UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Futur d’après Davos, par Hilaire de Crémiers.

1A.jpg

C’est du Villiers, pur sang ; les gens qui n’ont pas d’âme diront pur jus. Mais non, ce n’est pas du jus qui circule dans ce dernier essai de l’ami Philippe ! C’est du sang et qui bouillonne à chaque page, du sang français et de vieille souche, toujours vif et fier, comme dans les essais précédents. Sauf que là, il s’agit de vie et de mort.

hilaire de crémiers.jpgEt le sang, c’est la vie, c’est l’âme, c’est le don divin, comme il est dit dans la Bible et comme le rapportent nos traditions.

Philippe de Villiers n’est pas un complotiste, comme il s’amuse à nous le préciser au début de son ouvrage ; et, pourtant, il dénonce ce qui a bien l’apparence d’un complot dont il démonte les rouages, montre l’origine et dénonce les desseins, preuves et documents à l’appui. Le forum de Davos en est le centre intellectuel et la cuve d’incubation, alimentant toutes ses ramifications internationales dont Macron fait partie, ayant été initié déjà jeune, et dont maintenant toute la macronie est le relais intéressé. Question de pouvoir ! De pouvoir mondial dont les pouvoirs locaux ne sont plus que les agences, non au service des États, des nations et des peuples, mais à la disposition de la vision nouvelle du monde que la technique et l’idéologie du progrès qui s’attribuent à elles-mêmes leur propre finalité, prétendent façonner en créant, s’il le faut, un nouveau type d‘humanité. Lisez Klauss Schwab, le fondateur et le patron de Davos dans ses essais, dans ses préconisations, dans ses anticipations. Villiers le cite et le recite : c’est clair ! Le monde de la finance,de l’économie, de la technologie, dite avancée, de la politique est amené de plus en plus à vivre en symbiose avec de telles conception par le biais d’affidés parfaitement conscients qui font les affaires de tous les Bigs, big data, big pharma, big « gafa ». De réunions en réunions, les projets s’élaborent, y compris la gestion et la récupération d’une pandémie provoquant une crise mondiale anticipée de quelques mois : c’est daté, acté, dûment enregistré. Pas de désinformation ! Villiers donne toutes les précisions. C’est énorme ! Car Le jour d’après pour reprendre le titre du livre ne doit plus ressembler aux jours d’avant. Voilà ce qui est prévu . Le plan est d’opérer, à cette occasion, un saut qualificatif brusque qui rappelle la philosophie hégélienne ; Il s’agit d’en profiter pour arracher aux hommes, aux nations, leurs âmes afin de pouvoir mieux les manipuler et les transformer en machines, en robots dédiés à ce nouveau genre de « maître de la terre ».

Il est bon de savoir que Macron en personne fut le chouchou de Schwab. Il faut rappeler aussi comment il fut adoubé par l’assistance de Davos en 2018 après son fameux discours–programme d’un mondialisme affiché Villiers ne lui pardonne pas cette allégeance qui explique toute sa politique. Il lui a dit en face ses quatre vérités lors d’un dîner à l’Élysée, raconté comme si on y était. Témoignage historique !

Le style est flamboyant comme à l’habitude avec des effets qui ne manquent jamais de frapper comme il convient en ces matières si graves Ce qui n’empêche pas cette drôlerie si caractéristique de notre auteur qui entraîne le lecteur sur le chemin de l’inconcevable.

Le jour d’après. Ce que je ne savais pas… et vous non plus. Philippe de Villiers, Editions Albin Michel, 207p, 19 €

4.jpg

  1. Source : https://www.politiquemagazine.fr/

Commentaires

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel