Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maîtres et témoins (III) : Léon Daudet

Les sièges du mouvement : 1, rue Boccador

Les sièges du mouvement : 1, rue Boccador

De "La pluie de sang", page 15 :

"...Le siège de l'Action française était alors 17, rue Caumartin, petit hôtel modeste et étroit, si on le compare à notre actuel domicile de la rue Boccador, somptueux et commode, où l'on pourrait facilement tenir des réunions de cinq à six cents personnes..."

C'est alos qu'elle occupait cet immeuble "somptueux et commode" qu'eurent lieu les obsèques de Jacques Bainville, et "l'incident Blum" qui, volontairement grossi et déformé par le Régime, donna à celui-ci le prétexte pour dissoudre la Ligue d'Action française.
D'Albert Marty, dans "L'Action française racontée par elle-même" (page 328):

"...L'après-midi, l'incident Blum, dûment grossi pour les besoins de la cause, fut évoqué à la Chambre et M. Bouisson puis M. Sarraut, président du Conseil, promirent de venger Léon Blum sans hésitation, sans faiblesse, sans retard.
Comme s'il se fût agi du salut de la patrie, un conseil des ministres se réunit d'urgence à l'Elysée et le faible Lebrun signait, séance tenante, un décret conforme à la loi du 18 janvier 1936 - oeuvre du cabinet modéré Laval - frappant de dissolution les associations et groupements de fait, dénommés ci-après :
- "Ligue d'Action française", dont le siège est à Paris, 1, rue du Boccador;
- la "Fédération nationale des Camelots du Roi" et la "Fédération nationale des Etudiants d'Action française", dont le siège est à Paris, 33 rue Saint-André-des-Arts...
Avant qu'il ne fut nuit, l'immeuble de la rue du Boccador était cerné par d'importantes forces de police et un juge d'instruction, flanqué de quatre commisssaires et de soixante inspecteurs... fouillait en vain les tiroirs et les meubles...
Ce n'est que le lendemain qu'on fit courir le bruit que le chapeau de Léon Blum avait été trouvé chez les Camelots du Roi, mais le procès-verbal établi la veille n'en avait pas fait mention : étrange oubli..."