Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education • L’effet Jean-Michel Blanquer

 

par Gérard Leclerc

 

2435494823.jpg

Pardon de mon ignorance, mais lorsque fut annoncée la liste du gouvernement d’Édouard Philippe, le nom de Jean-Michel Blanquer m’était inconnu. Fort heureusement, il me fut signalé sur le champ que sa nomination comme ministre de l’Éducation nationale pourrait être la meilleure bonne surprise de cette nouvelle équipe appelée à gouverner le pays. N’avait-elle pas provoqué une mimique singulière de réprobation de la précédente titulaire de la rue de Grenelle, Najat Vallaud-Belkacem ? Ce pouvait être le signal que quelque chose d’essentiel se préparait. Et de fait, depuis lors, tout ce qui s’annonce par la voix du ministre paraît décisif pour un véritable redressement de notre système scolaire. Je sais que Jean-Michel Blanquer a ses adversaires qui dénoncent un retournement total par rapport au projet d’après-guerre qui voulait promouvoir le plus grand nombre possible grâce à un modèle unique, capable de réduire les inégalités.

Mais cette objection n’arrive pas à me convaincre, car je ne crois pas du tout que ce système ait contribué à réduire les inégalités. Il a abouti, au contraire, à enfermer dans l’échec ou à conduire sur des voies de garage un nombre considérable de jeunes, alors que la culture générale de l’ensemble s’affaiblissait. Pour notre système, les évaluations auxquelles procèdent les enquêtes internationales se sont révélées cruelles. Alors, un homme qui à lui seul prend, si j’ose dire, le taureau par les cornes pour nous tirer de la spirale de l’échec, est par définition estimable.

Je serais incapable de faire une synthèse des inflexions voulues par le ministre, qui s’accumulent de semaine en semaine. Nous en sommes, en ce moment, à la réforme du baccalauréat, un très gros dossier. Je n’en retiens qu’un détail significatif, qui concerne la philosophie. Celle-ci est définie par le rapport Mathiot, qui inspire l’esprit et les lignes de force de cette réforme, comme « une épreuve universelle ». Pour moi, c’est une excellente nouvelle, même si on peut s’interroger sur la façon dont on pourra éveiller l’intérêt des jeunes gens pour une réflexion fondamentale, que le naufrage de la culture générale a sabordé. Le principal, c’est que se réveille le désir de cette réflexion qui ouvre au sens et au goût de la vie.   

Gérard Leclerc

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 14 février 2018

Commentaires

  • Pour une fois j'espère que l'on pourra faire confiance à ce ministre pourvu qu'il ait le temps de remettre de l'ordre dans l'éducation nationale qui a tant besoin depuis que les précédents ont fait des réformes les plus sottes les unes que les autres.

  • Qu'il parle du Bac:d'accord.Mais surtout du primaire qui est déterminant pour l'enfant:renforcer les fondamentaux et reformer les "instituteurs"qui ont depuis 50 ans subit
    un lavage de cerveau de la part des syndicats de gauche.Bon travail,nous attendons de voir...

  • Le joueur de pipeau a encore séduit .Qu’en est il ? Blanquer contribuera à détruire un mythe fédérateur de la nation , le baccalaureat .Au mois de juin de chaque année la nation se rassemble autour de sa jeunesse quand cette dernière s’affronte à sa première épreuve morale c’est à dire le passage d’un examen national ,anonyme et unique .Au lieu de cela on nous propose un bac disséminé , fait de bric et de broc dont les éléments sont empruntés aux divers pays européens .Prenons comme exemple l’ubuesque changement de nom de la classe terminale rebaptisée classe de maturité .Cela nous vient de Suisse .
    Quand à l’enseignement de la philosophie ,parlons -en .Cette réforme aura pour conséquence d’en diminuer les heures d’enseignement car si elle fait partie d’un tronc commun a raison de 4 h hebdomadaire ,elle se retrouve associée dans une étrange majeure à la littérature et Humanités que d’ailleurs peu d’eleves choisiront .Les classes de tronc commun seront bien sûr bourrées jusqu’à la gueule avec 35 éléves car le fin mot de cette affaire est là , l’ économie budgétaire .
    Mr Blanquer ferait mieux de s’attaquer au premier probléme de son institution : une violence endémique , une indiscipline devenue culturelle .Il eut été plus inspiré de se rendre au lycée Gallieni de Toulouse mis en coupe réglée par des racailles locales afin d’y faire entendre une parole d’autorité .En vérité ces questions d’ordre civil , celui qui a reçu son bâton de maréchal du libéral libertaire Macron en a cure .
    Ces gens sont là et c’est leur ordre de mission pour démolir la tradition française et imposer le modèle de l’entreprise libérale , ici à l’ecole .

Écrire un commentaire

Optionnel