Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grain de sel ... actualité

  • Les Tambours de Bâle : voilà l'Europe que nous aimons, que nous voulons...

    Cette Europe, c'est l'Europe des Nations, des Traditions, des Cultures : toutes différentes, mais issues de fondamentaux commun, jaillissant d'un même tronc solide et puissant, comme les multiples branches d'un arbre vigoureux qui élance ses branches haut vers le ciel, parce qu'il pousse ses racines profondément dans la Terre...

    Vive l'Europe des peuples, non à la semble-Europe de la commission de Bruxelles...

    TAMBOURS DE BALE.jpg

    Passez donc 6*31** époustouflantes avec eux ! : 

    https://vimeo.com/20408504

  • Ford à Blanquefort, symbole de l'impuissance républicaine (Jean-Philippe Chauvin)

    Il y a de quoi désespérer lorsque se répètent, année après année, les mêmes scénarios pour les mêmes abandons industriels avec les mêmes conséquences sociales et les mêmes discours impuissants, et toujours les mêmes excuses et arguments à cette impuissance qui, à défaut d’être organisée, semble acceptée comme une fatalité obligatoire de la mondialisation. Moulinex jadis, comme Ford aujourd’hui, comme Ascoval hier, comme les Fonderies du Poitou aujourd’hui encore : c’est une litanie sans fin d’usines qui ferment, de travailleurs jetés à la rue, souvent pour complaire à des actionnaires lointains qui se moquent bien de la détresse humaine et de la justice sociale. Et toujours la même comédie de l’Etat républicain qui menace les multinationales avant de, piteusement, rentrer à la niche avec des « engagements » de la part de ces sociétés monstrueuses qui se moquent bien de les honorer ! A Blanquefort comme ailleurs, la République montre là toute son inefficacité et, plus grave, son fatalisme profond : le « Que faire ? » d’un Le Maire, après celui d’un Jospin ou d’un… Macron sous Hollande, n’est pas un appel à faire comme a pu l’être celui de Lénine, terriblement efficace (pas forcément pour le meilleur…), mais plutôt la formule d’un abandon, voire d’un reniement.

    J’en serre les poings de rage à chaque fois, et je maudis cette République qui a oublié ses volontés « capétiennes » de l’époque de Gaulle, voire Pompidou : où sont les grands projets industriels de long terme, les stratégies ambitieuses et ces succès qui permettaient à la France de faire entendre la langue française sur tous les continents et sur nombre de chantiers internationaux ? Dans le dernier numéro de Marianne, sa directrice Natacha Polony dresse un constat sévère de la situation : « La France s’illustre par son impuissance absolue. Face aux multinationales d’abord. Ford n’est que la dernière d’une longue série. CICE, plan de sauvegarde de l’emploi, subventions diverses et variées… Et l’on s’en va en faisant en sorte que le site, surtout, ne puisse être repris par un éventuel concurrent. » Pour Ford, les contribuables français ont beaucoup dépensé par le biais de l’Etat et des collectivités locales, comme le souligne Alexis Moreau dans le même journal : « Combien Ford a-t-il empoché au total ? Environ 20 millions d’euros, si l’on s’en tient aux subventions versées par l’Etat et les collectivités dans le cadre de l’accord de 2013. Beaucoup plus, si l’on comptabilise l’ensemble des aides : près de 8 millions d’euros au titre du Crédit d’impôt compétitivité emploi et 27 millions d’euros au titre du chômage partiel (…). Soit une ardoise globale de quelque 55 millions d’euros. (…) Ford pourra toucher une ultime ristourne, malgré la fermeture : en 2019, elle devrait bénéficier du CICE, au titre de l’année 2018. Soit un chèque de 1,1 million d’euros (…). » N’y a-t-il pas là de quoi se révolter contre un système absurde qui semble accorder une prime aux salauds ?

     

     

     

    Cette indécence capitaliste n’est possible que parce que la République s’est laissé lier les mains par les féodalités financières et par une Construction européenne qui n’a jamais eu grand-chose de « sociale », et cela depuis ses douteuses origines que, d’ailleurs, Pierre Mendès-France avait, en homme de gauche idéaliste, remarquées et dénoncées en s’opposant au Traité de Rome de 1957, rejoignant en cela ses vieux adversaires de l’Action Française… Madame Polony y voit aussi un effet de la naïveté des dirigeants français sur les questions industrielles et économiques, dans une mondialisation qui n’est que « la guerre de tous contre tous », en définitive : « Les Français sont les seuls à croire qu’un géant finlandais absorbant un groupe français ne privilégiera pas les intérêts finlandais au détriment des emplois en France. Trente ans d’idéologie technocratique du dépassement de la nation ont abouti, dans les élites françaises, au bisounoursisme généralisé. (…) Et comme nous n’avons que des alliés et des amis, inutile de développer l’intelligence économique pour anticiper ce genre de réveil nationaliste. » Derrière l’ironie de la dernière phrase, il y a une forte réalité : on nous parlait d’Europe à construire, de la paix pour toujours et de bonne gouvernance grâce à l’euro, de mondialisation heureuse, du règne des experts et de la société civile, et l’on laissait (et on laisse toujours) les loups piller sans vergogne notre bergerie nationale… Les Pangloss de la République mériteraient quelque bonne fessée pour cette peine qu’ils ont fait à l’économie française et à ses producteurs locaux, et pour les larmes de tous ces travailleurs sacrifiés sur l’autel du profit !

