UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GRANDS TEXTES (28) : Le Nationalisme français et le Nationalisme allemand, par Charles Maurras

Devant l'Histoire....

Le 8 mai 2011, le site Maurras.net - sous le titre Comment Maurras dénonçait Hitler en 1937 - a envoyé ce texte de Maurras (alors en prison) en l'accompagnant du commentaire suivant (extrait) :

"...En avril 1937, la librairie d’Action française publie une brochure de propagande destinée à montrer au public, et à rappeler en bons arguments aux militants, en quoi le nationalisme français se distingue en tout du fascisme mussolinien et du national-socialisme hitlérien. C’est Marie de Roux qui en rédige l’essentiel ; Maurras y ajoute une postface, Le Nationalisme français et le Nationalisme allemand, que nous publions aujourd’hui, en lui adjoignant en note l’essentiel d’un billet écrit par Jacques Bainville en 1933, peu après l’accession d’Hitler au pouvoir.

L’argumentation est solide et carrée.

D’une part le racisme aryaniste est une ineptie, issue d’ailleurs d’auteurs français (Gobineau, de Leusse, Vacher de Lapouge) que Maurras et l’Action française avaient vertement condamnés bien avant qu’Hitler ne s’empare de leurs thèses; d’autre part cet Hitler n’est que le dernier avatar du danger pangermaniste dont l’Action française a toujours été le plus résolu des adversaires. Il n’y a donc rien de commun entre le nationalisme français, défensif et civilisateur, et le nationalisme allemand, barbare et expansionniste.

Cette argumentation a-t-elle été entendue ? Des militants qui la connaissaient déjà par cœur, sans doute. Mais vis-à-vis de l’histoire, elle n’a pas pesé lourd, et lorsqu’après 1945 un Ernst Nolte cherche à disculper son pays de la responsabilité des horreurs nazies, il n’a qu’à reprendre à son compte et au pied de la lettre les vociférations de la gauche française : l’Action française était nationaliste ? Parbleu, alors c’est clair, elle était la préfiguration du fascisme et de l’hitlérisme.

Il reste qu’aujourd’hui, le lecture du texte de Maurras en 1937 a quelque chose d’éclairant !"

Dans un précédent envoi, le site rappelait :

"...En juillet 1936, il (Maurras, ndlr) écrit dans l’Action française à propos du nazisme : « l’entreprise raciste est certainement une folie pure et sans issue ». En mars 1937, applaudissant à la condamnation du nazisme par le Pape, il précise ainsi sa propre position : « Tous les esprits impartiaux qui ont étudié le nationalisme français, même intégral, surtout intégral, savent combien il est profondément hostile à ce que l'Encyclique d'hier appelle 'la théorie du sol et du sang', théorie métaphysique, bien entendu, qui substitue aux relations normales et objectives des hommes, au jeu naturel des apports collectifs nationaux et professionnels, une distribution toute subjective fondée sur les races et sur les climats, dérivée du principe que l'Homme allemand ('all-mann') est l'Homme par excellence, le tout de l'Homme, et de ce que Luther incarna cet Homme dans l'histoire politique et dans l'histoire des religions[». Il traite de « basses sottises » les idées de Gobineau et de Vacher de Lapouge et rappelle qu'il écrivait, déjà trente ans auparavant : « J'ai, pour mon compte, toujours pris garde de séparer les réflexions sur l'hérédité politique et économique d'avec les généralisations vagues, aventureuses et captieuses sur la stricte hérédité physiologique. » Il demande une traduction non expurgée de Mein Kampf, dont certains passages laissant prévoir les ambitions hitlériennes avaient été censurés dans la version française..." 

 

NATIONALISME FRANCAIS ET NATIONALISME ALLEMAND 2.jpg 

Le Nationalisme français et le Nationalisme allemand

 

I
Les Encycliques

       

On ne saurait trop le dire, les deux dernières encycliques (1) sont des événements.

La condamnation du communisme va contribuer puissamment à rétablir une unité profonde entre les défenseurs de l'ordre, et dans l'état présent du monde il n'y a rien de plus désirable.  

 

divini redemptoris.jpg

Texte complet (en français) : http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_19031937_divini-redemptoris_fr.html

 

       

La condamnation, formelle et directe, de l'hitlérisme apporte enfin le trait de lumière souhaité aux esprits qui hésitaient sur les terrains vagues du nationalisme modéré ou du nationalisme exagéré, ces adjectifs qualificatifs n'ayant dit rien de net à personne, sinon que le premier était licite et le second interdit. Comment, jusqu'ici, se débrouiller là-dedans ?

