Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journal d'un royaliste français au Maroc - Page 3

  • Les Berbères a l’Opéra

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR  

     

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes « migratoires » qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

    IMG - JPEG - Copie - Copie.jpgParis  

    Soirée de juillet à l’Opéra Garnier, à Paris, avec des confrères d’Egypte et du Maroc, pour « couvrir » le « grand récital », en ce lieu prestigieux, de la chanteuse populaire berbère marocaine, venue du Souss (Taroudant, près d’Agadir) : Raïssa Fatima. 

    Au moment où une escouade de chanteurs-danseurs-musiciens, s’ébranle, suivie de quatre danseuses, en attendant l’entrée de la vedette, sous les hourrahs déchaînés d’une assistance presque totalement orientale, mon voisin marocain, demi-berbère (comme le prince héritier chérifien, Sidi-Mohamed), très échauffé, me glisse : « Voilà les quatre femmes autorisées à l’homme par Allah ! 

    L’Islam, quelle religion ! »  

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Mitterrand vu par un de ses familiers

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR  

     

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes « migratoires » qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

    peroncel1.jpgParis,  

    Déjeuner chez Allard, Paris VI°, avec mon éditeur et un confrère du Monde, l’africaniste Philippe Decraëne, dont l’épouse, Paulette, est alors secrétaire particulière du président Mitterand, à l’Elysée, auprès duquel Decraëne a ses entrées. 

    Decraëne: « Le Président ne voit plus ni Régis Debray ni Jacques Attali (deux de ses plus proches conseillers politiques officiels) »

    Moi : « Attali ? Ce Frégoli ! »

    Decraëne : « Frégoli, oui, et encore c’est indulgent…» (…) « Mais c’est Eric Orsenna qui a le plus blessé le Président, avec son livre (…) Mitterrand est un hétéro entiché d’homos : Philippe Boucher, François-Marie Barrier, Thierry de Beausset, etc.»

    Moi : « C’est qu’il adore les ragots…»

    Decraëne : « Le plus terrible, c’est le clan de Roger Hanin et puis les Lang; ces deux-là c’est la Galigaï et Concini…»

    Moi : « Dire que Lang sera peut-être notre prochain président ! ».

    Decraëne et l’éditeur en choeur : « Jamais ! Il a trop de casseroles qui alors sortiraient…»

    Decraëne : « Les vrais amis de Mitterrand, c’est Rousselet et Grandchamp, le père de ma femme » (…)    

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Un défroqué patriote [II]

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR  

     

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes « migratoires » qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

    ph - Copie 3.jpgParis, 1er juillet 1994 

    Déjeuner à Paris le 1er juillet 1994 avec Jean-Claude Barreau, conseiller de Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur. Prêtre défroqué, figure du Tout-Paris intellectuel, observateur critique de l’immigration étrangère en France, Barreau a été appelé par Pasqua  pour le conseiller en particulier sur les migrants musulmans. 

    Voici quelques-unes des phrases de Barreau enregistrées durant ce déjeuner : 

    - « Il faut rétablir la préférence nationale, telle qu’elle existe dans le préambule de la Constitution de 1946 » . 

    - « Les musulmans respectent la force, surtout quand elle est juste ». 

    - « On a imposé aux musulmans de France de photographier leurs femmes sans tchador, sur les pièces d’identité française ». 

    - « Bayrou (alors ministre de l’Education) est mou sur l’histoire du foulard dans les écoles ». 

    - « Les Français veulent être gouvernés ». 

    - « La présidentielle prochaine aura bien sur le thème de la Nation ». 

    - « Venise s’est écroulée de l’intérieur, par autodénigrement de son élite, car elle était forte au XVIII° siècle. C’est ce qui se passe chez nous…»   Suite et fin 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Un défroqué patriote [I]

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR  

     

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes « migratoires » qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

    IMG - Copie.jpgParis, jeudi 19 mai 1994

    Rendez-vous pour Le Monde avec Jean-Claude Barreau, prêtre défroqué et figure du Paris intellectuel, conseiller Immigration de Charles Pasqua, ministre gaulliste de l’Intérieur, pour parler de la natalité en France  et des étrangers chez nous. 

    Voici quelques citations inédites de Barreau, notées lors de ce rednez-vous et retrouvées dans mes carnets de reportage : 

    - « Nous avons compté déjà 11000 réfugiés intellos algériens en France. Nous ne pouvons ni ne voulons recevoir encore tous ceux qui fuiront l’insécurité en Algérie ». 

    - « Nous avons recensé 200.000 musulmans polygames en France, mais ils ne bénéficient plus des avantages sociaux et autres, grâce aux lois Pasqua si décriées ». 

