Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journal d'un royaliste français au Maroc - Page 5

  • Juan-Carlos abdique

     

    Par Peroncel-Hugoz

    TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Peroncel-Hugoz, qui fut longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, et a publié plusieurs essais sur l'Islam, travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  principal site de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà publié des extraits. Nous en ferons autant désormais, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal LFAR  • 



    ph - Copie (2).jpgDébut juin 2014

     

    Aussitôt les télévisions internationales montrent des intellos espagnols filandreux, binoclards, barbe de trois jours poivre et sel (ne manquent que les queues de cheval...) , ayant plus que tout peur d'être pris pour des royalistes, donc des gens de droite (alors que toute royauté digne de ce nom, comme en Espagne, est par définition au-dessus des partis, des maudits partis diviseurs et verbeux) et qui donc, sans aller jusqu'à préconiser d'emblée la république, veulent « déroyaliser la Couronne », l'un d'entre eux, particulièrement doucereux, réclamant la « suppression » non pas du roi mais de la famille royale, bref ce qui fait le charme et la spécificité des royautés occidentales. Selon le même intello, le parlement devrait tenir lieu de famille royale (sic), c'est-à-dire qu'on verrait triompher les démagogues, les parasites, les discoureurs comme en France sous la IVème république que de Gaulle jeta bas et remplaça par une monarchie républicaine. Le pire serait un référendum sur la forme monarchique de l'Etat espagnol, une désacralisation avant l'abolition, comme ce fut le cas en Italie puis en Grèce (la pauvre reine Sophie en sait quelque chose...).

    On ne met pas une royauté aux voix, aux voix versatiles, toujours versatiles de la plèbe. Une monarchie ça vient d'en-haut, peut-on dire, ça ne survit pas à la politicaillerie prosaïque.  

     

  • Sarko en Libye

    Une rue de Benghazi dévastée

     

    Par Peroncel-Hugoz

    TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Peroncel-Hugoz, qui fut longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, et a publié plusieurs essais sur l'Islam, travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  principal site de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà publié des extraits. Nous en ferons autant désormais, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal LFAR  •

     

    p h.jpg22 mars 2011, Casablanca

     

    La psychiatre et romancière Ghita El Khayat me dit : « Qu'est-ce qui prend à Sarkozy ? Avec son expédition de Libye, il va dresser ou réveiller de terribles haines arabes contre lui, contre les Français...»

    Je me pose la même question mais je crois qu'il veut, en Libye, habituer les Français à l'idée d'une opération semblable en Iran. Ce serait en somme un test, un galop d'essai. Les pétitions d'intellos juifs dans Le Monde, le désir de Sarko de montrer son amour pour Israël m'induisent à penser que le président français bombarde Tripoli mais pense à Téhéran, déjà...

    Quant à Dominique Strauss-Kahn, en 1983, il avait avoué : « Je pense chaque minute à la sauvegarde d'Israël ». Ca promet, donc... 

     

  • Poisson compliqué...

     

    Par Peroncel-Hugoz

    TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Peroncel-Hugoz, qui fut longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, et a publié plusieurs essais sur l'Islam, travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  principal site de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà publié des extraits. Nous en ferons autant désormais, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal LFAR  •

     

    peroncel1.jpg29 septembre 2012, Mohamedia

    Florence Kuntz*, de passage chez elle, à Rabat, vient déjeuner chez moi à Moha. Après un couscous du « pauvre » : pas de viande, sept légumes de saison, des oeufs durs de ferme, je lui montre quelques endroits de ma bourgade qu'elle ne connaît pas encore : la falaise, le vieux tir aux pigeons et, bien sûr, la nouvelle halle aux poissons (en français de Marseille, ça se dit « criée ») que Mohamed VI est venu, au nom d'Allah, inaugurer en personne le 12 du Ramadan 1433 (2012).

    Beau bâtiment sobre,  dans le quartier du Port, ex-secteur ibérique, avec façades blanches ou bleu lessive et un grand pan en zelliges abstraits des mêmes tons, avec une pointe de jaune en plus. Parfait. Mais nous levons le museau et sur le fronton, au lieu du simple « halle aux poissons » ou « poissonnerie » attendus, une enseigne bilingue, franco-arabe, boursouflée, amphigourique, absconse, typique hélas ! de l'influence française « moderne » au Maroc : COMPLEXE SOCIO-COMMERCIAL POUR L'ACCOMPAGNEMENT DES VENDEURS DE POISSON ...

    Heureusement le poisson proposé dans ce souk marin est varié, frais, appétissant...

    * ex-eurodéputée souverainiste