 

mit brennender Sorge Titel Seite.jpg  

Texte complet (en français) : http://lesbonstextes.awardspace.com/pximitbrennendersorge.htm

 

 

On sait maintenant ce qui est interdit, c'est l'hitlérisme, c'est le germanisme d'Hitler, c'est la métaphysique religieuse du sol et du sang.

Il ne s'agit pas de renier sa race ni sa patrie. Il s'agit de distinguer entre des notions morales, des sentiments naturels, des idées humaines et ce qui fait l'objet d'une sorte de monothéisme historique, temporel et terrestre tout à fait aberrant.

 

II
Trente ans avant Hitler

       

Les Français qui, par comparaison à l'hitlérisme, voudront s'informer de la véritable nature du nationalisme de leur pays ont à leur disposition des textes décisifs.

Qu'ils ouvrent, tout d'abord, l'avant-dernier livre de Jacques Bainville, si précieux, Lectures (2), à la page 220. Ils liront :

Le ministre hitlérien de l'instruction publique a cité l'autre jour comme une Bible le livre d'un professeur d'anthropologie à la Faculté de Rennes, Vacher de Lapouge. Je me rappelle très bien que ce livre, L'Aryen, son rôle social, avait paru dans les environs de l'année 1900, et que Charles Maurras avait mis le très jeune lecteur que j'étais en garde contre ces rêveries de race pure.

Bainville écrit dans la même page :

Gobineau est à la source du racisme.

Si, donc, les fondateurs du Nationalisme français avaient eu le moindre penchant pour ces basses sottises, Bainville l'observe avec raison, les livres français y auraient abondamment pourvu. On avait la bible, la source. Et l'on était à l'origine du mouvement ; la liberté de direction, la liberté de choix étaient absolues pour nos amis.

Écoutez-les parler de M. de Gobineau, dès les premières années du XXe siècle :

Analysant un livre ingénieux et pénétrant que M. Seillière (3) a consacré au comte de Gobineau, M. Paul-Boncour a remarqué à différentes reprises que je ne me référais point à la doctrine de l'Essai sur l'inégalité des races humaines.

M. Paul-Boncour m'en a demandé la raison.

Elle est très simple. Je n'admets pas cette doctrine.  

 

gobineau.jpg

Joseph Arthur de Gobineau (1816-1882), auteur de l'Essai sur l'inégalité des races humaines (1853-1855)

 

 

       

Plus loin, étudiant un livre fort intéressant d'un disciple très original de Gobineau, et, selon nous, bien supérieur au maître, le comte de Leusse (4), j'écrivais, et ce compte rendu de cette « lecture orageuse » est vieux de plus de trente ans :

… J'ai, pour mon compte, toujours pris garde de séparer les réflexions sur l'hérédité politique et économique d'avec ces généralisations vagues, aventureuses et captieuses sur la stricte hérédité physiologique.

Une aristocratie peut être formée de sangs assez divers et, ce nonobstant, accomplir toutes ses fonctions les plus hautes, si d'autres conditions s'y prêtent favorablement. Il y a aux débuts de l'histoire de France une aristocratie franque, une aristocratie scandinave, une aristocratie gallo-romaine (5). Toutes trois, surtout la première et la dernière, ont concouru à l'admirable système féodal. Ont-elles été inférieures dans ce rôle à l'aristocratie teutonique ou mieux à l'aristocratie danoise, qui, pour M. de Leusse, représentent une veine plus pure du sang des « Aryans » ?…

… Nous savons qu'un État ne peut être prospère sans un pouvoir héréditaire, ou simple ou collectif, résidant dans une dynastie ou dans une aristocratie ; nous le savons, parce que nous savons pourquoi cela est. Mais nous ne pouvons pas dire que nous sachions que ces races régnantes ou gouvernantes régneront et gouverneront d'autant mieux qu'elles seront plus pures. S'il n'y avait qu'une race supérieure, on comprendrait que tout mélange l'abâtardit ; mais, aux époques historiques, quand les races sont en présence, c'est une question de savoir s'il y a des premiers et quels sont les premiers !…

Un critique malin et qui aurait le temps de contenter sa malignité aurait à détacher des Études d'histoire ethnique plus d'une ligne assez plaisante, toutes les fois que M. de Leusse est forcé d'enlever quelque vertu à ses chers Germains ou de faire sur leur dos quelque concession. En un endroit où le conflit se montre entre l'humilité chrétienne et l'impertinence germaine, ce chrétien fervent ose parler d'un ton presque piqué du christianisme. Arrivé à l'époque de la Réforme, ce catholique résolu écrit qu'il n'en parlera point.

« C'est par parti-pris, déclare-t-il, et pour des raisons dont je n'ai à rendre compte à personne que je ne traite pas dans mon travail la question de la Réforme de Luther. » Si les Aryas sont la fleur du monde et si les Germains sont eux-mêmes la fleur de l'Arya, il semble, en effet, difficile d'expliquer que ces êtres supérieurs aient mis toute leur âme à se couper d'avec la chrétienté entière et à détruire l'admirable unité catholique.

