UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand Ségolène Royal essaye de se remettre en selle...(2)

          Troisième point: l'ex-candidate déplore le fossé idéologique entre elle et "cette partie du PS dont l'horloge historique s'est arrêtée". Mais, une quinzaine de jours auparavant, Danièlle Mitterand avait fait une déclaration peu amène sur "ces dirigeants socialistes" qui avaient "un regard trop attendri sur l'argent".

          Parlant de "dirigeants", il ne pouvait bien sûr pas s'agir du concierge de la rue de Solférino ni du préposé aux ascenseurs: François Hollande étant Premier Secrétaire, et Ségolène Royal étant "la" candidate, on peut facilement imaginer que même si elle ne parlait pas "que" d'eux Danièlle Mitterand parlait aussi forcément d'eux (2). Alors qui croire? Danièlle ou Ségolène? La lutte est féroce dans le marigot...

          Quatrième point: que penser de ce que François Bayrou lui-même appelle "un vaudeville"? Quand celle qui se qualifie elle-même de "Bécassine entrée par effraction dans la compétition électorale" raconte son rendez-vous manqué, un soir d'entre les deux tours, avec Bayrou au domicile parisien de celui-ci. "Non, non, ne montez pas, il y a du monde dans la rue", lui aurait-il déclaré au téléphone, "comme un amoureux qui craint la panne ou un adultère risqué" commente-t-elle. On croit rêver! Ne se rend-elle pas compte du ridicule? Il s'agit tout de même de la France, que l'on prétend diriger! Et voilà le spectacle que l'on donne? Feydeau et Labiche, c'est une chose, ceux qui aspirent au gouvernement de la France cela devrait en être une autre....

          Enfin, cerise sur le gâteau, la "conclusion Closer": politiquement, le premier secrétaire "a regardé de loin" la campagne mais "sans dire de mal". Humainement, le soutien du compagnon a manqué, ne craint pas d'écrire Mme Royal, qui va jusqu'à dire que "pour gagner la prochaine fois, il faudra le soutien de tout un parti et d'un compagnon amoureux, à fond avec la candidate": ce n'est même plus le niveau zéro de la politique, c'est le naufrage du Titanic! On a sombré -ou plutôt "elle" a sombré...- dans les fin fonds des profondeurs abyssales.....

          Comment douter, après tout cela que la dite "dame blanche" (?!) s'est elle-même discréditée et disqualifiée?....

(2): Dont on se rappellera du reste, avec délectation, qu'un jour où ils ont perdu une bonne occasion de se taire, ils ont déclaré qu'ils "n'aimaient pas les riches"!: savourons, savourons.....

 

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL