UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maîtres et témoins...(II) : Jacques Bainville.

15 octobre 1931 : parution du Napoléon (I/III)

15 octobre 1931 : parution du Napoléon (I/III)

"Je n'ai jamais écrit un livre "dans la joie". Celui-ci m'aura donné le plus de peine", écrit Jacques Bainville à Frédéric Delebécque, qu'il a chargé de l'aider à revoir et corriger son "bouquin", "le monstre" comme il le lui dit au cours de leurs nombreux échanges. Ceux-ci nous permettent de suivre la gestation de l'ouvrage (1) :

* "Le premier novembre 1930, Jacques Bainville, dans une de ses "Lectures" de la Revue universelle parlait d'une liste de livres que Napoléon, en 1807, avait désignés pour lui former une bibliothèque de campagne.....Il se préparait, en effet, par de longues lectures, à écrire son Napoléon et, à la fin du même mois, il m'écrivait : "Je vais publier dans la Revue universelle, à partir du premier décembre, quelques parties rédigées de mon bouquin. Si vous vous donnez la peine de me lire, voudrez-vous me faire vos observations et rectifier, corriger, critiquer tout ce qui vous paraîtra répréhensible, à quelque point de vue que ce soit ? Vous me rendrez le plus signalé des services".....
* ..."A la fin de cette année 1930, en m'envoyant de nouveaux chapitres dactylographiés, il me disait : "Voici le paquet que vous voulez bien vous charger de revoir. Ce ne sont pas de bien belles étrennes que je vous envoie. Dites-moi très franchement non seulement ce qui pourra être erroné et ce qui pourra manquer, mais aussi ce qui ne sera pas clair ou pas bien écrit. J'aime qu'on me conseille et je profite des avis".....
* ...Bainville était sévère pour lui-même. Il n'était pas facilement satisfait de ce qu'il avait écrit. Voici une lettre du 31 mars 1931 : "Mon cher ami, je suis un peu inquiet du chapitre que vous avez lu dans la Revue, puisque vous voulez bien me lire. Je le trouve confus, mal écrit, bien que je l'aie plusieurs fois remanié. Enfin, j'attends votre impression." Puis, le 7 avril :
"Mon cher ami, je vous remercie de m'avoir un peu rassuré sur ce chapitre. Ce qui ne veut pas dire que les autres me donnent du contentement. Je n'ai jamais écrit un livre "dans la joie". Celui-ci m'aura donné le plus de peine..."
* ..."L'année 1931 avance. Nous sommes aux derniers jours d'août, le livre va bientôt paraître, je reçois un gros paquet d'épreuves avec ce mot : "Mon cher ami, voici le monstre...."
* ..."Le 19 septembre, la révision des épreuves achevée, je recevais une lettre dont le début me frappa vivement : "Mon cher ami, j'ai retourné les placards à l'imprimerie avec les corrections. Vous avez eu raison de me faire enlever le "Comme toutes les fins celle-ci sera laide". Pour moi, je n'en connais pas de belle, mais c'est une opinion et il ne faut décourager personne. D'ailleurs cette idée n'avait pas grand'chose à voir avec Nap." (sic !) Oui, j'avais raison et pour une fois Bainville avait tort. Sa fin, à lui, a été très belle.
Le 1er octobre il m'écrit que les dernières épreuves ont été définitivement remises à l'imprimerie...."
* ..."Enfin le livre paraît, le 15 octobre, et le 16 décembre Bainville m'écrit : "Je ne sais si le feuilleton de Lanzac de Laborie (dans les Débats) est tombé sous vos yeux. Il dit du livre une chose dont je dois vous faire hommage. C'est qu'en 600 pages, il n'a trouvé à relever aucune erreur de fait, sinon que j'ai dit que le frère de Cambacérès était évêque alors qu'il l'est devenu."....
* ..."Mais il y avait dans cette lettre quelque chose de bien plus intéressant que la date de l'épiscopat du frère de Cambacérès. Bainville m'écrivait : "J'avais juré que jamais je n'entreprendrais plus de travail pareil à ce Nap. Mais, subitement, j'ai été tenté par un autre sujet. Que diriez-vous d'un Louis XVI conçu de la même façon ?...."

(1) : Le souvenir de Jacques Bainville, Plon, 1936 - La leçon de Jacques Bainville, par Frédéric Delebécque.