UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maîtres et témoins (III) : Léon Daudet

Marcel Proust (III) : une amitié réciproque...

Marcel Proust (III) : une amitié réciproque...

Le 15 novembre 1920, dans la revue de Paris, Marcel Proust publie un texte "pour un ami" (extrait) :

« Le snobisme de Boileau (plutôt ce que serait aujourd’hui l’excessive déférence d’un fonctionnaire envers le monde officiel) est tel qu’aux consultations des médecins il préfère l’avis de Louis XIV (assez sage pour ne pas le donner).
Il est persuadé qu’un prince qui a réussi à prendre Luxembourg est « inspiré du ciel » et ne peut proférer que des oracles » même en médecine. (Je suis sur que dans leur admiration très justifiée pour le duc d’Orléans, mes maîtres, MM. Léon Daudet et Charles Maurras et leur délicieux émule, M. Jacques Bainville, n’iraient pas jusqu’à lui demander des consultations médicales à distance.) »

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL