UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La crèche, « admirable signe » par Gérard Leclerc

Dimanche 1er décembre, le Pape publiait une lettre apostolique sur la signification et la valeur de la crèche, celle-ci étant qualifiée d’« admirabile signum ». « La crèche, écrivait-il, est comme un Évangile vivant, qui découle des pages de la sainte Écriture. En contemplant la scène de Noël, nous sommes invités à nous mettre spirituellement en chemin, attirés par l’humilité de celui qui s’est fait homme pour rencontrer chaque homme. »

13584804_1050497325039319_7100176010205014433_o.jpgEt si certains peut-être chez nous font preuve de pusillanimité, craignant d’exposer ce signe en public, le pape François, lui, n’a aucun scrupule : « Par cette lettre, je voudrais soutenir la belle tradition de nos familles qui, dans les jours qui précèdent Noël, préparent la crèche. Tout comme la coutume de l’installer sur les lieux de travail, dans les écoles, les hôpitaux, les prisons, sur la place publique. » Et pour enfoncer encore le clou : « Je souhaite que cette pratique ne se perde pas ; mais au contraire, j’espère que là où elle est tombée en désuétude, elle puisse être redécouverte et revitalisée. »

Le Saint-Père a-t-il été mis au courant de la querelle franco-française sur les crèches publiques qui est remontée jusqu’au Conseil d’État, lequel s’est engagé dans des distinguos subtils entre le cultuel et le culturel afin de préserver notre sacro-sainte laïcité, dont il ne faut pas trop médire pour les services qu’elle rend mais qu’il ne faut pas trop absolutiser non plus. On s’aperçoit d’ailleurs qu’hormis quelques séides sectaires de la Libre pensée, bien rares sont les adversaires de la crèche dans l’espace public. À Béziers, la crèche de la mairie a été inaugurée en présence de toutes les notabilités religieuses, y compris les imams !

Certes, il y a eu du grabuge à Toulouse. Une cinquantaine d’individus violents ont manifesté en hurlant contre la crèche vivante de la place Saint-Georges, obligeant les organisateurs à interrompre le spectacle, ne serait-ce que pour protéger les enfants effrayés. Mais à leurs corps défendants, les vociférateurs n’ont-ils pas mis en valeur le témoignage pacifique de ce nouveau-né complètement désarmé devant leur violence et leur sottise ?

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 16 décembre 2019

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL