UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La fusée Ariane menacée ?.....

          On la croyait en position de force, et faisant partie, pour ainsi dire, de ce qui marchait sans problèmes. Or, voici qu’on apprend que la fusée Ariane est menacée.

          Et ce qui la menace c’est non seulement « le  déclin » mais même sa "disparition du marché commercial" faute du développement d'une version plus puissante du lanceur, dénonce Frédéric d'Allest, président d'honneur d'Arianespace, dans une  tribune publiée dans Le Monde du 5 août.

20080709063499864669949.jpg

            "Le lanceur se trouve en limite de performances sans qu'une version plus puissante soit en cours de développement permettant de prendre la relève à temps" et "pour la première fois, Ariane est clairement en grave danger de déclin par manque d'anticipation et de volontarisme", juge-t-il.

          Nous nous garderons bien d’intervenir dans un domaine aussi pointu que celui-là, et de lancer des accusations faciles contre X, Y ou Z. Nous nous bornerons à reprendre, textuellement, les mots qu’emploie Frédéric d’Allest qui, lui, est compétent et sait de quoi il parle. Il faut de l’« Anticipation » et du « Volontarisme » dit-il. Ceci nous semble à rapprocher des propos que nous citions récemment tenus par Raymond Barre (et confirmés plus tard, par François Fillon) (1) : tous les deux  s’étonnaient que, chez les dirigeants politiques qu'ils cotoyaient, l’on ne sache pas raisonner sur la durée, que l’on n’intègre pas le temps long dans la prise de décisions politiques, ni dans la réflexion politique elle-même.

          Ne sommes-nous pas, dans le cas de l’Espace qui nous préoccupe ici, dans l’un de ces cas-types où, justement, la Royauté apporterait un vrai plus à la France. Il n’est pas bon de n’avoir que des dirigeants « de passage », voire « de rencontre » ; ne serait-il pas mieux d’avoir, à côté des dirigeants élus, une présence perpétuelle à la tête de l’Etat ( à l’Académie Française, on dit « Secrétaire perpétuel »…..) ? Une autorité stable qui, de par sa stabilité même, rendrait plus faciles les « anticipations » et le « volontarisme » (qui implique forcément la durée…) dont parle, à juste titre, Frédéric d’Allest ?

(1)   Voir la note « Quand Raymond Barre parle d’or » dans la Catégorie « Classe politique et Pays Légal : en crise ? »

Les commentaires sont fermés.