UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France racontée par les cartes...

Navigateurs (IV) : Samuel de Champlain

Navigateurs (IV) : Samuel de Champlain

Samuel de Champlain a entrepris douze voyages au total, s'embarquant la plupart du temps à Honfleur, son premier départ ayant eu lieu le 15 mars 1603, avec un retour le 20 septembre 1603.
Il est aussi parti du Havre, le 7 avril 1604 (pour son 2ème voyage), de Dieppe, le 15 avril 1626 (pour son 11ème voyage), et de Rouen le 23 mars 1633 (pour son 12ème et dernier voyage, dont il ne revint pas).
La Normandie est donc bien la base française des expéditions de Champlain, fondateur de Québec et père de la Nouvelle-France.

Champlain a laissé beaucoup d'écrits, entre autres "Les voyages du sieur de Champlain, xaintongeois, capitaine ordinaire pour le roy, en la Marine, ou Journal très fidèle des observations faites aux découvertures de la Nouvelle France", publié à Paris en 1613, et "Les voyages de la Nouvelle France Occidentale dite Canada faits par le Sr Champlain, Saintongeois, Capitaine pour le Roy en la Marine du Ponant & toutes les découvertes qu'il a faites en ce pays depuis l'an 1603, jusque l'an 1629 suivis du Traité de la Marine et du devoir d'un bon marinier", publié en 1632.

Dans la préface du deuxième ouvrage, Champlain, enthousiaste, présente un aspect idyllique de la Nouvelle France à la belle saison.
Selon lui, il s'agit d'un nouveau monde, présentant des commodités sur les rivages du Saint Laurent, "terres fertiles pour toutes sortes de grains, des pâturage en abondance, la communication des grandes rivières et lacs qui sont comme des mers traversant les contrées et qui rendent une grande facilité à toutes les découvertes dans le profond des terres d'où on pourrait aller aux mers de l'Occident, de l'Orient, du Septentrion & s'étendre jusqu'au Midy".
Champlain poursuivait en fait le vieux rêve de Verrazano : trouver un passage au nord du continent américain pour atteindre plus rapidement l'Océan Pacifique, l'Inde et la Chine....

Champlain rappelle qu'après les Bretons et les Normands, venus pêcher la morue sur les bancs de Terre-Neuve dès 1504, Verrazano, envoyé par François 1er en 1524 avait, le premier reconnu ces contrées entre la Floride et Terre-Neuve qu'il nomma la Nouvelle France; et qu'ensuite le malouin Jacques Cartier avait reconnu le Golfe du Saint Laurent en 1534.

Au cours de l'été 1601, de retour d'un voyage aux Indes Occidentales, Champlain avait été sollicité par le gouverneur de Dieppe, Aymar de Chastes, titulaire du monopole du commerce en Nouvelle France; d'où une première campagne de reconnaissance du Saint Laurent, en 1603 (départ de Honfleur le 15 mars, retour au Havre-de-Grâce le 20 septembre suivant).
Ratant de peu Henri IV en visite officielle au Havre du 11 au 13, Champlain va lui présenter à Paris sa première carte du Canada obtenant le titre de "Géographe royal".
Puis il fait publier à Paris, en novembre 1603, la relation de ce voyage sous le titre "Des sauvages, ou Voyage de Samuel Champlain, de Brouage, fait en la France nouvelle l'an mil six cens trois".

En avril 2004, à l'occasion du 4ème centenaire du départ de Champlain du Havre, un colloque organisé par le Centre Havrais de Recherche Historique, l'Université du Havre et les Amitiés Acadiennes a initié la pose d'une plaque commémorative au Havre, à l'entrée du bassin du Roi sur le mur nord ouest du poste de commande de la porte d'écluse, en présence de l'Ambassadeur du Canada en France.
La date du 7 avril mentionnée dans le récit de Champlain lui-même a été retenue comme étant la plus fiable.
Cette première tentative d'établissement français en Nouvelle France s'est soldée par un échec : le premier établissement français durable sera fondé par Champlain à Québec en 1608...