    Nous pourrions nous contenter de ce triste constat : « Manque l’essentiel : la puissance d’un poing qui frappe sur la table », s’exclame Natacha Polony, et elle a (presque) tout dit ! Mais, quel Etat peut redonner au poing français sa force nécessaire pour, à la fois, se dresser face aux féodaux et aux empires, et faire trembler ceux qui s’invitent au banquet français sans payer leur festin ?

     

     

     

    Dans notre histoire, le poing nu brandi vers le ciel ne marque que la colère et, même si elle s’avère parfois nécessaire, elle n’est pas suffisante pour fonder une politique digne de ce nom et un Etat fort devant les puissants pour préserver les faibles et les autres. Sans doute faudra-t-il, faute d’un de Gaulle qui n’est jamais qu’un bref moment dans l’histoire de l’Etat, remettre dans ce poing français le sceptre royal qui marque à la fois la souveraineté et la décision libre de notre pays, pour le pays et les nôtres, tout simplement…

  • Sur notre Page Facebook : Personnes atteintes : 115.199/Interactions : 21.631...

    pagnol.jpg

    Comme le disait Léon Daudet, un Camelot du Roi triste serait un triste Camelot du Roi ; nul besoin d'être toujours sérieux pour "toucher" nos compatriotes : preuve est fait qu'avec un peu d'humour, et beaucoup de réactivité, on atteint beaucoup plus de personnes que par de longs discours, parfois ennuyeux.

    Maurras ne disait-il pas "Sans Léon (et sa jovialité, ses bon mots, sa truculence, ndlr) nous serions un journal de professeurs."

    Telle est notre ligne de conduite, à lafautearousseau : parler des choses graves et sérieuses, justement parce qu'elles sont graves et sérieuses, et qu'elles engagent l'avenir; mais sans jamais se départir d'une certaine légèreté, d'un solide sens de l'humour, et sans jamais trop nous prendre au sérieux...

    La semaine dernière, cet unique visuel a atteint 115.199 personnes, et suscité 21.631 interactions... Notre Page, elle, atteignait 182.200 personnes et suscitait 42.200 interactions...

     

  • Triste anniversaire, ce 16 février : celui de l'acte I de la reddition en rase campagne de l'Eglise catholique, face à la Nouvelle religion républicaine...

    1892 : Léon XIII prône le Ralliement dans son encyclique Inter innumeras sollicitudines...
     
     
    leon XIII.jpgLe souhait de Léon XIII n'était évidemment pas de se rallier lui-même à "la République", ni de pousser les catholiques français à se rallier aux idéaux révolutionnaires en tant que tels.
    Il s'agissait simplement, dans l'esprit du pape, après l'échec de la restauration monarchique en France, et alors que la jeune république se montrait très agressive envers le catholicisme, de renoncer à une opposition systématique au régime en place, et même d'accepter la Constitution pour combattre "par tous les moyens honnêtes et légaux" les lois anti-chrétiennes, en permettant aux catholiques de peser de tout leur poids sur les nouvelles institutions...

    Lire la suite

  • Une station locale de Radio France incendiée : condamner les violences ? Oui, bien sûr ! Mais...

    RADIO FRANCE.jpg

    La station locale de Radio France Bleu Isère a été incendiée et totalement détruite, dans la nuit de dimanche à lundi...∗

    Lire la suite

  • La "manif pro Macron" du 27 janvier ? lafautearousseau bien plus fort que BFM !...

    Notre page facebook vous l'annonçait sitôt après ce journal du soir de BFM/TV, du 3O décembre dernier : Olivier Truchot nous apprenait qu'une manifestation pro-Macron aurait lieu le 27 (Audiard ne disait-il pas : "les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît" !...); jusque là, on pouvait se contenter de rire ou sourire un peu, et seuls les plus enragés des Gilets jaunes furent pris d'un fou rire qui dure encore...

    Mais les choses se compliquèrent, si l'on peut dire, lorsque, sitôt après cette annonce, le même Truchot confirmait oralement ce qu'un bandeau fixe, et bien visible affirmait en bas de l'écran : "Plus d'un million de participants".

    En somme, disions-nous en substance et en commentaire, à BFM on est vraiment très fort, puisqu'on peut annoncer à l'avance combien il y aura de personnes un mois plus tard à une prétendue manif, dont, soit dit en passant, on ne parle plus guère, pour ne pas dire plus du tout, depuis...

    Voici ce que nous avons tous pu voir, ce fameux 30 décembre :

    BFM MACRON.jpg

    Alors, à lafautearousseau, on s'est dit qu'il fallait réagir, faire quelque chose, ne pas laisser à BFM le monopole du sensationnel.

    On a bien cherché, et... on a trouvé !

    Oui, on a trouvé : pour montrer que nous étions au moins aussi bons que les journaleux de service, nous avons résolu, tout simplement, de vous montrer, en exclusivité pour vous, amis lecteurs (vous apprécierez sûrement l'intention !...) la toute première image de cette manif. 

    Celle où les tous premiers participants arrivent, et commencent à se réunir; celle où les premières Ferrari des manifestants déboulent, pour soutenir leur Président bien aimé.

    Vous voyez, nous aussi - comme BFM - on peut faire fort ! Très fort même !

    Allez, Truchot : sans rancune !

    manif de traders.jpg

  • Philippe de Villiers parle - bien... - de l'Islam par rapport à la France

    islam de villers.mp4

    Lire la suite

  • D'accord avec ces Gilets jaunes...

     Nos 8 doléances

    "Nous rentrerons chez nous quand ces mesures seront appliquées

    1. Nous voulons de la démocratie directe à tous les niveaux. Nous voulons un gouvernement d’union nationale avec une régence d’exception pour éviter que les partis politiques, qui sont disqualifiés, n’instrumentalisent notre détresse et notre colère.

    2. Nous voulons une baisse de 20% de toutes les taxes et les charges touchant la classe moyenne, les travailleurs pauvres et les entrepreneurs. Baisser ces taxes, c’est monter nos salaires. Nous voulons une action immédiate pour taxer ce qui vaut la peine d’être taxé : les GAFA et les transactions financières.

    3. Nous voulons que la France arrête de vivre au-dessus de ses moyens et arrête d’accueillir la misère du monde parce qu’elle et déjà dans la misère avec ses millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté. Nous voulons une immigration choisie, qui ne nous détruise pas culturellement. Nous demandons ainsi un retrait du pacte de l’immigration de l’ONU.

    4. Nous voulons une relocalisation de toutes les décisions dans les régions, les villes et les communes. L’Etat et ses fonctionnaires à Paris ne sont pas qualifiés pour décider de l’avenir de nos communes.

    5. Nous voulons une sortie de la PAC qui corrompt nos agriculteurs en n’allouant ses aides qu’aux productivistes et aux empoisonneurs répandant le cancer en France. Nos impôts ne doivent en aucun cas servir à financer Bayer-Monsanto.

    6. Nous voulons la création de barrières commerciales pour empêcher l’Allemagne de nous vendre des produits fabriqués en Roumanie, sous le label "Deutsche Qualität" et d’ainsi détruire nos emplois.

    7. Nous voulons le retrait de toutes les aides à la presse pour une vraie séparation des pouvoirs médiatiques et politiques.

    8. Nous voulons une action immédiate pour arrêter l’intégration dans l’Europe car elle ne se construit que sur la ruine des petites gens.

     

    lafautearousseau approuve, et signe des deux mains...

  • Dans la série "Rire ou sourire un peu", cette fois-ci c'est, carrément, rire aux éclats, sur et de Mélenchon/Chikirou...

    melanchon1.mp4

  • Scandale à Marseille : le Mucem bourre le crâne des enfants avec un pseudo spectacle à la gloire des migrants...

     

    stop migrants.jpg

    MIGRANTS DE TOUS LES PAYS, RENTREZ CHEZ VOUS !

    Lire la suite

  • Une note qui a touché au moins 46 347 personnes...

     

    C'est la première fois que cela nous arrive sur lafautearousseau/Facebook : une note publiée le dimanche matin - et que vous voyez ci-après - à 9h29, qui atteint, cinq jours après, plus de 46.000 personnes...

    Espérons qu'on en postera beaucoup d'autres, qui nous permettront de toucher toujours plus de monde, et donc de diffuser toujours plus largement nos idées de Salut public...

    Merci à tous, on continue !

    François Davin

     

    Au sujet de l'Italie, LREM (Le Roi Emmanuel Macron) a dit qu'il y avait deux "Europes". Les italiens ne l'ont pas contredit; ils ont fait mieux : ils ont publié deux photos en demandant de trouver la différence…

    L’image contient peut-être : 8 personnes, personnes souriantes, personnes debout et texte
     
    46 347
    Personnes touchées
    7 783
    Interactions