UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maîtres et témoins...(II) : Jacques Bainville.

Eloge de la langue française, dans "Jaco et Lori"

Eloge de la langue française, dans "Jaco et Lori"

(Ouvrage paru en 1927)

« ... Nous eûmes la surprise d’entendre des sons qui n’avaient jamais frappé nos oreilles. Au cours de notre voyage, nous avions rencontré des hommes de divers pays. Ils parlaient des idiomes différents par le vocabulaire, semblables par une sorte de chant dû à l’accentuation de certaines syllabes, semblables aussi par des aspirations qui appelaient des efforts de gorge et des grimaces de la bouche. LES PAROLES COULAIENT DES LÈVRES DE CES FEMMES SANS ALTÉRER LEURS TRAITS. Leur phrase était VIVE, HARMONIEUSE ET NETTE. La musique en était comme intérieure et spirituelle et ne tenait pas à la gamme montante et descendante, mais à une intonation donnée PAR LE SENS DES MOTS. Bref, ce langage aussi différent des autres que peut l’être des grognements d’animaux la voix des oiseaux parleurs. Nous ne tardâmes pas à savoir que c’était celui des Français et nous eûmes aussitôt le désir de nous exprimer comme eux. »