samedi, 15 décembre 2012

Au hasard de la navigation sur le Net : échos des Blogs, des Pages Facebook, et d'ailleurs....

capture d'ecran blog.jpg        (Cette chronique n'a pas d'autre objet que de communiquer à nos lecteurs des articles et prises de positions sur lesquels nous nous trouvons en convergence, totale ou, au moins, partielle, et sur des points d'importance; elle ne signifie évidemment pas accord total et permanent, sur tous sujets et en toute occasion, avec les Blogs ou Pages mentionnées...) 

 

1. Immigration de masse, une catstrophe pour la France, le mini dossier de Polemia : http://www.polemia.com/article.php?id=5297

2. "Mariage pour tous" : Aude Mirkovic, maître de conférence en droit privé, explique pourquoi, dans le droit français, on ne peut être enfant que d’un homme et d’une femme : http://vimeo.com/31382589

3. Cécile Duflot (de cannabis ? ) veut réquisitionner pour les mal logés ? Voilà quelques adresses... : http://www.dreuz.info/2012/12/cecile-duflot-pour-les-sans...

3bis. Et, tant qu'on y est, un "pan sur le bec" qu'elle a bien mérité, d'Aymeric Pourbaix (dans Famille chrétienne) : DUFLOT MAL LOGES.JPG

4. Banque, de nouveaux produits "halal" arrivent : banque_hallal_001.jpg

5. Culture, les Antiques de Louis XIV à Versailles ( sur Patrimoine en Blog) : http://patrimoine.blog.pelerin.info/2012/12/04/second-epi...

Commentaires

Sur l’assassinat de la famille par normal 1er et sa maitresse, je me permets de recommander le lien vers l’édito de l’indécrottable Demorand, écrivassier bobo en haut del’affiche.

http://www.liberation.fr/societe/2012/12/14/combat_867819

On peut passer l’edito lui-même mais il faut prendre le temps de lire les 45 commentaires, tellement réconfortants car ils émanent du bon sens populaire. Toute la propagande ignoble de Belkacem, de sa clique, de quelques invertis et de queqlques tribades n’a aucune prise. Mais on savait déjà que Hollande n’en a rien à faire de l’opinion du peuple. Jusqu’à quand ?

Écrit par : Jean Louis FAURE | samedi, 15 décembre 2012

Répondre à ce commentaire

Je me méfie de beaucoup de Dominique Wolton, mais là, la seule introduction de son texte me semble viser juste.

http://m.marianne.net/Le-regne-de-l-oligarchie-mediatique_a224981.html

Pardon à lafautearousseau , mais j'ai pour habitude d'aller voir chez l'ennemi ce qui s'y passe ...

Écrit par : Jean Louis FAURE | samedi, 15 décembre 2012

Répondre à ce commentaire

Outre le fait qu'effectivement, l'éditorial de Dominique Wolton, en l'occurrence, "vise juste", je ne vois pas pourquoi Jean-Louis Faure aurait à demander "pardon à lafautearousseau" de son "habitude d'aller voir chez l'ennemi ce qui s'y passe ..."
Je trouve, au contraire, qu'il a bien raison. C'est plus instructif, et plus utile, que d'"aller voir" chez les sempiternels mêmes amis, ou faux amis, qu'ils soient compétents ou peu compétents, ou pas du tout ... Qu'ils soient "dans le rond" ou "has been". (Pardon pour cette locution anglaise, mais ce sont, en fait, les tournures syntaxiques d'influence anglaise qui sont un réel danger pour notre langue).

Écrit par : ELEC33 | samedi, 15 décembre 2012

Répondre à ce commentaire

À toutes fins utiles, émission signalée : France 5 - 22 H / Dimanche 16 Décembre « Les Anglais dans la résistance ».

Le Figaro de ce matin rappelle page 41, ce que fut le sort d’un très gros ouvrage écrit en 1966 « SOE in France » sous la plume d’un ancien SAS, Michael R.D. Foot, devenu professeur d’histoire à l’université de Manchester (SOE pour Special Operations Executive). Cet ouvrage de 800 pages révisé en 2004 par son auteur, ne fut traduit et diffusé en France qu’en 2008 (editions Tallandier), soit 42 ans plus tard ! L’un des derniers grands résistants, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, que l’on ne peut pas suspecter de manquer de dévotion à l’égard du Grand Homme, explique que les Britanniques eux-mêmes bloquèrent la diffusion de l’ouvrage à partir de 1966, afin de ne pas porter ombrage à De Gaulle qui n’avait jamais accepté que la guerre clandestine en France occupée fut conduite en dehors de son contrôle. Position absolument déraisonnable puisqu’il n’avait aucun des moyens de base à sa disposition : c’était de la radio, des liaisons aériennes, éventuellement maritimes. Pour la première, toutes les liaisons radio clandestines étaient sous le contrôle des britanniques, et pour les seconds tout était organisé par les opérations aériennes du SOE. Dans l’avant-propos de l’édition française, Crémieux-Brilhac écrit « La Fin d’un scandale ? … » Introduction de dix pages où il explique pourquoi les gouvernements britanniques successifs firent cette fleur au chef de la France Libre de ne pas assombrir son blason au faîte de sa gloire. Jusqu’à certains acteurs eux-mêmes qui se dressèrent contre ce travail contre toute réalité, tel André Dewavrin, « colonel Passy, chef du BCRA », dans une critique acide du Figaro Littéraire du 16 Juin 1966.
Ces 800 pages montrent comment fut installé sur le territoire un maillage serré du SOE et l’organisation clandestine qu’ils surent construire pour construire, instruire et aider la Résistance française. A vrai dire à peu près tout reposait sur eux. Très dommage qu’il faille attendre cinquante ans pour accéder à une recension fidèle de l’Histoire. Et comprendre ce que disait Churchill en créant le SOE « Je vous donne pour mission de mettre le feu à l’Europe ».
Quant à l’omerta qu’a subi ce livre, mon commentaire est qu’il y a des silences qui ressemblent à du mépris …

Écrit par : Jean-Louis FAURE | samedi, 15 décembre 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire