UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France en feuilleton : Aujourd'hui (204), Aux marges du palais... (VII) : Îles de la Manche...

1347419436.jpg

...en français de Jersey, et non "îles anglo-normandes"...

Curiosité héritée de l'Histoire, et contrairement à ce que pense la majorité des gens, les Îles Anglo-normandes ne font pas partie de l'Angleterre, ni du Royaume-Uni.

Elles sont une possession directe - privée, pourrait-on dire... - de la Couronne britannique, dans la mesure où celle-ci est l'héritière des Ducs de Normandie, depuis la conquête de l'île par Guillaume le conquérant.


Ce statut tout à fait particulier fait que ces Îles n'appartiennent pas à l'Union européenne...


Elles faisaient autrefois partie du Duché de Normandie, dont elles devraient toujours faire partie, en bonne logique.


Mais, lorsqu'en 1204, Philippe-Auguste eut confisqué les territoires normands continentaux du roi d'Angleterre (1) un vide juridique s'est installé pour les îles normandes : alors que les îles du sud (les îles Chausey, avec le granit desquels on a construit le Mont Saint-Michel) restaient "françaises", le reste de l'archipel, plus au nord, choisit de rester sous la souveraineté nominale et personnelle du Duc de Normandie, devenu Roi d'Angleterre en 1066, mais sans faire pour autant partie de son nouveau royaume.


De fait, elles jouissent d'une très large autonomie...

(1) : Né en 1167, Jean était le quatrième fils de Henri II et d'Aliénor d'Aquitaine.
Devenu roi d'Angleterre, il entra en lutte contre Philippe Auguste, qui voulait récupérer la Normandie.
Jean commit une faute irréparable, en ces temps de Chevalerie : après avoir divorcé, il enleva et épousa la fille du comte d'Angoulême, déjà promise à Hugues de Lusignan.
Le père et l'ex-fiancé firent appel à Philippe Auguste, qui somma son vassal Jean de comparaître en sa cour.
Comme il ne se présenta pas, il fut condamné par défaut et déchu de ses terres continentales.
Il s'enfuit alors en Angleterre, abandonnant la Normandie, tandis que Philippe Auguste mettait le siège devant Château-Gaillard : les Normands, écœurés par l'inertie de Jean, se rendirent, contre la promesse que leurs chartes soient respectées.
Seule Rouen décida de résister à l'envahisseur mais, faute de secours, elle se rendit le 24 juin 1204.
Jean Sans Terre conserva l'Angleterre, les îles Anglo-normandes et l'Aquitaine...

lafautearousseau

Commentaires

  • Cette excellente série "aux marges du Palais" (j'ai manqué les trois premiers articles !) est l'occasion de rappeler qu'il a existé une "conférence" dite "des minorités de langue française" présidée longtemps par l'ambassadeur Paul Blanc (décédé)
    Il y a certes un trait commun entre ces territoire (la culture) mais outre les différences de statut juridique il faut bien considérer que les populations sont attachées à des degrés divers certes, qui à la Suisse, qui à la couronne d'Angleterre, qui à la couronne de Belgique ...
    La république jacobine ne les séduit guère ... alors qu'une approche fédérale serait peut-être plus pertinente pour les séduire et la rapprocher. A coup sûr les jurassiens ne regrettent pas (sauf après quelques envolées après boire) le département du Mont Tonerre.

  • (A Corcelles) : Merci pour ce que vous nous dites de cette série... Si vous avez manqué les trois premiers articles, sachez que l'intégralité du feuilleton est consultable en permanence sur lfar, dans la Catégorie "L'aventure France racontée par les Cartes". Voici le lien qui vous y conduira :
    http://lafautearousseau.hautetfort.com/en-feuilleton-l-aventure-france-racontee-par-les-c/
    Si, donc, vous avez manqué les trois précédent épisodes, il s'agit des 201, 202 et 203 (respectivement, "Jurassiens français, Val d'Aoste, Val d'Aran).
    Bonne lecture, et merci encore !

  • Cette excellente série "aux marges du Palais" (j'ai manqué les trois premiers articles !) est l'occasion de rappeler qu'il a existé une "conférence" dite "des minorités de langue française" présidée longtemps par l'ambassadeur Paul Blanc (décédé)
    Il y a certes un trait commun entre ces territoire (la culture) mais outre les différences de statut juridique il faut bien considérer que les populations sont attachées à des degrés divers certes, qui à la Suisse, qui à la couronne d'Angleterre, qui à la couronne de Belgique ...
    La république jacobine ne les séduit guère ... alors qu'une approche fédérale serait peut-être plus pertinente pour les séduire et la rapprocher. A coup sûr les jurassiens ne regrettent pas (sauf après quelques envolées après boire) le département du Mont Tonerre.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL