UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une balade Henri IV, en vidéos...

            C'est dimanche, et ce sont les vacances : extrayons-nous donc un peu de l'actualité trépidante, et replongeons-nous dans notre Histoire, en faisant une petite pause culture....

            En adressant un grand merci à Benoît de Sagazan, qui a collecté sur son Blog ( http://patrimoine.blog.pelerin.info/ ) les vidéos proposées par la Mairie de Paris, et qui permettent de partir sur les traces d'Henri IV dans la capitale.

            Ce qui s'impose en cette année qui lui est consacrée: joignons donc l'utile à l'agréable, en suivant les vidéos en compagnie de Laurent Loiseau, auteur du Paris de Henri IV (Éditions du Chêne)

            http://patrimoine.blog.pelerin.info/2010/05/20/sur-les-traces-de-henri-iv-a-paris-en-videos/

HENRI IV LAURENT LOISEAU.JPG

 254 pages, 15 euros

            (quatrième de couverture) : Une promenade à Paris, en compagnie du Bon Roi Henri IV.
Le 14 mai 1610. Ravaillac poignarde Henri IV rue de la Ferronnerie. Les Parisiens sont en deuil. Après avoir conquis la ville, le Béarnais aura rendu la capitale à ses habitants. Henri IV lui a donné sa première grande place, la Place Royale - l'actuelle Place des Vosges - son premier pont de promenade - le Pont Neuf - et entamé des chantiers pharaoniques au Louvre, et dans les châteaux de Fontainebleau et de Saint-Germain-Laye.
Laissez-vous entraîner dans la " bonne ville " du Vert-Galant, à travers une balade inoubliable des arts et de l'architecture de la fin de la Renaissance française.

            Et, pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus sur cette fontaine de la Croix du Trahoir, voici :

LOUIS XVI FONTAINE CROIS DU TAHOIR.jpg
Cette place sera, jusqu'en 1739, l'endroit où l'on coupait les oreilles des serviteurs indélicats. Elle hébergeait une potence (l'Arbre sec) et une roue dressées "pour servir d'exemple aux passants". Selon la coutume, une croix érigée à proximité était destinée aux dernières oraisons des condamnés. Son soubassement à degrés servait d'étal à des bouchers et marchands de légumes. La première fontaine de la Croix-du-Trahoir, construite par Jean Goujon à l'initiative de François Ier, date de 1529. Reconstruite en 1606, elle sera déplacée en 1636 pour améliorer la circulation dans la rue Saint-Honoré. Germain Soufflot, chargé de la rebâtir en 1775, héritera d'une fontaine en très mauvais état. Il l'inscrira dans un édifice polygonal situé à l'intersection des rues de l'Arbre Sec et Saint-Honoré et confiera à Boizot la sculpture de la nymphe qui apparaît rue Saint-Honoré.

La fontaine porte l'inscription suivante :

LUDOVICUS XVI
ANNO PRIMO REGNI
UTILITATI PUBLICÆ
CONSULENS CASTELLUM
AQUARUM ARCUS JULI
VETUSTATE COLLAPSUM
FUDAMENTIS REÆDI-
-FICARI ET MELIORE CULTU
ORNARI JUSSIT.
CAROL. CLAUD. COM
REGIS ÆDIFICIIS PROEP

"Louis XVI, la première année de son règne, ordonne que le bien public du château d'eau de l'arc de Julien, effondré par la vétusté, soit complètement réédifié avec plus d'élégance".

Commentaires

  • Mais je ne trouve nulle part une explication de ce que voulait dire vraiment "serviteurs indelicats". C'etait des voleurs? des traitres? des predateurs sexuels????

Les commentaires sont fermés.