Car c'est un autre caractère distinctif du Nationalisme français ; il est fort éloigné de présenter la nécessité pratique et moderne du cadre national rigide comme un progrès dans l'histoire du monde ou comme un postulat philosophique et juridique absolu. Il voit au contraire dans la nation une très fâcheuse dégradation de l'unité médiévale. Il ne cesse pas d'exprimer un regret profond de l'unité humaine représentée par la République chrétienne.  

 

fichte.jpg

Johann Gottlieb Fichte (1762-1814), concepteur de la théorie de la Nation allemande, fondée sur le droit du sang. Il prononça ses Discours à la Nation allemande lors de l'invasion de la Prusse par les Français .

 

       

On en trouvait une formule, parfaitement nette, dans la déclaration de novembre 1899 qui servit de départ au mouvement des idées de l'Action Française ; ce dont Fichte et ses successeurs ont fait gloire aux siècles nouveaux, nos amis ont déclaré en porter le deuil. En d'autres termes, ce qui, dans le Nationalisme français, a été une mise en garde indispensable contre la rigueur des temps, était au contraire, dans le Nationalisme allemand, présenté, constitué et systématisé comme un bien en soi.

Au nationalisme officiel des Allemands nous avons opposé une doctrine de défense, comme il le fallait bien, à moins de tout livrer, de tout sacrifier, au pire, foyers, autels, tombeaux, la haute humanité.

En défendant la France, en préservant de nos mains étendues « le flambeau de l'esprit » de notre nation, ce sont des biens traditionnels, éternels, universels que nous avons travaillé à défendre. Plusieurs de nos compatriotes ont pu s'y tromper ; leur erreur (il faut le noter) n'a pas été commise par un Allemand intelligent et cultivé, M. Ernst Curtius, qui a vu clairement quel « schisme » nous reprochions à l'Allemagne et comment la cause de l'intérêt français coïncide, point par point, ligne à ligne, avec le génie d'une civilisation pure et libre des conditions de temps et de lieux.

 

MAURRASALMANACHAF1928.jpg

 

 

(1) : Encyclique Divini Redemptoris sur le communisme (19 mars 1937) et encyclique Mit Brennender Sorge sur la situation de l'Église catholique dans l'empire allemand (14 mars 1937), de Sa Sainteté le Pape Pie XI.

(2) : L'article repris dans Lectures est une note publiée par Jacques Bainville en 1933, peu après la prise de pouvoir par Hitler, sous le titre Prestige de la pensée allemande. En voici les principaux extraits :

        "Le numéro de la Nouvelle Revue française consacré aux doctrines nationales-socialistes est hautement significatif, par lui-même et par son seul contenu. D'emblée, l'idéologie hitlérienne trouve une audience, est accueillie avec un désir d'étude, avec un sérieux que l'idéologie mussolinienne n'a pas eus. Pourquoi ? C'est vous qui l'avez dit. Parce que Hitler est allemand. Il n'y a pas de doute. L'ironie française s'en est donné à cœur joie des faisceaux, des chemises noires, du salut à la romaine et du déguisement de César. Le bel Adolphe, le peintre en bâtiment beau parleur a été raillé tant qu'il n'a été qu'un chef de bande, un énergumène de réunion publique. D'ailleurs, les Français refusaient de croire que trois hommes réunis un jour autour d'une table de brasserie et jurant de sauver leur pays pussent réussir (…)

        En dépit des haussements d'épaules, Hitler est devenu le maître. Tout change. La légèreté fait place à une gravité émue, déjà parente de la sympathie. Le national-socialisme n'est plus une mascarade de chemises brunes. C'est une philosophie. Et puisqu'elle est allemande, elle ne peut être superficielle. Il faut qu'elle aille aux racines de l'être.

        Nous n'en sommes que là encore. C'est pourtant très différent déjà de la vogue du bolchévisme (…) Le national-socialisme est examiné dans un autre esprit qui permet de déceler chez lui une attraction naissante. On lui trouve des profondeurs de pensée. Pourquoi ? Répétons-le : parce qu'il est germanique et qu'il faut que tout ce qui est germanique soit pensé.

 

Vacher-de-Lapouge.jpg

Le comte Georges Vacher de Lapouge (1854-1936), anthropologue et théoricien de l'eugénisme. Athée, anticlérical et socialiste militant, il est l'un des fondateurs du Parti ouvrier français de Jules Guesde avant de rejoindre la SFIO.