    - « On ne peut pratiquement plus expulser un musulman. Si les deux casseurs algériens de Lyon avaient été des chrétiens d’Orient, personne ne se serait mobilisé pour eux. Je vais faire  une note à Pasqua sur les chrétiens  orientaux défavorisés en France. On ne peut plus expulser, à cause notamment de la Convention européenne des droits de l’Homme, les enfants arrivant avec des adultes qui, du coup, ne sont plus expulsables non plus…» 

    - « Je suis bombardé de télégrammes des préfets, déboutés par la justice à propos des tchadors dont il y a 2000 cas actuellement en France ». 

    - « A Oyonnax, ville où, en 1943, la Résistance défilait à la barbe des nazis, maintenant les Français s’en vont… Oyonnax est aujourd’hui à majorité turque…» 

    - « Je viens de faire une tournée dans trente-quatre départements. Partout des musulmans s’installent… A Rouen, la haute ville, c’est 30.000 musulmans vivant en enclave non républicaine. J’y ai rouvert un commissariat et destitué le chef de la police locale ». 

    - « Les juges sont devenus des avocats. Cette dérive est née de Mai-68. L’administration obéirait si elle recevait des ordres mais elle n’en reçoit pas… Balladur est un mou. Méhaignerie et Bayrou des lopettes. Bayrou n’osera pas s’attaquer au voile de peur de la kippa… Le communautarisme est en marche ». 

    - « Natalité ou plutôt dénatalité. La Suède n’a réagi que quand elle s’est sentie disparaître. La seule solution , c’est le salaire parental, je veux dite maternel ». 

    - « La plupart des hommes politiques  sont aveugles ou veules sauf Pasqua, Chevènement (ils se sont vus) et Séguin, mais ces deux derniers n’ont pas encore conscience que le seul problème d’immigration c’est l’Islam ! »   A SUIVRE LA SEMAINE PROCHAINE 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • La publication sur Lafautearousseau du « Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs » reprendra demain jeudi

     

    enclave - Copie 6.jpgDepuis deux ans (janvier 2016) nous publions chaque jeudi des passages inédits de ce Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs que tient Péroncel-Hugoz. 

    Fin décembre dernier, nous avons annoncé que cette publication s'interromprait pour un mois. Elle reprendra à partir de demain jeudi 7 février à son rythme habituel. Vous serez nombreux à être satisfaits de la retrouver !

    Nombre de nos lecteurs apprécient ces passionnantes chroniques qui enrichissent notre réflexion, notre culture et notre connaissance de l'Islam, de l'aire arabe ... et d'ailleurs.  Un grand merci, donc, à notre confrère pour cette contribution.  •  LFAR

  • Cerises du Chili …

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    peroncel1.jpgJeudi 8 mars 2011, supermarché Marjane

    Absurdité absolue, vicieuse, perverse, coûteuse, anti-écologique, etc. du commerce international façon libéralisme anglo-américain : sur les marchés du Maroc, pays agricole d'antique tradition où pratiquement tout pousse, des dattes aux figues de Barbarie, des champignons aux mandarines, des kiwis aux petits pois, etc., etc. Eh ! bien on trouve-presque partout en vente, ici, à des prix pour richards : cerises du Chili, prunes d'Espagne, endives du Pérou, raisins du Piémont et ainsi de suite. Il manque encore les tomates hors- sol de Hollande... Ça viendra.

    sans-titre cerises.pngCe n'est pas tout : j'achète une petite agrafeuse, nommée ôte-agrafe sur le carton, avec traduction en 13 langues — mais pas l'arabe, idiome principal du Maroc !... Ce produit a été fabriqué en Chine, importé au Mexique, empaqueté au Québec, aux Etats-Unis ou en Grèce (trois possibilités, c'est indiqué), réexporté au Maroc... Sainte traçabilité, sainte absurdité ! Et il se trouve des gens pour voir là un signe de « modernité »...   

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Le « Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs » s'interrompt pour un mois

     

    enclave - Copie 6.jpgDepuis près de deux ans (janvier 2016) nous publions chaque jeudi des passages inédits de ce Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs que tient Péroncel-Hugoz. 

    Nombre de nos lecteurs apprécient ces passionnantes chroniques qui enrichissent notre réflexion, notre culture et notre connaissance de l'Islam, de l'aire arabe ... et d'ailleurs.  Un grand merci, donc, à notre confrère pour cette contribution.

    Cette publication du Journal de Péroncel-Hugoz s'interrompt ici pour un mois. Elle reprendra fin janvier. Vous serez nombreux à être impatients de la retrouver !  LFAR

  • Couscous géant

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant en France et au Maroc, pour plusieurs titres, notamment « La Nouvelle Revue d'Histoire » et « le360 ». Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    IMG - Copie.jpg2 mars 2011, jour-anniversaire du recouvrement par le Maroc, en 1956, de sa pleine souveraineté

    Couscous géant à Casa chez le téléaste Omar Salim avec un de ses fils étudiant en diplomatie à Paris et Bruxelles, et le photographe marocain de New-York, Touhami El Nadr. Avant le repas, quand nous sommes seuls, Omar, inconditionnel des Alaouites, me dit : « Lors de la manif du 20 février [2011], le slogan en arabe le plus entendu a été : Non aux amis du roi ! » Pour ma part, je n'avais remarqué que les pancartes en français qui disent la même chose : « PAM dégage ! ». PAM = parti Authenticité et Modernité, ayant pour emblème un tracteur, alors que c'est un rassemblement de bureaucrates et de politiciens, « gros et gras, le teint frais et la bouche merveille » (Tartufe, Molière).

    La seule mesure qui pourrait calmer l'immense insatisfaction populaire serait peut-être le doublement du smic, mais le pays entier, sauf les pauvres gens, entre eux, mezza voce, se tait, comme si tous les nantis, tous les puissants, tous les décideurs étaient d'accord pour ne pas soulever le problème n°1 du Royaume alaouite.  

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Retour sur une gifle fatale

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant en France et au Maroc, pour plusieurs titres, notamment « La Nouvelle Revue d'Histoire » et « le360 ». Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    IMG - JPEG - Copie - Copie.jpgLundi 21 février 2011, Rabat

    Jeune Afrique du 17 décembre 2010 revient à juste titre sur la gifle qui, en Tunisie, a tout déclenché :

    Une gifle fatale

    « Les agents municipaux lui saisissent encore une fois sa charrette. Quand il ose aller déposer une réclamation au gouvernorat, aucun responsable ne prend la peine de le recevoir. Pis, une auxiliaire municipale, Feida Hamdi, le gifle et lui crache à la figure. L'humiliation publique, infligée par une femme dans un environnement où le respect fait partie du code social, est le geste de trop, une souillure dont Mohamed va se purifier par le feu. Il ne réfléchit plus, est pris dans la spirale du désespoir, d'un implacable no future. Puisqu'il ne peut se faire entendre, il va protester de la manière la plus voyante. Consumé par la misère, il se sent déjà brûlé de l'intérieur, alors autant affronter le feu. Il n'a pas peur, ne tremble pas. Il craque une allumette comme on claque des doigts et s'immole sur la place publique. Un geste qui embrase le pays et fait de tous les Tunisiens - et peut-être de tous les Arabes - des marchands ambulants bafoués dans leurs droits. »

    L'opposant tunisien Moncef Marzouki (et premier auteur dans ma première collection éditoriale en 1987, à Paris) a inventé ce mot pour les régimes arabes Joumloukia, mélange de joumhouria, république et mouloukia, royauté, mais il est républicain et les plus grandes dictatures ont toujours été des républiques, partout de la Chine au Brésil, de la Soviétie à l'Allemagne...

    En Cyrénaïque, les opposants à Kadhafi ont ressorti le drapeau noir, vert, rouge du feu roi Idriss que cet escogriffe de Kadhafi avait renversé hélas ! en 1969. Le prince héritier Hassan-Réda fut tué à petit feu en prison. Où est la lignée sénoussie aujourd'hui ? Qu'un de ses émirs se manifeste bon sang de bon sang !    

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Baisemain royal

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant en France et au Maroc, pour plusieurs titres, notamment « La Nouvelle Revue d'Histoire » et « le360 ». Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    PERONCEL 3.jpgDimanche 20 février 2011  

    Maigres manifs à Casa et Rabat, sous la pluie avec portraits du roi, présentés comme un bouclier par les manifestants. A la campagne, dans un café, images de Télé-Tanger et d'Euronews que des paysans regardent, passifs, plutôt éberlués, taiseux en tous cas. Savent-ils, au fond d'eux-mêmes, qu'il y a bien peu de chance que quelque chose, en tout état de cause, s'améliore pour eux ?...

    Le magazine Tel Quel, toujours aussi vain et occidentomane réclame, entre autres réformes (hausse du smic, santé gratuite pour les pauvres, etc.), ta suppression du ... baisemain à Sa Majesté chérifienne qui, rappelons-le, est facultatif ; mais ici, traditionnellement, on embrasse la main (ou l'épaule ou la tête) de ses aînés, de ses supérieurs, cela remonte à Mahomet. Faudrait-il supprimer, en France, le baisemain aux dames de qualité ?...

    Mourad, un jeune ouvrier tisserand qui vient de se marier et a travaillé pour moi, vient me voir et me demande un petit prêt que je lui consens : « On aime le roi, j'aime le roi, il nous protège mais les patrons ne lâchent rien, on n'y arrive plus, même si le sucre et l'huile ont un peu baissé... » Je le sens sincère et inquiet ; les loyers n'ont pas baissé, ni l'eau, ni la tricinti (l'éléctricité), ni l'essence, ni les vêtements, ni les médicaments, la liste serait interminable.    

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Tourmente politique hivernale

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant en France et au Maroc, pour plusieurs titres, notamment « La Nouvelle Revue d'Histoire » et « le360 ». Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    ph - Copie 3.jpgVendredi 18 février 2011

    Je doute de plus en plus que le Maroc puisse échapper à cette tourmente politique hivernale (habituellement les peuples arabes font leurs révolutions en été : Egypte 1952, Irak 1958, Libye 1969 etc.) qui ravage l'aire courant de Bahreïn à Alger via Sanaâ, Amman, le Caire, Tunis, Benghazi etc.

    Certes, ici au Maroc tous les produits de base viennent de baisser, y compris le butagaz, comme par miracle, mais les grandes plaies restent ouvertes : très bas salaires, bidonvilles, médicaments hors de prix, refus des emplois manuels par le plus petit diplômé, etc.

    C'est vrai, la popularité royale reste très élevée et ne désempare pas depuis 12 ans que Mohamed VI règne, les « sujets du bas » réclamant une augmentation des pouvoirs du monarque et non leur limitation, etc. mais le Makhzen n'a pas vraiment utilisé ces données très favorables, par exemple pour obliger le patronat à donner des payes décentes, pour revaloriser financièrement et socialement les métiers manuels, notamment agricoles. Que de temps perdu ! Que d'exemples historiques de souverains adorés puis détestés (Louis XV, Alphonse XIII, Léopold III, Farouk, Mohamed-Réza-Chah, etc) ! Qu'Allah épargne cette disgrâce à Mohamed VI !

    France : madame Le Pen et le président Sarkozy se retrouvent sur l' « islamophobie ». Ils ne veulent plus de minarets, de prières publiques, peut-être demain d'égorgement à vif des bêtes de boucherie (mais là, ce sera plus difficile car les israélites ont introduit en France, bien avant l'arrivée de l'Islam, ce viol de la loi nationale...) - et alors les musulmans réagiront sans doute violemment, comme des enfants auxquels on a tout passé jusqu'à la puberté et auxquels brusquement on veut imposer des règles de ponctualité, d'ordre, de travail, etc. - le pire sera alors à craindre.  

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Lang du rose au jaune …

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  l'un des principaux titres de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    peroncel1.jpgMardi 15 février 2011, Marrakech

    Venu ici pour la journée, afin de choisir des photos du XIXe siècle chez le collectionneur Patrick Manach, pour mon projet de réédition d'Escale .à Tanger de Dumas père ; Florence Kuntz est du déplacement. Je traverse seul la ville de la librairie du Guéliz à la Médina et y prend derechef toute la mesure des ravages esthétiques et moraux du tourisme occidental, avec ses vieux bobos à queue de cheval et pantalons bouffants, ses retraités en ticheurts, frigorifiés par l'air passé sur les neiges atlassiques avant de ventiler Marrakech, ses hachichin parigots bas-de-gamme, ses magasins de mode hors de prix, accessibles sans doute à 1% et encore des Marocains, ses courtisanes ou ses gigolos indigènes tortillant du popotin sur les trottoirs fleuris, etc. bref tout ce que j’ai fui en Europe et qui brusquement me rattrape ici, avec en plus, Jack Lang, en chemise jaune (quand je le fréquentais professionnellement dans les années 1980 sa chemise était rose...), visitant la même exposition que nous... • 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Le jardinier et le saint

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  l'un des principaux titres de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    IMG - Copie.jpgLundi 14 février, Chaouïa

    Bouchaïb, un quadra père de trois enfants, Mzabi (originaire de Benahmed, près de Khouribga et non du Mzab algérien), analphabète, brave homme, bon jardinier, souvent sans travail et auquel j'en ai donné un peu ces temps-ci, dans mes deux jardinets, en marge d'un remplacement qu'il faisait au service municipal des jardins de Moha, m'appelle pour savoir si je n'ai pas besoin de lui en ce moment. Hélas ! pour lui non mais je lui dis que je suis preneur d'œufs de sa petite basse-­cour. Il habite un douar minuscule en bordure. de l'ancienne base aérienne américaine de Benslimane, à 30 km de chez moi. Il prend le bus et une heure après il est ici. Je le trouve amaigri, hâve même. Faouzia lui prépare un bon gros sandwich au casher, cette saucisse musulmane industrielle prisée des autochtones, un thé, des bananes. Une fois qu'il est rassasié, je le fais un peu parler. Le travail ? Ouallou, rien en ce moment ni à la campagne ni à la ville. « Je suis allé tailler des vignes près de Moulay-Bouchaïb [son saint patron], à Azemmour - Tu*as donc rapporté un peu de baraka du saint...  - Pas du tout, je ne suis même pas allé visiter sa koubba, là-bas avec les autres ouvriers agricoles on a surtout bu du 3/4 ...». C'est le nom que les Marocains donnent au vin : trois quarts (de litre). Je suis édifié.  • 

    *En arabe, n'existe que le tutoiement et je parle bien sûr cette langue avec Bouchaïb qui ne connaît que deux ou trois mots de français. L'accusation idéologique de « tutoiement colonial » envers nos colons ne tient plus dès lors qu'on sait que cet usage était surtout une marque d'adaptation à l'idiome local. Je m'efforce de suivre cet exemple.

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Médiocrité des partis marocains

    « Dans son discours du 29 juillet 2017, à l'occasion de la Fête du Trône, le roi Mohammed VI a mis les partis politiques face à leurs responsabilités. Leur échec dans l'encadrement des citoyens et leur opportunisme sont particulièrement mis à l'index ». [Le360, journal marocain en ligne du 29.07.2017]

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  l'un des principaux titres de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    IMG - JPEG - Copie - Copie.jpgSamedi 12 février 2011

    Les renversements des présidents, par la rue, en Egypte et à Tunis, font croire à l'installation prochaine de la démocratie à l'occidentale dans ces pays. Je n'en crois rien et je dirai : Allah merci ! Car la démocratie, primat de l'Homme sur Dieu, ne peut fonctionner sans dégâts chez les peuples croyants, comme le sont, jusqu'à plus ample informé, les musulmans.

    Du coup les commentateurs estiment que le roi du Maroc doit renoncer à une partie de ses pouvoirs, se contenter de régner sans gouverner. Or les Marocains de base ne veulent pas de ça, ne connaissant que trop la médiocrité, la vénalité, la rapacité de leurs partis politiques. Néanmoins, les «élites» se croient déjà en démocratie, et on en a les désagréables prémices : grèves du personnel judiciaire, grève des enseignants, grève du personnel marocain des lycées français et même, symbole de la grève à la française, grève des pharmaciens mécontents de la juste politique du gouvernement royal visant à diminuer le prix des médicaments, en diffusant largement les génériques... Eh ! bien non, la Pharmacie marocaine ne veut rien entendre, le spectacle des pauvres gens dans la rue montrant des ordonnances dont ils ne peuvent acheter les prescriptions indiquées, ne l'émeut pas... Une seule chose compte : la continuation des gros profits.   • 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Pique-nique avec P.M. Coûteaux

    Paul-Marie Coûteaux et Florence Kuntz - avril 2001 - devant la statue équestre de Louis XIV, place des Victoires à Paris

     

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  l'un des principaux titres de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    PERONCEL 4.jpgDimanche 6 février 2011, Aïn-Dakhla (Ben-Slimane)

    Marche à la grotte escarpée d'Ain-Dakhla, au milieu des indigènes en pique-nique, avec la famille Kuntz et l'ex-eurodéputé souverainiste Paul-Marie Coûteaux.

    La rumeur nous apprend que le roi du Maroc est aux sports d'hiver en France. Voyage royal privé, donc non annoncé, selon l'usage chérifien. Mais là, ce séjour « privé » a bien une signification politique : si le chef peut se permettre une absence de son pays à un moment où toute l'Afrique blanche, du Nil au fleuve Sénégal, est en ébullition, en attente, en écoute, c'est qu'il sent que la situation est, pour lui, sûre. Ou alors, il en doute mais en s'absentant il veut donner l'impression qu'il n'est pas inquiet. Dans les deux cas, surtout le second, bien sûr, c'est risqué...

    L'intrépidité, qui était l'une des vertus d'Hassan II et ne paraissait pas trop figurer parmi les qualités de son fils et successeur, vient peut-être d'apparaître dans le comportement de Mohamed VI. • 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.