UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Dizaine de MAGISTRO...

        Par-delà le discours dit de droite, dit de gauche ou d'ailleurs, il faut aller à l'essentiel ...
du (bon) sens et des fondamentaux ... un choix de civilisation !

       MAGISTRO, une tribune libre et indépendante d'information civique et politique.

Supprimer les notes  Chantal DELSOL  Membre de l'Institut
Tout le monde se cherche  Denis TILLINAC  Ecrivain, chroniqueur
A propos d'une stupéfiante enquête de la BBC  Ivan RIOUFOL  Journaliste
Frustrations médiatiques  Denis TILLINAC  Ecrivain, chroniqueur
Du 11 novembre 2010  Jean SALVAN  Officier, général de corps d'armée (2S)
Prestations sociales et familiales : les impasses du "ciblage"  Roland HUREAUX  Haut fonctionnaire
Après le remaniement, un oubli qui pèse lourd…  Béatrice BOURGES  Présidente de l'Association pour la Protection de l'enfance
Alors euro ?  Eric ZEMMOUR  Journaliste, écrivain
L’Euro peut-il survivre ?  Yves-Marie LAULAN  Economiste
Suisse : quand le peuple reprend les choses en mains...  Ivan RIOUFOL  Journaliste
Le Pape a-t-il raison d'être prudent face à l'islam radical ?  Ivan RIOUFOL  Journaliste
Le grand déballage  Eric ZEMMOUR  Journaliste, écrivain

        Extrait du Laulan, L'euro peut-il survivre (début) :

        Au printemps 1860, sept étudiants munichois, bons alpinistes, partirent encordés de bon matin pour tenter l’ascension d’un modeste sommet dans les Alpes suisses. Aucun ne revint. L’un d’entre eux ayant trébuché, la corde, qui devait les assurer, entraina, au contraire, les sept malheureux dans le vide. C’est l’histoire de l’euro.
        Car si la Grèce n’avait pas fait partie de la zone euro, elle aurait promptement dévalué la drachme, procédé à une restructuration, avec ou sans l’aide du FMI, et l’affaire en serait restée là.
        C’est ici que l’on mesure l’immense sottise de la création de l’euro dans l’enthousiasme idéologique, des années 80, comme prélude obligé à une citoyenneté européenne pleine et entière.(1)
        Car, aujourd’hui, la chute de la Grèce, puis celle de l’Irlande, demain celle du Portugal peut-être suivie de l’Espagne et qui d’autre encore (2), menace de jeter à bas tout l‘édifice européen, amitié franco allemande comprise. Beau travail en vérité..... 
 

Les commentaires sont fermés.