Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maîtres et témoins (III) : Léon Daudet

Les sièges du mouvement : avant le mouvement (I)

Les sièges du mouvement : avant le mouvement (I)

Il faut, d'abord, faire une mention spéciale pour le Café de Flore, qui ne fut bien évidemment jamais le siège du mouvement royaliste mais d'où, pourtant, tout partit , où tout commença...
Maurras le raconte ainsi dans son ouvrage "Au signe de Flore", dédié au Comte de Paris (Henri VI, ndlr); il s'agit, du reste, du plus ancien témoignage "littéraire" dont on dispose sur le "Flore".
Maurras parle dans sa dédicace au "Chef de la Maison de France" de la statue qui a donné son nom au Flore :
- Monseigneur, êtes-vous allé jusqu'à "Flore" ?
- "Flore", Monseigneur, au coin de la rue Saint-Benoît, devant la statue du philosophe Diderot, assis de guinguois sur sa chaise et mesurant du porte-plume la tour de Saint-Germain-des-Prés. Nous sommes devant "Flore", c'est là.
Là existait il y a trente ans (le livre date de 1931, ndlr), là subsiste, bien rafraîchi, trop redoré, au premier étage d'un café de quartier, un restaurant fort simple, que décora jadis une statuette de sa marraine, la jeune Flore, au-dessus de la porte de l'entrée.
Là, le fait exprès du destin voulut que, sous le signe et la protection de cette déesse du printemps, fussent élevées les premières et bien bruyantes rumeurs de notre Action française."

C'est aussi dans cette salle du premier que sera fondé en 1908, dix ans après les premières réunions, et au même endroit, le journal quotidien L'Action française...