UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Dizaine de MAGISTRO...

        Par-delà le discours dit de droite, dit de gauche ou d'ailleurs, il faut aller à l'essentiel ...
du (bon) sens et des fondamentaux ... un choix de civilisation !

       
MAGISTRO, une tribune libre et indépendante d'information civique et politique.  

        ( Liens : -  http://www.henrihude.fr/ )

Pourquoi la catastrophe nous fascine-t-elle ?  François-Xavier BELLAMY  Professeur de philosophie
Spiritualité financière et saintes liquidités  Aude de KERROS  Essayiste, critique d'art
Mayotte, un Lampedusa français  Fran çois JOURDIER  Officier, Contre amiral (2S)
Jacques Chirac, le dernier combat  Eric ZEMMOUR  Journaliste, écrivain
Ce que le désastre japonais dit de la France  Ivan RIOUFOL  Journaliste
Le PS et la cassette des départements  Eric ZEMMOUR  Journaliste, écrivain
Sarko s'en va-t-en guerre  Yves-Marie LAULAN  Géopoliti cien
Où va le monde arabe ?  François-Georges DREYFUS  Historien
Le règne de l'argent  Christophe GEFFROY  Journaliste
Gentils de tous les parvis…unissez-vous ! Frigide BARJ OT  Parodiste, chroniqueuse
Barrès et Jaurès toujours actuels  François BROCHE  Journaliste, historien

        Extrait du Geffroy, Le règne de l'Argent :

        "...Or, cette crise a mis en lumière ce qu’il est convenu d’appeler la "financiarisation" de l’économie et l’impuissance du politique à maîtriser cette dérive - ou du moins son absence de volonté d’y parvenir : la sphère financière s’est émancipée de toute contrainte, aussi bien morale que nationale, pour ne suivre que sa propre logique qui est celle de l’Argent, des rendements financiers toujours plus élevés. Ainsi, peut-on dire que ce que nous observons est d’une certaine façon la conséquence d’un système financier capitaliste laissé libre de tout contrôle.

        En bioéthique, le problème est le même : on se laisse finalement guider par la logique du marché ! Ne sachant plus ce qu’est un homme, ignorant sa nature et donc le fondement de sa dignité, on aboutit à une "chosification" de l’humain, l’embryon devenant un simple objet de recherche scientifique, tandis que l’on permet le commerce du corps humain - déjà payant en certaines régions - avec "location" d’utérus ("mère porteuse"), don de gamètes, etc. On en arrive à des situations totalement absurdes - mais le plus absurde est que cela ne choque plus guère ! - où l’homme est réduit à une fabrication technique optimale sans aucun souci de filiation - bonjour l’eugénisme qui choquait tant jadis ! - au point de n’être parfois plus conçu pour lui-même mais comme un "moyen", comme c’est le cas avec le "bébé-médicament" !
        Avec la bioéthique comme avec la financiarisation de l’économie, on est face à la logique libérale du "tout march" poussée à son point ultime...."

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL