UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Drapeaux des Régiments du Royaume de France...

Régiment de Picardie

Régiment de Picardie

Le Régiment de Picardie était issu des bandes de Picardie, créées en 1479, qui devinrent - en 1558 - le Régiment de Picardie.

Le nom de Régiment de Picardie fut porté sous l'Ancien Régime par deux régiments successivement :
- le 1er régiment d’infanterie de ligne de 1558 à 1780;
- le 2e régiment d’infanterie de ligne de 1780 à 1791
De 1569 à 1780, un premier régiment porta le titre de "Régiment de Picardie", avant de devenir "Régiment Colonel-Général" (deux drapeaux ci-après).
En 1776 - à partir de 2 bataillons du Régiment de Picardie - fut créé le Régiment de Provence

Le régiment de Picardie avait un drapeau bicolore rouge à croix blanche :
- le rouge était la couleur des vieilles bandes de Picardie au XVIe siècle,
- et la croix blanche indiquait que le régiment se battait pour le Roi de France...

C'est Louis XI qui décida d'organiser réellement l'infanterie française, c'est-à-dire de créer des unités militaires permanentes et soldées.
Il prit comme modèle les redoutables "hérissons" suisses, imitant les "phalanges" de l'antiquité grecque.
L'infanterie suisse avait en effet montré sa supériorité en anéantissant les puissantes armées de Charles le Téméraire...
Louis XI rassembla 10.000 hommes, auxquels il réunit 6.000 soldats suisses et, par lettres patentes données au Plessis-lèz-Tours, le 9 octobre 1480, il chargea Philippe de Crèvecœur d'Esquerdes de commander et d'exercer cette nouvelle milice de hallebardiers et de piquiers, qui fut partagée en bandes de mille hommes.
En 1483 les bandes françaises s'établirent en Picardie.

Les troupes qui en faisaient partie s'illustrèrent dans la prise de Calais par François de Guise, puis dans la prise des Trois-Evêchés, avant d'être engagées durant les Guerres de Religion : en 1589, elles sont au siège de Paris avec les deux Henri III (de France et de Navarre) et sont le premier régiment à reconnaître Henri IV "Roi de France et de Navarre"...
Après la bataille d'Ivry, le régiment se trouva au blocus de Paris, puis au siège de Chartres et participa à toutes les expéditions du roi, et se trouva à son entrée solennelle dans Paris le 22 mars 1594.

En 1640, Louis XIII étant en guerre avec l'Espagne, le Régiment de Picardie vint faire le siège d'Arras, qui capitula au bout de 9 jours. Les Espagnols, qui étaient devenus maîtres de la ville à la faveur des troubles religieux en France, avaient écrit sur une de ses portes :
"Quand les Français prendront Arras, les souris mangeront les chats"; les Français conservèrent l'inscription après avoir effacé le "p" du mot "prendront", l'inscription devenant donc :
"Quand les Français rendront Arras, les souris mangeront les chats"...
En 1643, le Régiment participa à la bataille de Rocroi qui eut lieu le 19 mai.
En 1660, il entra dans Dunkerque, que l'Angleterre venait de céder à la France.
En mars 1666, le régiment est engagé dans la guerre de Dévolution, et participe à la prise de Charleroi, de Tournai et de Douai, ainsi qu'au siège de Lille...
En 1672, le régiment participe à la Guerre de Hollande et, en 1674, il est au siège de Besançon...
En 1685 et 1686 - période de paix... - il travaille au canal de Maintenon, et se voit décimé par les maladies.
Ensuite, vient la Guerre de la Ligue d'Augsbourg : en 1688 les deux bataillons de Picardie quittent Maintenon et se rendent à l'armée du Dauphin qui fait le Siège de Philippsburg : la ville capitule le 29 octobre.
Le 21 mai 1693, le régiment s'empare de la ville de Heidelberg, dans le Palatinat.
Durant la Guerre de succession d'Espagne, le régiment participe à la bataille de Malplaquet, défaite française équivalant - de fait - à une véritable victoire, puis, s'il n'est pas à la grande victoire de Denain, c'est parce que le Maréchal de Villars l'envoie faire une diversion à Landrecies, pour tromper l'ennemi : la manoeuvre réussit parfaitement, et permet la victoire de Denain, qui change - en notre faveur - le cours de la guerre, qui nous était, jusque là, contraire...
Par la suite, le régiment fut envoyé partout en France, de la surveillance du cordon sanitaire autour de Marseille ravagée par la peste (1720) à la Corse (1774)...