Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aventure France racontée par les cartes...

L'empire de Cîteaux...

L'empire de Cîteaux...

En mars 1098, Robert, un bénédiction, abbé de Molesmes, accompagné d'une vingtaine de ses compagnons désireux comme lui de revenir à la vie monastique primitive, fonde Cîteaux, dans un vallon sauvage, entre les forêts de Bourgogne et de Bresse.
Ses successeurs, Albéric (1099-1109) et Etienne Harding, troisième abbé de Cîteaux (1109-1133) continuent son œuvre.

Sous l’abbatiat d’Etienne, l'ordre commence à essaimer et 4 abbayes-filles de Cîteaux sont créées : La Ferté sur Grosne en 1113, Pontigny, près de Langres, en 1114, Clairvaux et Morimond près de Langres en 1115.
L'ordre cistercien se caractérise par une organisation arborescente : Cîteaux est le tronc principal d'où partent 4 branches que sont les abbayes-filles ; chaque monastère peut à son tour fonder des abbayes, ces dernières étant toujours rattachées à l'une des lignées primitives. C'est ainsi qu'en 1119, l'ordre compte déjà 12 monastères. Etienne rédige la « Charte de Charité » qu'il présente en 1119 au Pape Callixte II en vue de la reconnaissance de cette nouvelle branche de moines bénédictins : c'est à lui que les Cisterciens doivent leur statut définitif.

Mais c’est surtout l’arrivée de Bernard de Fontaines qui va donner à l’ordre sa véritable dimension. Bernard naît en 1090, fils d'un des seigneurs de Fontaines situé à quelques kilomètres de Dijon. Après une solide éducation, attiré par la ferveur de ses moines, il rejoint le monastère de Cîteaux en 1112 accompagné de 30 compagnons dont 4 de ses frères et 2 de ses oncles maternels.

Doté d'une intelligence, d'un dynamisme et d'une sensibilité exceptionnels, il assure le véritable rayonnement à l'ordre : sa force de conviction et sa notoriété attirent de nombreuses vocations. A 25 ans, il est chargé de fonder l'abbaye de Clairvaux en 1115, troisième abbaye fille de Cîteaux. En 38 ans d'abbatiat, il contribue à la création de 68 abbayes filles de Clairvaux, et sa filiation comptera 165 établissements !

Dénonciateur de l'ordre de Cluny dans son « Apologie à Guillaume de Saint Thierry » en 1125, il n'a de cesse de critiquer les écarts faits à la règle de saint Benoît (mets surabondants, coquetterie, habitudes et trains de vie princiers), le cadre de certains monastères, leur décoration, leurs peintures ou sculptures évoquant des messages bibliques, qui sont utiles au fidèle mais pas au moine.

Il donne aux Templiers les fondements de leur règle, qui concilie l'état monastique et militaire, tente de purifier le clergé séculier, rappelant au passage les devoirs des évêques, est l'acteur déterminant lors du schisme de 1130 en ralliant les rois, princes et évêques au Pape Innocent II, prêche la seconde croisade en 1146, et obtient l’indépendance de Cîteaux par rapport à Cluny.

A sa mort en 1153, il laisse derrière lui plus de 160 moines à Clairvaux ; l'ordre compte près de 350 abbayes et la moitié des moines français sont cisterciens ! A la fin du XIIè, l’ordre compte 530 établissements, et 700 à la fin du XIIIè.

L'ordre prône une architecture austère : sobriété et dépouillement sont l'expression de la morale et de la théologie cistercienne : le luxe et le faste sont bannis et tout élément de décoration jugé superflu est supprimé (sculptures et peintures notamment). Seules des feuilles d'eau faisant référence à l'origine de l'ordre sont fréquemment représentées sur des chapiteaux. L'absence de clocher dans les églises des monastères traduit très bien ce refus de toute marque ostentatoire de puissance. Aussi les abbayes romanes cisterciennes sont elles parmi les plus belles des créations architecturales (Sénanque, le Thoronet, Flaran, Fontenay, Fontfroide, Pontigny…)

A partir du XIIIè siècle, l’ordre connaît lui aussi des difficultés : il commence à s’enrichir et la discipline se relâche. D’autres ordres naissent, qui lui font une sérieuse concurrence par leur esprit de pauvreté et de dépouillement tout nouveau : les ordres mendiants Franciscains et Dominicains....