Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grain de sel ... actualité

  • Perquisition chez Mélenchon, dans les locaux de la France insoumise et dans ceux du Parti de Gauche : Mélenchon persécuté ? Allons donc !...

     

    La France insoumise est bien soumise au Système établi, dont elles partage les intérêts, sous couvert de douillette rébellion contre ce que Gustave Thibon appelait "le chaos figé des conservateurs du désordre", vrai Désordre camouflé en faux Ordre et succédant - en en acceptant l'héritage - au "chaos explosif des révolutionnaires". 

    Mélenchon a beau pleurer aujourd'hui, et dire des "s’il vous plaît, dites partout que ceci est un acte politique, une agression politique", lui et son parti sont des privilégiés du Système, qu'ils ne combattent qu'en parole, et qu'ils contribuent à faire vivre, dont ils sont un des rouages. 
    MAURRAS 12.jpg

    S'il voulait vraiment combattre l'Argent, l'Argent-roi, s'il voulait vraiment être révolutionnaire, Mélenchon se rallierait à Maurras qui est bien, lui, le seul, le vrai insoumis; le seul, le vrai révolutionnaire; le seul qui ait démonté la mécanique du Système : en tuant le Roi, la Révolution a ouvert toutes grandes les portes à la domination sans partage de l'Argent. 
    Maurras est le premier et le seul à avoir analysé presque cliniquement, froidement, lucidement, la lutte séculaire et titanesque entre les forces du "Sang" (c'est-à-dire tout ce qui tire l'homme vers le haut : religion, philosophie, culture, civilisation, traditions...) et les forces de l'Or ( "la Fortune anonyme et vagabonde" que dénonçait l'Action française; en clair : le fric, le matérialisme le plus vil et bas, bref le Système dans lequel nous vivons - de plus en plus mal... - où tout est sacrifié au court-termisme du profit matériel immédiat...).

    Cette image de la lutte entre le Sang et l'Or, c'est le fondement du petit livre de Maurras, L'Avenir de l'Intelligence, dont Pierre Boutang disait qu'il était un acquis pour la suite des temps; c'est elle qui nous montre bien comment faire, aujourd'hui, la seule, la vraie révolution, et en quoi elle consisterait, tout simplement :
    - Abattre l'Argent-roi, qui règne aujourd'hui sans partage, ce qui serait la réponse à tous les maux dont nous souffrons;
    - Abattre l'Argent-roi, ce qui serait la seule solution si l'on veut sortir la France - et nous avec - de l'impasse destructrice dans laquelle nous a plongée le Système, héritier de cette Révolution qui n'a servi qu'à abattre le Sang, pour lui substituer la tyrannie implacable de ce maître tout puissant : l'Or, le matérialisme vil et bas.
    - Ramener l'argent à sa seule fonction, naturelle et honorable : celle de servir;
    "De l’autorité des princes de notre race, nous avons passé sous la verge des marchands d’or, qui sont d’une autre chair que nous, c’est-à-dire d’une autre langue et d’une autre pensée."

    Mélenchon peut bien pleurer, aujourd'hui, ou faire semblant, en temps normal, d'être révolutionnaire : il n'y a qu'un seul révolutionnaire, Maurras, le vrai insoumis, le vrai rebelle; il n'y a qu'une seule révolution, la révolution royale, la reprise du pouvoir par les forces de l'Esprit.

    MacronPlantu.jpg


    "Notre société n’a que des banques pour cathédrales ; elle n’a rien à transmettre qui justifie un nouvel « appel aux conservateurs » ; il n’y a, d’elle proprement dite, rien à conserver. Aussi sommes-nous libres de rêver que le premier rebelle, et serviteur de la légitimité révolutionnaire, sera le Prince chrétien." (Pierre Boutang).
    Aujourd'hui, plus que jamais, si l'on veut que vive la France, il faut remettre à sa place le pouvoir qui a permis sa naissance; qui a fait d'elle la première puissance du monde lorsqu'éclata la funeste Révolution; qui a mené, tout au long de ses mille ans de pouvoir, une authentique politique de civilisation.
    Tel est le sens profond de notre "VIVE LE ROI !"

    François Davin

  • Surpopulation carcérale ? Un problème facile à régler...

    Surpopulation carcérale ? Un problème facile à régler...

    surpopulation-carcerale-urvoas-va-presenter-ses-solutions_3094602.jpg

     

    D'abord, la vérité, par les chiffres, et donc toute nue, si l'on peut dire : En France, il y a aujourd'hui 70.710 emprisonné(e)s, pour 59.165 places. Soit un taux d'occupation de 142% et, accessoirement, toujours si l'on peut dire, 1547 matelas au sol.

    A lafautearousseau, on n'est pas, et on n'a jamais été pour le "yaka", ou le "izonka", ou autres "yfokon"... Pourtant, le domaine des prisons est peut-être l'exception qui confirmerait cette règle...

    Suite à la question écrite le 16 février 2018 de Guillaume Larrivé (député de l’Yonne) au Ministère de la Justice, le Ministère de la Justice révèle le nombre de détenus en France par nationalité : 14.694 !

    Quasiment 5.000 Maghrébins (Algériens, Marocain, Tunisiens); quasiment 2.000 Roumains/Albanais. Plus d'un détenu sur cinq est de nationalité étrangère : près de 15.000 au total !

    En rendant ces délinquants à leur pays, après les avoir condamnés, on a quasiment réglé le problème de la surpopulation carcérale.

    Ce n'est pas du "yaka", ni du yzonka" ni du "ifokon" : c'est, tout simplement du CQFD...

     

     Nationalités 

    Total

    non renseignée

    43

    afghane

    38

    albanaise

    551

    algérienne

    1 954

    allemande

    63

    américaine

    15

    andorrane

    1

    angolaise

    80

    antiguaise et barbudienne

    1

    apatride

    10

    argentine

    4

    arménienne

    61

    australienne

    1

    autres nationalités

    8

    azerbaïdjanaise

    9

    bangladaise

    23

    belge

    140

    biélorusse

    9

    bolivienne

    5

    bosniaque

    103

    britannique

    91

    brésilienne

    216

    bulgare

    151

    burkinabé

    8

    burundaise

    1

    bélizienne

    1

    béninoise

    24

    cambodgienne

    8

    camerounaise

    134

    canadienne

    8

    cap-verdienne

    94

    centrafricaine

    54

    chilienne

    34

    chinoise

    157

    colombienne

    76

    comorienne

    196

    congolaise

    427

    costaricaine

    1

    croate

    63

    cubaine

    24

    danoise

    4

    djiboutienne

    6

    dominicaine

    66

    dominiquaise

    100

    égyptienne

    69

    équatorienne

    8

    érythréenne

    13

    espagnole

    319

    estonienne

    5

    éthiopienne

    7

    finlandaise

    1

    gabonaise

    62

    gambienne

    21

    ghanéenne

    10

    grecque

    10

    grenadienne

    8

    guatémaltèque

    3

    guinéenne

    99

    guinéenne-bissau

    14

    guyanienne

    132

    géorgienne

    237

    haïtienne

    124

    hondurienne

    3

    hongroise

    48

    inconnue

    23

    indienne

    38

    iranienne

    33

    iraquienne

    111

    irlandaise

    7

    israélienne

    23

    italienne

    213

    ivoirienne

    181

    jamaïquaine

    8

    japonaise

    2

    jordanienne

    2

    kazakhe

    5

    kirghize

    1

    kosovare

    90

    koweïtienne

    3

    laotienne

    8

    lettone

    20

    libanaise

    17

    libyenne

    72

    libérienne

    6

    lituanienne

    103

    luxembourgeoise

    4

    macédonienne

    20

    malaisienne

    1

    malgache

    18

    malienne

    159

    maltaise

    1

    marocaine

    1 895

    mauricienne

    19

    mauritanienne

    45

    mexicaine

    9

    moldave

    116

    mongole

    23

    monténégrine

    29

    monégasque

    2

    nicaraguayenne

    3

    nigériane

    154

    nigérienne

    34

    norvégienne

    1

    néerlandaise

    239

    népalaise

    1

    ougandaise

    1

    ouzbèke

    3

    pakistanaise

    79

    palestinienne

    19

    papouane-néo-guinéenne

    1

    paraguayenne

    3

    philippine

    4

    polonaise

    157

    portugaise

    480

    péruvienne

    22

    roumaine

    1 496

    russe

    176

    rwandaise

    13

    saint-lucienne

    76

    saint-vincentaise et grenadine

    21

    salvadorienne

    1

    santoméenne

    1

    serbe

    161

    seychelloise

    2

    sierra léonaise

    12

    slovaque

    8

    slovène

    12

    somalienne

    23

    soudanaise

    14

    sri-lankaise

    72

    sud-africaine

    2

    sud-coréenne

    2

    suisse

    18

    surinamaise

    271

    suédoise

    3

    syrienne

    49

    sénégalaise

    194

    tadjike

    1

    taiwanaise

    1

    tanzanienne

    1

    tchadienne

    15

    tchèque

    12

    togolaise

    23

    tonguienne

    1

    trinidadienne

    2

    tunisienne

    1 002

    turque

    301

    ukrainienne

    64

    uruguayenne

    1

    vanuatuane

    1

    vietnamienne

    38

    vénézuélienne

    32

    yougoslave

    67

    zambienne

    1

    zaïroise

    18

    zone neutre

    1

    Total

    14 964

      

  • Incendie d'Aubervilliers : madame "le" maire communiste crache le morceau, et révèle le secret de polichinelle...

    stop migrants.jpg

    Lire la suite

  • Europe : la bombe des "migrants" va-t-elle la disloquer ?...

    Mateo Salvini, énergique ministre de l'Intérieur italien, n'y est pas allé de main morte : il a carrément déclaré son intention de renvoyer en Libye les 180 "migrants" bloqués au large de Lampedusa à cause des maltais, qui ont, d'une façon insensée et inconsidérée, laissé accoster l'Aquarius chez eux. 


    On le sait, l'Aquarius est - volens, nolens - un maillon "de fait", et un maillon indispensable, de la traite négrière. Or, après leur entrée dans les eaux territoriales maltaises, les envahisseurs rebaptisés "migrants" ont déclaré vouloir aller en Italie. Ne pas s'être rendu compte que cela ne pouvait que se passer ainsi montre la bêtise crasse - n'ayons pas peur des mots - de ceux que l'on appelle les "dirigeants" maltais.

     
    L'Italie a raison de vouloir ramener à son point de départ le bateau-négrier Aquarius. Les sans-jugeotte maltais - et les autres - qui favorisent de fait la traite négrière doivent être dénoncés pour ce qu'ils sont : soit des sots indécrottables et incurables; soit des complice des Mafias de passeurs !

  • Espagne : un dirigeant à la mentalité de guerre civile veut retirer la dépouille de Franco du Valle de los Caídos.

    L’image contient peut-être : nuage, ciel, plein air et nature

    Le Valle de los Caidos, où repose Franco...

    Lire la suite

  • Lucy est tombée de l'arbre, peuchère ! Et de douze mètres, en plus...

    Ne souriez pas ! Le journaliste de France info qui nous donne cette triste information est formel : Lucy c'est, tout simplement, "notre ancêtre", dit-il. Il en est persuadé, il y croit dur comme fer, bref il le sait. En tout cas, il l'affirme : c'est un journaliste doublé d'un grand scientifique, dites donc, pour affirmer des choses pareilles.

    Et si on laissait tout simplement les chercheurs chercher, dans les domaines de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, comme dans celui des origines de toutes choses ? Car il y a probablement encore beaucoup de découvertes à faire, qui contrediront des vérités assénées hier et avant-hier, devenues, du coup, de "vieilles lunes".

    Et puis, comme le faisait remarquer Bainville, "...Si nous descendons du singe, on ne comprend pas pourquoi il y a encore des singes. Ou bien c'est qu'il y avait dès la genèse des singes-singes et des singes qui n'étaient pas singes. Si l'homme est un singe supérieur, il y a autant de raisons pour que le singe soit un homme dégénéré..." (Lectures, Fayard, 1937)

  • Jean-Guy ne se "sent pas Français" : de Jacques à Jean-Guy...

    Jacques, c'est Jacques Bainville; Jean-Guy, c'est Jean-Guy Talamoni, qui rêve d'indépendance et croit "représenter" beaucoup, mais qui n'est qu'un élu ultra minoritaire si l'on considère le nombre des majeurs "non-inscrits", des abstentionnistes et de tout ceux qui n'ont pas voté pour lui...

    "...Le jour où la Corse s'insurgera n'est pas encore arrivé. C'est la meilleure pépinière de fonctionnaires français que nous ayons depuis l'Empereur, qui fut le premier de tous. La fierté de l'avoir donné à la France attache même l'île parfumée plus solidement que n'importe quoi et, des conquêtes de Napoléon, celle-là, qu'il n'avait pas faite, est tout ce qui nous reste..."

    (Jacques Bainville, Doit-on le dire ?, Les Belles Lettres, 2015)

  • La maison Macron/Bayrou lance un nouveau parfum : "Moralisation", le parfum qui pue...

    grain de sel.jpgC'est la première fois que nous employons volontairement une grossièreté, sur lafautearousseau, au lieu de nous contenter d'un euphémisme. Depuis la création de notre quotidien - le 28 février 2007 - nous nous sommes toujours interdits l'insulte ou l'injure, les attaques sur le physique ou tout autre genre d'attaques ad hominem, les plaisanteries graveleuses même quand le sujet aurait peut-être permis d'y penser (comme lors de l'affaire Strauss-Kahn).

    Aujourd'hui, nous faisons notre première entorse à cette règle et, du reste, une entorse pas vraiment bien méchante : mais, comme l'avait dit plaisamment Alfred Jarry, "Quand on passe les bornes, il n'y a plus de limites" !

    Comment ! On apprend que Macron-qui-lave-plus-blanc a donné une soixantaine de circonscriptions gagnables au dernier des Caïmans, François Bayrou, l'ultime rescapé du "dégagisme". Forcément : ne s'étant présenté à rien, il n'avait pas pu être sanctionné par les électeurs ! De plus, Macron l'a nommé ministre de la Justice, et a placé sa comparse Sarnez au gouvernement. Et le père-la-Morale Bayrou nous a sermonné, expliquant que, à partir de maintenant - c'est-à-dire de lui, bonjour la grosse tête ! - on allait "rouler au propre", on était sommés de devenir tous blancs comme neige, et, du reste, on allait y être contraints par la loi. On allait voir ce que l'on allait voir...

    Eh ! bien justement, on voit ! Et c'est un désastre, pour le tandem super blanc/plus blanc que blanc ! Une dizaine d'employés du Modem (peut-être plus, selon France info), dont Marielle de Sarnez et l'ex Modem Sylvie Goulard, actuelle ministre des Armées, s'il-vous-plaît, auraient franchi la ligne rouge question rémunération par l'Europe. Et, bien sûr, Bayrou ne pouvait l'ignorer.

    On avait Ferrand (pour qui il est acquis, maintenant, que contrairement à ses dires, donc à ses mensonges, de l'argent public est bien concerné par sa magouille familiale) et c'était déjà gros, très gros, même, puisque le-dit Ferrand est l'un des tous premiers accompagnateurs de Macron, donc, au coeur du "système".

    Voilà que, du très gros, on passe au carrément énorme : un Mont-Blanc, un Everest : le Garde des Sceaux, lui-même, présidant à la magouille, alors même qu'il donne des leçons de propreté morale et préparant une loi de Moralisation ! Alors, là, les bras en tombent !

    Bien sûr, tout ce (pas) beau monde doit démissionner : Ferrand, d'abord, chronologie oblige, puis Sarnez et Goulard; puis Bayrou.

    Et Macron ?

    Macron, il n'y a que deux solutions, toutes deux aussi graves, la seconde peut-être pire que la première, plus dévastatrice :

    Solution un : il savait, il connaissait les "dessous" de Bayrou (si l'on peut employer ce mot ici...) et il a laissé faire. Auquel cas il nous a sciemment menti, en parlant de moralisation et en affirmant qu'il représenterait le renouveau de la vie politique. C'est évidemment très grave...

    Solution deux : il ne savait pas, et il a été trompé. Mais, ne serait-ce pas, en un sens, encore plus grave ? Comment ! Au coeur du Système comme il l'était (à l'Elysée, conseiller du président, puis ministre de l'Economie...), avec tous les moyens de renseignements et d'information dont il disposait, avec les personnels, bureaux et moyens divers mis à sa disposition, il ne savait pas que Bayrou, comme tous les autres, faisait, précisément, la même chose que tous les autres ? Alors, oui, cela, en un sens, serait encore plus grave, eu égard au degré d'inconscience, d'incompétence que cela signifierait pour quelqu'un qui est à la tête de l'Etat, chef des Armées et disposant des codes nucléaires...

    En attendant, ce président mal élu, car élu "par défaut", vient de se prendre les pieds dans un tapis qu'il a déroulé lui-même. Qui l'obligeait à parler de morale comme il l'a fait, mettant la morale là où elle n'avait pas lieu d'être, és-qualité ? Qui l'a poussé à se présenter comme un nouveau Lancelot du Lac, un nouveau Bayard, l'apparition du "pur" sur la terre ?

    Maintenant, sa folle promesse de pureté lui revient en pleine figure, comme un boomerang. "Le pied lui a glissé dans le sang", dit cruellement Chateaubriand du Chef du gouvernement, au lendemain de l'assassinat du duc de  Berry.

    Avec son parfum de soi-disant moralité, dont tout le monde voit, ou, plutôt, sent, maintenant, qu'il pue, Macron s'est lui-même empêtré et fourré dans une très sale affaire, dont on voit mal comment il va se sortir : "le pied lui a glissé...", nous laisserons au(x) lecteur(s) le soin de terminer la phrase comme bon lui semblera...

  • La mauvaise plaisanterie du président et la pensée profonde de la philosophe...

     

    Mur-bleu gds.jpgLe 1er juin dernier, visitant le Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique d’Etel, dans le Morbihan, Emmanuel Macron entend évoquer les différents types d’embarcation utilisés : « Il y a des tapouilles et des kwassa-kwassa » dit quelqu'un. Macron-la-science, croyant peut-être montrer l'étendue de ses connaissances « rebondit », comme on dit chez les journalistes : « Ah non, c’est à Mayotte le kwassa-kwassa ». Effet garanti, l'auditoire est « bluffé », toujours comme on dit chez les journalistes. Mais voilà que « moi-je »  ajoute, rigolard : « Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent ». Le silence gêné fait place à l'amusement, devant ce « dérapage », là encore, comme on dit chez les journalistes... Un peu plus tard, on apprenait que le président des Comores exigeait des excuses, que Macron ne fit pas, se contentant d'un coup de téléphone, qualifié d'amical (?)...

    2017-06-01t173058z_1618913530_rc1ddd0b7a30_rtrmadp_3_france-election_0.jpgOn a beaucoup parlé, durant la dernière campagne présidentielle, de la Guyane, où pas loin de la moitié de la population est composée d'étrangers clandestins ; et de Mayotte, où s'est rendu Macron, et où c'est presque la même chose : on ne pourra rien faire là-bas tant que ces personnes ne retrouveront pas leur terre d'origine, et qu'une submersion démographique d'une telle ampleur ruinera à la fois les locaux et immigrants eux-mêmes (c'est d'ailleurs la même chose aussi, bien évidemment, pour la métropole...). 

    Laissons donc le président à ses plaisanteries d'un goût douteux (que se serait-il passé si le même mot avait été prononcé par tel(le) responsable de tel parti ?) et revenons, plutôt, au sort de ces personnes - malheureuses, certes, mais il y a presque trois milliards de gens vivant en-dessous du seuil de pauvreté sur terre ! - qui ne trouveront rien en venant en foule, comme elles le font, en Guyane, à Mayotte ou... en France métropolitaine. Du moins, rien de digne, de stable, de véritablement humain.  

    Et revenons-en au bon sens et à la lucidité d'une Simone Weil, qui manquent si cruellement à ces masses, et à ceux qui les manipulent; à ceux qui poussent à ce mouvement migratoire insensé, ou s'en accommodent et le légitimeraient presque (jusqu'au chef du Vatican !) : Simone Weil leur a déjà répondu, il y a un demi-siècle maintenant, en rappelant que l'un des tout premiers besoins de ces hommes et de ces femmes, si on les respectait vraiment, n'était pas que l'on joue de leurs masses, les déplaçant comme des pions (comme du bétail ?) sur un immense échiquier mondial; qu'on leur fasse miroiter exclusivement du matériel ; mais, bien au contraire, que l'on commence à les reconnaître dans leur pleine dimension d'êtres humains ; et qu'on leur permette de vivre et de se développer, même dans la pauvreté - qui n'est pas la misère - mais chez eux, n'étant pleinement humains que s'ils ont pleinement enracinés, encore une fois même pauvres, dans leur milieu naturel : 

    « L'enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l'âme humaine. C'est un des plus difficiles à définir. Un être humain à une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l'existence d'une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé, et certains pressentiments d'avenir. Participation naturelle, c'est-à-dire amenée automatiquement par le lieu, la naissance, la profession, l'entourage. Chaque être humain a besoin d'avoir de multiples racines. Il a besoin de recevoir la presque totalité de sa vie morale, intellectuelle, spirituelle, par l'intermédiaire des milieux dont il fait naturellement partie. »  (Simone Weil, L'Enracinement - Prélude à une déclaration des devoirs envers l'être humain, Gallimard (Folio)  

  • Messieurs les policiers (et soldats), tirez les premiers !

     

    Mur-bleu gds.jpgCe Grain de sel a été rédigé avant l'attaque de mardi contre un policier à Notre-Dame de Paris. Rien à changer : en ces temps d'une guerre imposée, tuer les premiers des assassins qui s'apprêtent à commettre un ou plusieurs crimes, voire un crime de masse, c'est sauver une, dix, cent vies d'innocents. C'est triste, mais c'est la guerre, qu'on nous impose : oui, sans joie, sans haine, tuer les premiers, pour ne pas être tués. 

    Et, c'est dur à dire, mais tirez pour tuer. Sans haine, sans joie, mais, oui, pour tuer, car nous sommes en guerre et, en temps de guerre, le plus rapide des moyens que l'on ait trouvé jusqu'à présent pour faire finir la guerre, c'est de mettre hors de combat l'armée ennemie...

    Les lâches assassins de l'ombre de Daech ont donc encore frappé, la semaine dernière. Ils ont encore tué un policier, en ont blessé deux, grièvement. Et nous, là, au milieu de ces horreurs, que sommes-nous ? Soixante-six millions d'otages permanents ! 

    Car, enfin, que faisait chez nous, au milieu de nous, cette bombe humaine latente, cet assassin potentiel, lui qui, multirécidiviste, avait déjà fait treize ans de prison, avait déjà tiré sur des policiers en garde à vue (s'étant emparé de l'arme de l'un d'eux) ?

    Bien entendu, notre semble-président a déclaré qu'il décorerait à titre posthume le policier mort en service, pour accomplir sa mission : défendre la population contre ces ennemis invisibles jusqu'à leur « passage à l’acte », qui se sont fondus au milieu de nous, sont parmi nous, partout, toujours.

    L'assassin des Champs, vous l'avez tué : c'est très bien ainsi. Il n'encombrera pas nos prisons, ne trouvera pas un avocat pour défendre ses actes indéfendables. Resté en vie, la seule justice devant laquelle il aurait dû comparaître aurait été une Cour martiale, qui, en général, en temps de guerre, rend le même verdict pour tous les actes de trahison : fusillé. 

    Qu'attend-on pour établir une Cour martiale, puisque nous sommes en guerre ?

    On ne cesse de mentir en nous répétant à l'envi que tous ces assassins de Daech sont « français », ce qu'ils ne sont pas (ils ne le sont que « de plastique », nous l'avons assez souvent dit et redit) : mais, justement, quand bien même, par la grâce d'un Système fou, ils seraient devenus français, puisque possesseurs d'un petit rectangle de plastique, ils sont donc des traîtres à leur patrie, puisqu'ils ont tourné leur arme contre elle. Ils relèvent donc bien - même et surtout si l'on admet qu'ils sont Français - ce que nous n'admettons pas - d'une Cour martiale, d'un jugement et de l'exécution immédiate de celui-ci.

    Comme cet assassin de Salah Abdeslam qui encombre inutilement nos prisons, insulte vivante aux morts qu'il a faits : qu'attend-on pour le juger, le fusiller ? Voilà un signal fort qui serait envoyé à l'armée ennemie, qui, de toute façon, ne comprend pas d'autre langage que celui de la fermeté, de la force.

    De même, qu'attend-on pour déchoir de leur fraîche nationalité toute personne liée de près ou de loin au djihadisme, au terrorisme ? Et pour les renvoyer d'où ils viennent ? Et qu'on ne nous dise pas que cela est impossible : sans preuve contre Assad, sans enquête sérieuse, sans mandat de quiconque et alors que « l'affaire » ne concernait pas directement les Etats-Unis, Trump a bien envoyé 59 missiles Tomahawk sur un aérodrome syrien (pour un piètre résultat, d'ailleurs, ce qui est assez cher payé, mais c'est un autre sujet) ; et, nous, nous ne pourrions pas nous « permettre »  de renvoyer dans leur pays d'origine des assassins qui sont susceptibles de nous tuer à tout moment, en pleine rue ou n'importe où ?

    Qu'on en finisse avec ce genre de niaiserie, d'insanité ! 

    Trump s'est permis de violer toutes les lois internationales en s'immisçant dans une affaire qui ne le regardait pas directement en se justifiant par le fameux Quia nominor leo. Je suis le plus fort, donc je fais ce que je veux, quand je veux, où je veux, parce que je m'appelle lion.

    Qu'on ne se méprenne pas sur notre position. Nous savons très bien qu'il y aura toujours du terrorisme sur terre, et donc en France. Nous ne pensons pas un instant qu'un jour, avec une royauté réinstaurée, il n'y aura plus ni meurtres, ni vols, ni viols, ni terrorisme etc.: le Mal - comme le Bien, du reste... - est sur terre pour jusqu'à la fin des temps.

    Nous disons seulement qu'il faut ramener ce taux d'horreur incompressible à son seuil le plus bas possible ; et, pour cela, nous devons pouvoir dé-poubelliser la France, la vider de toutes ces personnes qui la haïssent, lui veulent du mal, nous veulent du mal ; cette dépoubellisation, il n'y a qu'une façon de la mener : déchoir massivement de la nationalité, et expulser immédiatement et tout aussi massivement ce vivier de terroristes que l'on a follement laissés entrer.

    Mais pour cela, il faut le vouloir...

    Nous, nous le voulons !