UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conférences d'Yvan Blot

        Ce soir, à Paris, a lieu la Conférence n° 8 du cycle 2010/2011 d'Yvan Blot :

        La question du contrôle de la constitutionnalité.

        Ne disposant pas de l'info auparavant, nous n'avons pas présenté plus tôt ce Cycle de conférences : nous donnons ci-après le tableau récapitulatif, avec les détails pratiques (lieux, horaires); rappelons qu'Yvan Blot est Président d'Agir pour la démocratie directe (site www.democratiedirecte.fr ; adresse : atheneion@free.fr ).

 

 

INSTITUT NEO SOCRATIQUE   AGIR POUR LA DEMOCRATIE DIRECTE

 

Conférences d’Yvan BLOT, 2010-2011

 

                  

 

LA DEMOCRATIE DIRECTE

SOLUTION AUX BLOCAGES POLITIQUES ?

 

« Le mal de notre démocratie est de ne pas en être une.

Le peuple est nominalement le seigneur souverain mais il n’a en réalité rien à dire »  

Hans H. von Arnim, «  Das System », Drömer Verlag 2001

 

 

20 Septembre : Séance n° 1 : oligarchies et blocages : la solution de la démocratie directe ?

 

18 Octobre : Séance n°2 : le pays fondateur : la Suisse (et le Liechtenstein)

 

22 Novembre : Séance n°3 : les Etats-Unis d’Amérique

 

13 Décembre : Séance n°4 : l’Allemagne

 

17 Janvier  2011 : Séance n°5 : l’Italie

 

7 Février : Séance n°6 : l’explication du succès : le comportement du citoyen

 

14 Mars : Séance n°7 : chambres et antichambres : le rôle du parlement en démocratie directe

 

4 Avril : Séance n°8 : la question du contrôle de la constitutionnalité

 

16 Mai : Séance n°9 : la crise qui permet la réforme

 

6 Juin : Séance n°10 : le cas français ; vers une réforme indispensable.

 

Toutes les conférences ont lieu à l’hôtel Néva,

14,rue Brey 75017 Paris (près de l’Etoile) à 19H30.

Commentaires

  • Le peuple est souverain, cela signifie que c'est du peuple que procèdent la puissance publique et les lois. Les gouvernants ne peuvent donc être que des agents d'exécution, qui doivent se conformer aux fins déterminées par la volonté générale.
    Par exemple, le "contrôle de constitutionnalité" n'existe pas en Suisse, où les citoyens peuvent, s'ils le souhaitent, faire évoluer la constitution par référendum, pour la rendre conforme à la volonté générale.

  • Le peuple peut aussi souverainement approuver une
    constitution, la loi fondamentale, par laquelle il remet entre
    les mains du Roi, une part de souveraineté, son incarnation
    et la possibilité d'un arbitrage entre ces différentes
    composantes et intérêts qui le composent, dans le souci du
    bien commun (la res-publica), selon le principe monarchique
    qui s'inscrit dans la durée conformément à l'ordre
    constitutionnel de succession dynastique.

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL