UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France racontée par les cartes...

Rêves d'Empire : Louisiane... (III/III)

Rêves d'Empire : Louisiane... (III/III)

Avec le talent qu’on lui connaît, Jean Raspail a raconté l’épopée française en Amérique du Nord, avec son roman « En canot, sur les chemins d’eau du roi… », du Saint Laurent à La Nouvelle-Orléans…

De 1615, où Samuel de Champlain et Étienne Brûlé atteignirent les Grands Lacs, à 1669, où René-Robert Cavelier, Sieur de La Salle explora l'Ohio et l'Illinois, et jusqu’au traité de Sault-Sainte-Marie, en 1671, s’est déroulée l’exploration puis - les tribus des Grands Lacs l’ayant acceptée - l'annexion formelle de la région comprise entre les Grand lacs et la Golfe du Mexique par la France.
Les Indiens qui la peuplaient devinrent « les enfants rouges de la France »….
Leur territoire représentait environ dix fois la France d’alors, et c’est Robert Cavelier de La Salle qui baptisa toute la région Louisiane, en l’honneur de Louis XIV…..

Mais la présence française en Amérique du Nord se heurtait à deux obstacles qui se révélèrent insurmontables :

* La concurrence et l’hostilité farouche et féroce des Espagnols, au Sud, et des Anglophones (même divisés entre « Anglais » et « Etats-Uniens ») au Nord et à l’Est…
* Le problème démographique : on peut estimer qu’il y avait environ quelques 100.000 « français » pour peupler cet immense territoire (de fait, donc, un territoire « vide »…) contre, au moins, un million et demi, sinon plus, d’anglophones : même divisés politiquement, les anglophones ne pouvaient que l’emporter…

Au moment de la paix d'Amiens, en 1802, les États-Unis envoyèrent des émissaires à Paris pour demander la liberté de navigation sur le Mississipi et l'achat possible de la Nouvelle-Orléans.
A leur grande surprise, le négociateur François Barbé-Marbois et le Premier Consul leur proposa l'achat de toute la Louisiane pour mettre à l'abri des convoitises britanniques un territoire que, de toutes façons, la France n’aurait pu conserver à la longue.
L'accord fut signé le 8 mai 1803 : la Louisiane était vendue quatre-vingt millions de francs….