UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Dizaine de MAGISTRO...

          MAGISTRO, une tribune libre et indépendante d'information civique et politique, en ligne depuis 2008 : Présentation de Magistro par François Georges Dreyfus.pdf


* Liens : - http://www.democratiedirecte.fr/  (Yvan Blot)

             - http://www.henrihude.fr/ (le Blog de Henri Hude)  

 

* Denis TILLINAC, Ecrivain, chroniqueur : 'Gauchos' et 'bobos' 
* Jean-François MATTEI, Professeur émérite de l'université de Nice : La civilisation et les cultures 
* Ivan RIOUFOL, Journaliste : Le peuple au secours des élites somnolentes 
* Christophe GEFFROY, Journaliste : Le scandale de la pauvreté 
* Chantal DELSOL, Membre de l'Institut, Professeur de philosophie politique : Pensez-y toujours, n'en parlez jamais  
* Jacques BICHOT, Professeur émérite de l'université Jean Moulin (Lyon 3) : Les enjeux 2012 de A à Z 
* Yves-Marie LAULAN, Géopoliticien : Lettre ouverte à Alain Juppé à propos de la Syrie 
* Maxime TANDONNET, Haut fonctionnaire : Référendum, immigration
* Jacques BICHOT, Professeur émérite de l'université Jean Moulin (Lyon 3) : De l'électricité nucléaire 
* Denis TILLINAC, Ecrivain : Les agités du ressentiment 
* Roland HUREAUX, Essayiste : AAA, l'Europe et l'euro 
* Eric ZEMMOUR, Journaliste : La tentation rhénane  

Premières lignes du Bichot, De l'electricité nucléaire... :

        ... Et si le monopole public était une bonne solution ?
La facture du tragique accident de Fukushima commence à être connue : 54 milliards d’euros, selon Fabrice Nodé-Langlois dans Le Figaro du 14 février. Tepco, l’entreprise privée propriétaire des réacteurs sinistrés, est incapable de faire face aux indemnisations des victimes ; l’État japonais a déjà mis largement la main à la poche et va certainement continuer.

        Les catastrophes de cette taille ne sont pas probabilisables à l’échelle d’un pays, ni même peut-être à l’échelle planétaire ; leur prise en charge ne relève donc pas de l’assurance classique. Qui, dans ces conditions, peut indemniser les victimes, si ce n’est l’État ? On est dans un cas de figure où celui-ci est mieux placé que le marché pour assurer une prise en charge des risques conforme à l’intérêt général, parce qu’il peut mutualiser a posteriori, en demandant à tous les contribuables de mettre la main au portefeuille après le sinistre, alors qu’une assurance classique mutualise a priori, en faisant verser des primes sur la base de prévisions. Et encore faut-il qu’il s’agisse d’un pays de taille économique suffisante, comme le Japon, faute de quoi les pouvoirs publics seraient eux-mêmes incapables de trouver les ressources requises. Pour de petits pays, une couverture assurée par une entité supra-étatique, telle que l’Union européenne, serait beaucoup plus appropriée. Un pays comme la France, en revanche, a probablement une taille permettant à son État d’assurer la couverture du risque lié à l’énergie atomique.

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL