UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France racontée par les cartes...

Les échelles du levant...

Les échelles du levant...

Illustration : les limites de l'empire ottoman en 1683...
Les "échelles de Barbarie" se situent dans le Maghreb actuel. Les "échelles du Levant" longent la côte depuis l'Egypte jusqu'à l'Anatolie.

Les "échelles du Levant" sont les ports et les villes de l'Empire ottoman, situés au Proche-Orient ou en Afrique du Nord, pour lesquels le sultan avait renoncé à certaines de ses prérogatives, notamment en matière juridique, en faveur de négociants français. Ceux-ci dépendaient alors directement du roi de France qui leur octroyait des privilèges. Ces échanges entre les deux puissances ont été enregistrés dans des actes particuliers, sous le nom de Capitulations, dont les premières ont été signées entre François Ier et Soliman le Magnifique en 1536.
Le terme échelle vient du turc iskele, mot qui désigne les espèces de jetées sur pilotis construites avec quelques marches, et d'où l'on embarquait et débarquait les marchandises....

Les relations commerciales entre la France et les échelles permirent à la ville de Marseille de connaître une grande prospérité à partir de la seconde moitié du XVIe siècle. Cette activité commerciale a décliné jusqu'à s'interrompre avec la Révolution et coïncida avec la mainmise de l'Angleterre sur le commerce au Proche-Orient.

Les premières Capitulations sont signées entre François Ier et Soliman le Magnifique en 1536. Cette entente commerciale, qui ne correspond pas à une alliance militaire entre La Porte et la France, prévoit la création de consulats français dans certains ports tels que Constantinople.
Les capitulations seront renouvelées en 1569 entre Charles IX et Selim II. Leur importance est immense puisqu'elles autorisent les Français à commercer en terre d'Islam. Seuls les Vénitiens bénéficiaient de tels privilèges. Les Anglais, les Hollandais puis les Génois durent respectivement attendre 1599, 1612 et 1665 pour jouir de droits identiques.
Les principales villes où se trouvaient ces échelles sont les suivantes :
* En Méditerranée orientale, Constantinople, Smyrne, Échelle Neuve (côte d'Anatolie), Alep (et son port Alexandrette), Seyde, Tripoli de Syrie, les îles de Chypre, Chios, Tinos, Paros, Naxos.
* En Méditerranée méridionale, Le Caire, Alexandrie et Rosette.
* En Méditerranée occidentale, Tripoli de Barbarie, Tunis, le Bastion de France (fondé par un Marseillais d'origine corse) et Alger.
La guerre entre la Sérénissime (Venise) et La Porte (Constantinople) élimina la concurrence commerciale de Venise. Cette situation a permis à Marseille de prendre un essor économique prépondérant et d'asseoir sa domination sur le commerce méditerranéen. Les relations cordiales entre les deux puissances française et ottomane permettent de sécuriser les relations d'affaires, ce dont profitent également les marchands de Lyon (importante place financière au XVIe siècle), et d'Avignon.
Néanmoins, l'intensification des échanges provoque également l'essor de la piraterie. Les convois commerciaux se trouvent de plus en plus exposés aux risques d'attaques de pirates barbaresques ou de corsaires. Le commerce vers le Levant connaît alors un net déclin qui est accentué par les guerres de religion en France (soulèvement de Marseille contre Henri de Navarre).
Henri IV (1589-1610), après l'achèvement de sa conquête du pouvoir, se préoccupe de restaurer les relations commerciales vers le Levant.
A cette fin, il envoie à Constantinople l'ambassadeur François Savary de Brèves.
Lequel obtient de Mehmed III (1595-1603) la signature de nouvelles Capitulations (1597). Celles-ci confirment les privilèges anciens et en accordent de nouveaux....

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Colbert, puis les secrétaires d'État de la marine Seignelay et Pontchartrain, vont donner aux échelles des lois dites fondamentales.
Celles-ci induisent une partition géographique entre les échelles de Barbarie (Alger, Tunis, Tripoli de Barbarie) et les échelles de Levant stricto sensu (Constantinople, Smyrne, Alexandrie...).
Les échelles du Levant sont dès lors dirigées par le secrétariat d'Etat à la marine. Les liens entre la Cour et Constantinople sont assurés par un ambassadeur. Ce dernier doit veiller à la protection du commerce français et arbitrer les conflits entre consuls et marchands.
Pontchartrain interdit aux consuls de se livrer au négoce. Leur mission consiste à protéger les Français installés dans les pays du Levant ainsi que les communautés religieuses établies (Franciscains, Carmes, Capucins ou Jésuites).
Le commerce à destination des échelles se développe remarquablement au cours du XVIIIe siècle puisque les négociants français évincent les Anglais et les Hollandais de la région. Les échanges avec le monde ottoman sont largement bénéficiaires au moins pour les années 1700-1775. Après la perte du Canada lors du traité de Paris (1763), Versailles considère même que le commerce méditerranéen pourrait devenir un substitut lucratif. Pour accroître ses profits et accéder à des produits stratégiques (comme le blé), la France tente d'obtenir l'accès à la mer Noire mais en vain.

Malgré ces succès, la situation se déteriore peu à peu. L'ordonnance du 9 décembre 1776 entreprend une réforme d'organisation des échelles, mais les troubles révolutionnaires et les guerres de l'Empire ruineront définitivement ce commerce....