société, comme on étudie les bandes de banlieues.
    Mais nous n'avons rigoureusement rien à voir avec eux qui d'ailleurs se contre-fichent de Jeanne d'Arc et de la France et comment parler à notre encontre de sectarisme quand ces groupes fondent ce qui leur tient lieu de pensée sur précisément la haine et le sectarisme.

    PS: Jeanne d'Arc étant chrétienne et sainte de surcroit, ne peut prôner une Europe fondée sur l'exclusivité raciale. (Mit Brennender sorg de Pie XII)

  • Cher Perceval,
    Cela fait bien longtemps que j'ai cessé d'attacher de l'importance aux épithètes dont on m'affuble, telles que fasciste ou nazi. En effet, personne ne peut aujourd'hui, même s'il le prétend, adhérer à des idées propres à une époque et à une problématique, celles des années 30 en Allemagne, qui n'a plus rien à voir avec notre "bel aujourd'hui". Ces appellations ne sont rien d'autre qu'un moyen d'intimidation. Je pense qu'il ne faut rien faire ni pour s'en décharger ni pour l'assumer, mais y être indifférents. Elles nous sont étrangères. Contentons nous d'être nous mêmes et cette accusation tombera d'elle-même. Quant aux demi-habiles qui y cherchent des modèles, n'en soyons ni choqués (c'est ce qu'ils souhaitent) ni surpris. Il suffit de leur montrer qu'ils sont victimes d'une manipulation.
    Sur Jeanne d'Arc, je dirais que de son temps, le problème de l'identité de l'Europe ne se posait guère. Il en est différemment aujourd'hui. Quant à "mit Brennender Sorge", il me semble qu'il est incohérent de se référer à ce texte (non revêtu de l'infaillibilité) de Pie XI alors que nous connaissons les méfaits de ce pape tyrannique qui a condamné l'AF et conduit par traîtrise les cristeros au massacre. Essayons s'il vous plaît d'être des hommes libres. Je sais que c'est très difficile. Cependant c'est à cette condition que nous pourrons persuader.

  • Si des identitaires avaient réellement une formation d'AF, ils seraient restés à l'AF !!!!

    Pour ma part, je me demande l'utilité d'un compte-rendu sur l'AF qui parle davantage des fafs et des intégristes que de ... l'AF !

    Je me fous des groupuscules. Que l'on parle des idées !

  • C'est pourquoi, indépendamment de la fête de Jeanne d'Arc,
    il serait bien d'organiser tous les 22 mars (entrée d'Henri IV
    dans Paris), un rassemblement royaliste au Pont-neuf, qui ne
    pourrait être amalgamé.

  • DC l'avait déjà lancée, cette idée. Je trouve qu'elle est bonne : à chaque époque on doit trrouver des signes nouveaux, les nouvelles générations ne doivent pas se contenter de toujours se couler dans des moules anciens. Le Prince l'explique d'ailleurs très bien dans son livre : chaque roi, ou presque, dès qu'il l'a pu, a tenu à construire des lieux nouveaux, correspondant aux goûts nouveaux, et c'est cela, aussi, qui a tant enrichi notre France, à travers son Patrimoine; ceci étant, je pense qu'on doit malgré tout maintenir, maintenant qu'il existe, le sqymbole de Jeanne d'Arc. Là aussi, il faut être inventifs, et non répétitifs à l'infini....
    Autre chose : je vais être oecuménique, j'ai bien aimé "ancien camelot" (parlons des idées); Perceval ("Tant que nous même nous continuerons a fréquenter cette pitoyable expression"politique", nous pourrons toujours crier en vain à l'injustice et à l'amalgame quand nous nous ferons traiter de fascistes"); et Antiquus (chacun son style, pas de sectarisme; pourvu que, évidemment, ce soit le patriotisme vrai qui guide les personnes...).

  • Le "communiqué" mélange tout et deux manifestations. Ce n'est pas le top de la communication.
    Amalgamer les fafs détruit à peu de frais, des ruptures chèrement acquises. Trop de passé dans le moulin à mémoire, pas assez de projection dans l'avenir.

  • Ce n'est pas nous qui amalgamons. Ceux qui étaient présents ont bien vu que tout le monde portait l'unique uniforme.
    Je trouve que c'est plutôt cela qui n'est pas top en matière de com.Que l'on nous pardonne si nous ne souhaitons pas nous associer à cette image.
    Par ailleurs, je ne sais si c'est le passé qui alimente le moulin à mémoire (je ne vois pas ce que ce pourrait être d'autre), mais nous sommes politiquement différents voilà tout: ni racistes ni européistes...
    En ce qui concerne l'hommage à Henry IV, il existe déjà à l'initiative du GAR et nous nous y sommes joint à l'occasion du quatrième centenaire.
    Mais l'action politique ne peut se résumer à des commémorations.

  • Perceval peut-il préciser sa pensée, un hommage à Henri IV
    existe déjà, il aura donc lieu chaque année ? Ou, cet
    hommage a seulement existé pour le 4ème centenaire, et
    rendez-vous dans 100 ans pour le 5ème ?!

  • Il a lieu chaque année, organisé par le Groupe d'Action Royaliste, allez voir sur leur blog, il y a des images...

  • @ Tous: Vos raisons sont raisonnables et se complètent plus que ne s'opposent. Un avantage néanmoins à Perceval, bonjour Ami et à Hildegarde; Je crois à la vertu pédagogique des anecdotes, en voici une: J'étais en ce jour, dans la "tribune", id est les Tuileries. Avec une douzaine de fervent(e)s patriotes royalistes*. Plusieurs étaient des "non-blancs"..."La France n'est pas une race, c'est beaucoup mieux, une Nation" J.Bainville
    *Et une sympathique "marmaille"

  • Cet hommage annuel à Henri IV pourrait être une occasion
    spécifique de ralliement de tous les royalistes, une fois l'an,
    en plus de la messe du 21 janvier. Qu'en pensez-vous ?

  • Etant défini dès le départ non comme une commémoration de plus (ce que disait Perceval, une action politique ne peut s'exprimer seulement par des commémorations), mais comme une proposition d'unité et de rassemblement pour la France et les Français d'aujourd'hui; montrant que la force du royalisme est justement d'unir les français, par delà les légitimes divergences d'appréciations; là, je suis "pour", et je pense que les royalistes auraient intérêt à faire vivre la Tradition en instituant cette nouvelle tradition.....

  • En accord avec academos, ce serait une fête de l'unité
    nationale. Les communistes ont leur fête de l'humanité. Le 14
    juillet est revendiqué comme commémoration de la "prise" de
    la Bastille, plutôt que comme commémoration de la fête de la
    fédération du 14 juillet 1790, les royalistes pourraient
    manifester le sentiment d'unité nationale autour d'Henri IV.

Les commentaires sont fermés.