UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au cinéma, la chronique de Guilhem de Tarlé : Les Parfums.

90.jpg

 

Au cinéma : Les Parfums, un film réalisé par Grégory Magne, avec Emmanuelle Devos (le nez, Anne Walberg), Grégory Montel (le chauffeur, Guillaume Favre), Gustave Kervern (le patron de Guillaume, Arsène), Sergi Lopez (le professeur Patrick Ballester), et Zélie Rixhon (la fille de Guillaume, Léa).

guilhem de tarlé.jpgLes Parfums… D’aucuns diraient que je n’étais pas « au parfum » puisque je ne savais rien de ce que j’allais voir, alléché seulement par l’odeur du cinéma dont le confinement – et le nouveau conseil municipal anti éolien – m’avaient privé trop longuement.
En fait, c’est l’histoire d’un « nez »,

 

« Pour un parfumeur, quelle enseigne !»
                                                                   (Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand)

L’histoire d’une femme (magnifique) qui utilise son odorat comme outil de travail quotidien, et en ce sens cette réalisation est un docu fiction très intéressant.
Mais il y a quelque chose de plus dans cette production, dont on pardonnera quelques longueurs et la relation parfois artificielle qu’Anne Walberg entretient avec son chauffeur… Dommage parce que le dialogue entre ces deux personnages nous les montre tour à tour comme professeurs de savoir-vivre, qui change du libertarisme politiquement correct des propagandes habituelles :  « il faut savoir dire s’il-vous-plaît ou merci », « les personnes ne sont pas qu’odeur, il faut savoir les regarder », « pour faire plaisir à votre fille, ne lui donnez pas ce qu’elle veut, mais montrez-lui  ce que vous aimez et qu’elle ne connaît pas… Elle se souviendra que c’est vous qui le lui avez fait découvrir », etc.

Une bonne leçon d’éducation très saine, véritablement « citoyenne » - pour reprendre le vocabulaire révolutionnaire des politiciens et leurs valets médiatiques - à telle enseigne que la critique est négative dans le quotidien Libération.
C’était bon signe !

Mais cette réalisation – je le répète – a encore quelque chose de plus… qui est la prestance et le jeu d’une Emmanuelle Devos éblouissante et distinguée, devant laquelle je suis resté en pâmoison durant toute la séance. Elle est, à elle seule, une raison suffisante d’aller voir ce film.

 

PS : vous pouvez retrouver ce « commentaire » et près de 500 autres sur mon blog Je ciné mate.

Pour mémoire :  un tableau récapitulatif donnant, dans le désordre, un « top ten » des films vus au cinéma depuis le 1er janvier

Titre

Réalisateur

appréciation

genre

nationalité

Date de sortie

Dark Waters

Todd Haynes

Je recommande

Biopic, drame

américain

Février 2020

Le cas Richard Jewell

Clint Eastwood

Je recommande

drame

américain

Février 2020

La fille au bracelet

Stéphane Demoustier

Je recommande

Drame, justice

Français

Février 2020

de Gaulle

Gabriel Le Bonin

Un bon film, mais hagiographie

Histoire

Français

Mars 2020

Une vie cachée

Terrence Malick

Un bon film, discutable

Faits réels

Américain/allemand

Décembre 2019

Scandale

Jay Roach

Un bon film

Biopic

Américain

Janvier 2020

Sympathie pour le Diable

Guillaume de Fontenay

Un bon film

Biopic/documentaire

Français

Novembre 2019

La communion

Jan Komasa

Un bon film

Drame

Polonais

Mars 2020

Sol

Jézabel Marques

Une bonne soirée

Comédie

Français

Janvier 2020

Noura rêve

Hinde Boujemaa

Un très bon film

Drame

Tunien

Novembre 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL