UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A propos du rôle et de l'action de la BCE.....

          Ou: une saine querelle, une amicale disputatio entre Jean-marc Sylvestre (spécialiste de l'économie sur LCI) et Christophe Barbier.

          Le sujet en est simple, mais vaste: le rôle de la Banque Centrale Européenne, en général, et  son action, ainsi que celle de Jean-Claude Trichet, en particulier.....

          Christophe Barbier demande des changements substantiels et essentiels, de fonctionnement mais aussi de statuts, pour la BCE. Jean-Marc Sylvestre, lui, adopte une attitude résolument contraire: il pense, et il dit, que Christophe Barbier a tort d'attaquer si durement -et même d'attaquer tout court...- la politique européenne de taux élevés menée par JC Trichet. Cette politique est bonne, et c'est la bonne. C'est, au contraire, la politique états-unienne de taux faibles et de baisse des taux qui est dangereuse. L'Europe est donc sur la bonne voie, et nous avec. On le voit, l'opposition - pour être fort amicale -n'en est pas moins radicale....

          Mais, au fait, pourquoi, et sur quoi, critiquer la politique de la BCE ? La réponse fuse, de la part de Christophe Barbier: tout simplement parce que -et chacun peut le constater tous les jours, ce que fait la BCE ne marche pas. Étant bien entendu que ce qui est à critiquer, ce n'est pas l'euro fort, c'est l'euro trop fort...

          "...Je demande ce changement parce que je constate que l'objectif principal et même unique, la lutte contre l'inflation, ça ne marche pas... On nous fait des taux élevés pour éviter l'inflation... et nous avons les taux élevés et l'inflation. Qui plus est, nous avons la plus mauvaise des inflations: celle qui augmente les prix. Nous n'avons même pas l'inflation des salaires, qui dans les années 60/70 a permis à beaucoup de citoyens d'acquérir des biens en s'endettant pour pas cher...

           Les taux élevés, c'est difficile pour les investissements, les taux élevés cela veut dire que pour le consommateur qui veut acquérir des biens, cela va être compliqué... Sommes-nous vraiment dans une démarche vertueuse ? Ou, plus exactement, cette vertu de l'euro fort, des taux élevés, est-ce que cela ne nous amène pas à mourir guéris ?..."

          On le voit, les arguments méritent au moins d'être dits et entendus, le débat est intéressant: la balle est dans le camp de Jean-Marc Sylvestre..... Débat (intéressant...) à suivre.....

Les commentaires sont fermés.