UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fêtes de France, Identité française...

Le 6 décembre : la Saint Nicolas...

Le 6 décembre : la Saint Nicolas...

... ou la Santa Claus. (Illustration : l'arrivée de Saint Nicolas, à Forbach...)

Patron des enfants et de la Lorraine, Saint Nicolas est fêté tous les 6 décembre, surtout dans l'est de la France, de la Franche-Comté à la Flandre, en passant par l'Alsace et bien sûr la Lorraine.

Processions, défilés, feux d'artifice, marchés de Noël etc... maintiennent vivace cette tradition, menacée, paganisée, dénaturée et « récupérée » par le matérialisme mercantiliste le plus bas et le plus vulgaire, sous le nom stupide de Père Noël...  

Au Moyen Âge, un marché était organisé à Strasbourg en prévision de la fête de saint Nicolas le 6 décembre : ce saint, évêque de Myre, au IVème siècle, était célébré comme dispendsateur de cadeaux aux enfants.
Pour permettre aux parents de se procurer friandises et jouets, un marché, appelé en alsacien "Klausemärik" ("le marché de Nicolas"), était alors installé quelques jours avant cette fête.

La Réforme protestante une fois adoptée par la ville de Strasbourg en 1525, le pasteur Johannes Flinner s’éleva en chaire contre l’usage de remettre des cadeaux aux enfants le jour de la Saint-Nicolas : il jugeait cette pratique "papiste" et ne voulait pas donner à un saint le rôle valorisant de donateur, tenu par Dieu seul...
Le pasteur Flinner préconisa de confier symboliquement cette mission au Christ, sous la forme de l’enfant Jésus.
Le "Conseil des 21" de Strasbourg décida donc, le 4 décembre 1570, de supprimer la Saint-Nicolas, mais d’autoriser les commerçants à tenir leur marché trois jours avant cette date.
On y trouvait des marchands de poupées et d’autres jouets, des ciriers (ou marchands de bougies et cierges en cire), des marchands de pain d’épices et de sucreries; mais ce marché était aussi une véritable foire annuelle, qui attirait à Strasbourg des marchands venus de loin.

Le marché de la Saint-Nicolas a donc été remplacé par celui de l’enfant Jésus, nommé "Christkindel" en alsacien, et la remise des cadeaux a, elle aussi, changé de date pour se faire la veille de Noël (photo suivante)...

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL