UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Drapeaux des Régiments du Royaume de France...

Régiment des Gardes du Roi de Navarre

Régiment des Gardes du Roi de Navarre

Le Régiment des Gardes du Roi de Navarre, aujourd'hui 5e Régiment d’Infanterie, est un régiment d'infanterie du Royaume de France, créé en 1558.
Il est l'une des plus anciennes unités militaires de France, l'un des "cinq Vieux".
Nommé "de Navarre", il fut appelé quelques années à peine "de Valirault" avant de reprendre, définitivement, son nom de "Navarre"...

Ce Régiment fut formé sous les guerres de religion à partir des bandes de Guyenne venues se ranger sous la bannière de la Maison d’Albret.
Il est l'héritier des Basques et Gascons des vieilles « Bandes de Guyenne », qui s’illustrèrent à Marignan, et est devenu, il y a quatre siècles, « Régiment des Gardes du Roy de Navarre » (Henry IV).
Actuel 5éme régiment d’infanterie, il est de toutes les formations de l’armée de terre, l’une des plus anciennes et des plus illustres.

Redouté de l’Espagnol, surnommé « diabolique » par le Prussien, participant à plus de cinquante campagnes en France et en Europe, il se couvre de gloire durant trois siècles, témoigne de sa fidélité à nos Rois et contribue à faire l’unité de la France.

Pendant la Révolution, il est à Valmy et charge à Jemmapes au cri de « Navarre sans peur ». Il combat sous Bonaparte à Lonato et Castiglione

Sous l’Empire, il est présent en Italie, à Wagram, en Espagne et s’illustre lors de la retraite de Russie.
Il meurt à Waterloo auprès de la Garde Impériale...

Il lutte désespérément en 1870 et donne en 1914-1918 la mesure de son esprit de sacrifice : de la Belgique à Verdun, 9.000 des siens tombent au champ d’honneur.

Au cours de la grande guerre, 1914-1918, le régiment, ne tenant compte ni des peines ni des sacrifices, a accompli vaillamment toutes les missions qui lui ont été confiées, aussi bien dans la zone des tranchées qu’en terrain libre.

En 1939-1940, il résiste farouchement sur l’Aisne avant de succomber sous la pression ennemie.

Il renaît en 1944, combat en Alsace et en Saintonge. Il stationne en Allemagne jusqu’en 1955, participe aux opérations de maintien de l’ordre au Maroc et débarque en Algérie en 1958 sur les traces de ses anciens qui ont pris Djijelli il y a trois siècles, vaincu Abd-el-Kader il y a 120 ans et pacifié l’Est Algérien 80 ans plus tôt.

Très vite, il se distingue par sa pugnacité dans la réduction des bandes rebelles et dans la pacification de la zone ouest oranaise.

Rapatrié en métropole en 1964, il tient garnison depuis cette date à Beynes.

A la suite de son premier Chef de Corps, Henri IV, le Régiment de Navarre (5éme régiment d’infanterie) s’enorgueillit légitimement d’avoir compté dans ses rangs six Maréchaux de France :

- Blaise de Monluc (1500-1577) fut soldat à 16 ans, servit sous les ordres de Bayard puis s'illustra dans l'infanterie avec le grade de colonel-général. Fait maréchal de France par Henry III, il laisse le souvenir d'un écrivain remarquable...
- Jean de Lavardin (1551-1614) compagnon d'enfance du futur Henri IV, est promu maréchal de France en 1595. Il finit sa vie comme ambassadeur en Angleterre...
- Pons de Thémines (1553-1627) combattit de bonne heure contre les Calvinistes puis contre la Ligue pour le compte du roi de France. Nommé maréchal de France en 1616, il meurt onze ans plus tard, devenu lieutenant-général de Guyenne et de Bretagne.
- Jean d'Estrées (1624-1707) obtint la charge de colonel du régiment de Navarre à 23 ans. Fait prisonnier des Espagnols au siège de Valenciennes(1656), il reprend du service après onze ans de captivité en tant que lieutenant-général des armées navales, chargé de défendre les intérêts français en Amérique. Il devient maréchal de France en 1681 et vice-roi d'Amérique cinq ans plus tard...
- Jean de Lattre de Tassigny (1889-1953) et Pierre-Marie Koenig (1898-1970) ont également servi au 5e, l'un comme chef de bataillon de 1930 à 1934, l'autre de 1929 à 1931, avant d'être élevés chacun à la dignité de maréchal à titre posthume...

En outre, le régiment a compté dans ses rangs trois écrivains de renom :

- Agrippa d'Aubiné (1552-1630),
- François René de Chateaubriand,
- Alfred de Vigny...

Trois fois cité à l’ordre de l’armée en 1914-1918, une fois cité à l’ordre de l’armée en 1940, le régiment de Navarre, dont le drapeau n’est jamais tombé aux mains de l’ennemi, est décoré de la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre 1914-1918. Il porte les noms de quelques unes de ses plus grands victoires :

■ Fleurus 1794
■ Castiglione 1796
■ Wagram 1809
■ Anvers 1832
■ l’Aisne 1914-1918
■ Verdun 1916
■ l’Ourcq 1918
■ La Lys 1918

La devise du Régiment : "Navarre sans peur !"