 

 

        Les éléments de la doctrine hitlérienne, à l'analyse, sont pourtant pauvres. Il n'y a rien chez elle qui ne soit connu et même que des livres français n'aient fourni. Gobineau est à la source du racisme. Le ministre hitlérien de l'instruction publique a cité l'autre jour comme une bible le livre d'un professeur d'anthropologie à la Faculté de Rennes, Vacher de Lapouge. Je me rappelle très bien que ce livre, L'Aryen, son rôle social, avait paru dans les environs de l'année 1900 et que Charles Maurras avait mis le très jeune lecteur que j'étais en garde contre ces rêveries de race pure. Un autre élément du national-socialisme c'est une sorte de naturisme, d'âge d'or agricole, d'artisanat élevé sur les débris des machines. C'est même en cela et par son refus d'accepter la conception matérialiste de l'histoire que ce socialisme est anti-marxiste. Mais qu'est-ce, sinon du Rousseau et George Sand, peut-être seulement remis à la mode de Gandhi et de son rouet ?

        Oui, mais ces vieilleries, ces pauvretés sont dites sur le ton qui fait la musique, une musique allemande sur laquelle tant d'esprits français aiment à s'envoler. La germanophilie de deux générations dont l'étrange Lucien Herr est digne de rester comme le témoin nous a valu la diffusion en France d'un socialisme conçu en Allemagne. Par elle, Karl Marx a été préféré à nos propres utopistes, à ce Proudhon qui était si fortement du cru. Chose remarquable, elle avait toute entière versé de ce côté-là, après le coup rude de 1870 qui avait effacé l'image des Hohenzollern, despotes éclairés et libéraux, chers aux germanophiles depuis Frédéric. Renan lui-même, quelque temps, n'avait-il pas vu dans les militaires et dans les hobereaux prussiens des types d'humanité supérieure ? Peut-être, même après sa célèbre lettre au docteur Strauss, n'en était-il pas tout à fait revenu. Mais enfin il n'y a jamais eu de Français formé à l'admiration de l'Allemagne qui aient adopté Treitschke et les philosophes du bismarckisme. Au germanisme, c'était le socialisme qui servait de véhicule.

        Le grand souffle hitlérien a renversé Karl Marx et Kant. La social-démocratie a disparu en un jour comme une poussière. Est-il sûr que le goût du germanisme se soit éteint en France ? Est-il sûr que, faute d'aliment, ce n'est pas vers les doctrines des nazis qu'il se tournera ?" (n. d. é.) 

(3) : Le comte de Gobineau et l'aryanisme historique, livre publié en 1903 par Ernest Seillière (1866–1955) aux éditions Plon. (n. d. é.) 

(4) : Il s'agit du comte Paul de Leusse (1835–1906), châtelain et maire de Reichshoffen sous le Second Empire, et non de son fils, plus connu, Jean de Leusse (1867–1963), lequel réintégra Reichshoffen en 1918 et en fut député, puis sénateur, pendant toute l'entre-deux-guerres. L'ouvrage de Paul de Leusse qu'évoque Maurras a paru en 1899 sous le titre Études d'histoire ethnique depuis les temps préhistoriques jusqu'au commencement de la Renaissance. (n. d. é.)

(5) : Tout au long de sa vie Maurras n'aura de cesse de rappeler cette croyance tenace dénoncée par Fustel de Coulanges, selon laquelle la noblesse française serait d'origine franque alors que les roturiers seraient descendants des Gallo-Romains, et d'en moquer la naïve absurdité. (n. d. é.)

(6) : Ernst Robert Curtius (1886–1956), né à Thann, auteur en 1931 de l'ouvrage Die französische Kultur, et non son grand-père bien plus connu, l'archéologue Ernst Curtius (1814–1896). Voir à ce sujet la note 31 de notre édition de Dante et Mistral. (n. d. é.) 

Commentaires

  • Il me semble que toutes ces citations et prises de position sont totalement périmées en ce qu'elles répondent à une problématique bien différente de celle que nous connaissons aujourd'hui. "Il ne s'agit pas de renier sa race ni sa patrie"nous dites-vous. Mais si, justement, et le mot "race", qu'il soit utilisé au sens biologique de Vacher de Lapouge ou au sens ethnique culturel et familial de Mistral, est également absolument et universellement condamné dans toutes ses acceptions, au profit d'une conception purement volontariste de la nation. Nous perdons notre temps si, sans esprit critique, nous ressassons la vieille querelle entre Renan et Müller qui date quand même de 1871. D'ailleurs l'Allemagne que vous pourfendez n'existe, helas plus. Enfin, Si Maurras s'est toujours montré prudent dans le domaine des idées, malgré ses invectives, on ne peut pas en dire autant de Marie de Roux qui hasarda une conception bien contestatble de la nation française.

Les commentaires sont fermés.