UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maîtres et témoins (III) : Léon Daudet

1892 : les débuts, comme journaliste, au Figaro

1892 : les débuts, comme journaliste, au Figaro

De "Paris vécu", Première série, Rive droite, pages 105/106 :

"...Au 26 de la rue Drouot, pendant une soixantaine d'années, se développa la fortune du Figaro, intimement lié à l'histoire de Paris, pendant la période de l'Entre deux guerres.
C'est là que j'ai fait mes débuts en 1892 (voir la collection) sous Magnard.
Je signais "Un jeune homme moderne" des petites moralités un peu là et des filets assez acerbes.
Dans le même temps, Barrès, jeune homme, aussi gai et blagueur que moi, collaborait à l'illustre maison.
Nous étions les chouchous de Magnard, qui nous faisait parler et nous gardait dans son cabinet, pendant que se morfondaient à l'étage au-dessous, orné du buste de Villemessant, les plus importants personnages.
Ce qui lui plaisait, en Barrès et en moi (il nous le disait), c'était le goût de la polémique..."

(Ndlr) : A cette époque, le "jeune homme moderne", journaliste débutant, a 25 ans; Maurice Barrès en a 30...

Illustration : l'ancien immeuble du Figaro, dans le IXème) est aujourd'hui occupé par l'immeuble de la compagnie d'assurances AXA, qui fait l'angle de la rue de Provence.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL