UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Basilique de Saint Denis, nécropole royale....

III : la patène de serpentine

III : la patène de serpentine

Patène de serpentine antique, monture époque Charles-le-Chauve.
Actuellement au Louvre.

La patène est composée d'une soucoupe de serpentine incrustée de poissons d’or, datant probablement du Ier siècle et d'une monture d’or ornée de pierreries, entre lesquelles se développent des motifs d’orfèvrerie cloisonnée, association que l’on trouve jusqu’au début du XIe siècle.
Elle se compose de deux parties bien distinctes et d'époques différentes. La qualité de taille de la patène l'apparente aux meilleures œuvres de la glyptique antique du Ier siècle avant et du Ier siècle après J.-C., le vert marbré sombre de la serpentine est incrusté de huit petits poissons d'or (dont deux sont manquants), probablement rajoutés à l'époque du Bas-Empire en vue de l'utilisation liturgique de l'objet.

Dans l’histoire sandyonisienne, elle fut toujours associée au vase-camée antique de sardonyx (agate blanche et orangée), sculpté de reliefs bachiques surnommé Coupe des Ptolémées.

Tous deux servirent à la cérémonie du sacre des reines de France à Saint-Denis, dès le XVe siècle, l’abbaye s’imposant comme le lieu de sacre des reines.

Ces deux œuvres célèbres demeurèrent ensemble dans le trésor jusqu’en 1791.
À cette date, le calice fut déposé au Cabinet des Antiques. Volé en 1804, il fut retrouvé mais sans sa monture qui avait été fondue : il est toujours aujourd’hui conservé au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale.
En revanche, la patène intégra les collections du Museum dès 1793.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL