Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journal d'un royaliste français au Maroc - Page 2

  • Un regard marocain lucide

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

    Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    EXTRAITS DU JOURNAL MAROCAIN 2018 INEDIT DE PÉRONCEL-HUGOZ 

    IMG - JPEG - Copie - Copie.jpg

    Rabat,17 mars 2018 (suite)

    Le soir, dans la médina, où je vais résider désormais, bref concert de tambourins. L’Orient sera toujours l’Orient. En revanche, pas de klaxons ni de jappements de chiens, bête que l’Islam n’aime pas, lui préférant les chats. Mahomet ouvrit le paradis musulman à une femme qui avait donné à boire à un félin domestique mourant de soif. C’est canonique. 

    Je m’endors en lisant l’hebdo marocain de centre gauche, Tel Quel (dans lequel les Servan-Schreiber eurent jadis des parts), où mon jeune confrère Omar Saghi est bien avisé d’écrire : « Dans les social-démocraties occidentales classiques, aujourd’hui moribondes, les aides, compléments, revenus minimum et autres allocations servent non pas à payer un service ou un bien mais à permettre à tous de participer à ce grand parc d’attractions qu’est la société de consommation ».

    photo-omar-saghi1.jpgVoilà un garçon qui n’est pas de chez nous mais qui connaît bien nos moeurs aberrantes… 

    Ce que notre confrère marocain (photo ci-contre) ne sait sans doute pas c’est que le contribuable français finance 52 aides sociales, allant, sur son territoire national, la moitié du temps, à des étrangers établis en France. Notre peuple représente environ 1% de la population mondiale mais il finance 15% de toutes les aides sociales distribuées sur la Planète. Aucun autre Etat ne fait mieux mais chut ! Les cocoricos sont mal vus par le « politiquement correct » universel !…   

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

  • Arnaque à l’aéroport

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

    Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    EXTRAITS DU JOURNAL MAROCAIN 2018 INEDIT DE PÉRONCEL-HUGOZ 

    IMG - JPEG - Copie - Copie.jpg

    Rabat,17 mars 2018

    Y ayant diminué mes activités journalistiques et éditoriales, je n’avais plus séjourné au Maroc depuis plusieurs mois. A mon retour, ce samedi, je suis arnaqué «grave» (pour parler «jeune»…), dès l’aéroport de Rabat-Salé, par un loueur d’autos que vante le Routard 2018. Heureusement je parle assez d’arabe local pour me tirer de ce guêpier, encore que, sans doute, je vais y laisser quelques plumes… 

    Donc, je loue chez un concurrent, plus cher mais plus sûr et je file vers la capitale royale à travers son épaisse ceinture verte, à base d’eucalyptus tout vernissés d’ondée printanière. Cette verdure non aedificandi est le plus beau des nombreux et inestimables cadeaux offerts par Lyautey au « monastère guerrier » (c’est le nom de Rabat, ribat en arabe). A Dar-Mastaba, en haute médina, près de là où séjourna le futur maréchal-résident avant le Protectorat (1912-1956), je crèche chez Florence Kuntz (l’ex-députée souverainiste). Sa très fidèle et très stylée petite servante m’attend avec ses yeux modestement baissés, son fichu bien tiré; les draps aussi sont bien tirés, dans cette vieille maison aux zelliges bien briqués. 

    Plus tard, je descends en « ville moderne » où une bonne trentaine de femmes mûres en djellabas, étendues sur des couvertures sont en grève de la faim, sous les arcades d’une grande banque du cru, pour protester contre la suppression par le gouvernement à direction islamiste de certaines aides aux populations du Grand Sud. Elles ont collé, sur le mur auquel elles d’adossent une photo du roi Mohamed VI, arrachée dans une revue. En ce Royaume, les grévistes n’ont pas toujours des pancartes revendicatives mais ils n’oublient jamais de se mettre sous la baraka - la bénédiction divine - du monarque chérif, « pape et empereur ». (à suivre).   • 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

  • Le « Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs » de Péroncel-Hugoz reprend à partir de demain.

     

    enclave - Copie 6.jpgDepuis deux ans et demi (janvier 2016) nous publions chaque jeudi des passages inédits de ce Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs que tient Péroncel-Hugoz. 

    Nombre de nos lecteurs apprécient ces passionnantes chroniques qui enrichissent notre réflexion, notre culture et notre connaissance de l'Islam, de l'aire arabe ... et d'ailleurs.  

    Cette publication du Journal de Péroncel-Hugoz s'est interrompue début juin. pour quelques semaines. Nous avions annoncé qu'elle reprendrait courant juillet.

    Voici : ce sera dès demain jeudi. Vous serez nombreux à être heureux de la retrouver !  LFAR   

    Vous pouvez retrouver l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

  • Histoire de parapluies…

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

    Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

     

    IMG - JPEG - Copie - Copie.jpg6 mai 1994  

    6 mai 1994, inauguration du tunnel sous la Manche par Elizabeth II et François Mitterrand.

    Un tunnel que naturellement les voitures particulières ne pourront pas emprunter à cause de ces salopards d’Anglais, qui « au nom de l’Europe » nous ont imposé les aveuglants phares blancs ; « au nom de leur spécificité » leur satanée conduite à gauche va perdurer… Et nous, toujours à la traîne des Anglais depuis l’Entente cordiale, une jolie affaire de dupes dont nous sommes éternellement les perdants… En tous domaines.

    La bonne humeur me revient en regardant Sa Majesté britannique donner  - volontairement ou non, peu importe - une leçon de simplicité à la grimaçante et mal fringuée Danielle Mitterrand. Donc, ladite « présidente », à cause de quelques gouttelettes de pluie, est suivie par un fonctionnaire qui l’abrite sous un grand parapluie noir.

    LLC9403110022.jpgLa reine, elle, se contente de son chapeau rose puis, comme il bruine un peu plus, quelqu’un de sa suite lui apporte un autre grand parapluie noir qu’elle ouvre elle-même, toute seule et sous lequel elle s’abrite, sans porteur de pépin… Quand la pluie cesse la reine ferme le parapluie et le passe à son mari, le duc d’Edimbourg, sans déranger personne… La mère Mitterrand, elle, qui ne semble pas s’être rendue compte qu’il ne pleut plus, continue d’avancer, suivie de son porte-parapluie tenant le pépin toujours grand ouvert au dessus de « Tatie Danielle » ! • 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

  • Une messe pas comme les autres…

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

    Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

     

    peroncel1.jpgParis,  27 avril 1994  

    Messe à la mémoire de feu mon directeur de conscience, le Père Georges Anawati, à la chapelle dominicaine Saint-Jacques. Choc en découvrant le devant de l’autel dû à mon ami le peintre Claude Lagoutte (1935-1990), réalisé pour ce lieu en 1987 : superbe collage bleu, blanc, rouge, pointilliste et éclatant dans cette austère et sombre chapelle.  

    Durant l’homélie, le Père Régis Morellon révèle que le Père Anawati avait sur lui, pour sa messe quotidienne, les noms de 320 personnes et qu’il priait chaque fois pour elles. Il dit cela en me regardant. Je communie. L’hostie est dure et brune. Jadis la parcelle de pain divin était friable, blanche, presque immatérielle… (je pense au défunt qui fut sans doute à l’origine de l’écriture de mon Radeau de Mahomet (1983). Un soir que nous parlions, dans son couvent de la rue Masnaâ-el-Tarabiche, au Caire, des excès en tous genres de l’Islam, contre les Coptes, en particulier, le Père me dit: « Mais écrivez donc tout cela ! » J’essaie de le faire dans le Monde mais ma liberté de parole sur ce sujet est limitée… ) Faîtes un livre ! Commencez dès ce soir ! » Rentré chez moi, je me jetais sur mon buvard et j’écrivis le début de mon Radeau, sur les « Turcs de profession », ces chrétiens adhérant à tout ce que faisaient les musulmans, au XVIII° siècle, en Méditerranée, et qui, maintenant, sont de retour à Paris, Bruxelles ou même Rome…   

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • A la table de Fabius

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    Journal de 1991 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1991, les mêmes problèmes « migratoires » et autres qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

     

    ph - Copie (2).jpgParis,  dimanche 27 octobre 1991  

    Déjeuner « francophone » (alors qu’il est notoire  que notre hôte, comme Giscard, se fiche du sort du français dans le monde, comme de ses premières chaussettes…). Chez le président de la Chambre, Laurent Fabius, en ce moment au centre d’un scandale immense, celui du sang transfusé contaminé. L’intéressé, néanmoins, ne se départit pas de son éternel sourire douçâtre, tandis qu’un de ses yeux est plus que jamais tiré vers le bas, ce qui lui donne un faux air de François Mauriac…

    A la table d’honneur, le chanteur Enrico Macias, deux ou trois académiciens, la ministresse Tasca, le ministre Kiejman, le président du Parlement égyptien (le Caire a adhéré à la francophonie, grâce à Boutros-Ghali), placé à côté de Macias qui fut, il est vrai, reçu naguère par Sadate, comme « messager de paix entre israélites et mahométans »…)

    Après le filet en croûte et la glace au caramel, Fabius essaie de faire rire un peu l’assistance en rappelant l’histoire de l’hôtel de Lassay: « Le marquis de ce  nom était l’amant de la duchesse de Bourbon, cousine du roi et alors habitante de l’actuelle Assemblée du Palais-Bourbon. »

    Personne ne rit à cette évocation et chacun s’en va vite à ses affaires, encore tout glacé par l’atmosphère de ce repas, donné en l’honneur de la Francophonie et où chacun pensait aux victimes abandonnées du Sang contaminé…   

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • UN ROYALISTE A MATIGNON (2) suite et fin

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    Journal de 1991 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1991, les mêmes problèmes « migratoires » et autres qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

     

    IMG - Copie.jpgParis,  jeudi 8 août 1991 

    Entretien avec Gilbert Comte, conseiller de Mme Cresson, chef du gouvernement socialiste, à l’hôtel Cassini, dépendance de Matignon, rue de Babylone.

    Suite des réflexions dudit conseiller :

    Michel Jobert* ? « Je l’aime beaucoup, je ne dis pas « bien », je dis « beaucoup ».

    Les milieux au pouvoir : « Dégoûtants ! » La chronique vient d’être défrayée par des détournements de fonds, dus apparemment à des fonctionnaires, au détriment des harkis, de la Francophonie, etc…

    Charles Maurras : Dans 500 ans, ce sera peut-être comme Demosphène aujourd’hui. Avec Beuve-Méry, au Monde, j’ai pas mal contribué à ce qu’on reparle de lui. (Je lui offre le livre de Nguyen sur Maurras avant l’Action française).

    Le Monde a malicieusement présenté Comte comme « royaliste » : « J’ai téléphoné à Bruno Frappat** et je lui ai dit : « J’ai effectivement, dans les années 50, écrit des articles pour Aspects de la France*** mais j’ai ensuite, durant 10 ans, chroniqué pour Le Monde et ça vous ne l’avez pas rappelé… Je n’ai pas honte d’avoir écrit dans Aspects mais il n’y a pas que ça dans mon cursus…»   

    * Pied-noir gaulliste du Maroc, proche d’Hassan II, ministre des Affaires Etrangères (très anti-américain) du président Pompidou. 

    ** Catho de gauche, alors l’un des principaux dirigeants du quotidien.

    *** Nom de l’AF à l’époque.

     

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • UN ROYALISTE A MATIGNON (1)

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

     

    Journal de 1991 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1991, les mêmes problèmes « migratoires » et autres qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

     

    PERONCEL 3.jpgParis,  jeudi 8 août 1991 

    Au bureau de Gilbert Comte, conseiller d’Edith Cresson, Premier Ministre. Comte est un confrère indépendant* que j’ai connu au Maroc, où il enquêtait pour Le Monde diplomatique tandis que j’étais là pour Le Monde. Nous nous sommes entendus comme larrons en foire… Royalisme oblige ! Mais Comte est plus maurassien que moi.

    Il me montre d’abord les vieux arbres du jardin sur lequel donne son bureau, jardin jouxtant celui de Matignon.

    Nous admirons un très haut vieil acacia courbé, soutenu par un V en bois ou fer, entièrement recouvert d’un magnifique lierre. Parmi les arbres plus jeunes, des tilleuls, érables, platanes, tous très hauts.

    Phrases de Gilbert Comte notées au vol :

    « Chevènement ? Plus de nouvelles. Il aurait dû quitter le Parti socialiste. Il a des convictions mais il ne sait pas les organiser. C’est son gros défaut. C’est un homme d’appareil aussi. Au moment de la crise du golfe Persique, il nous a dit : « Il s’agit d’être des nationalistes français, pas des nationalistes israéliens arabes ! »

    Il est vraiment nationaliste mais il parle trop de « république » …  (A suivre)  •

    *  Il est aussi historien, essayiste, penseur. Il fut le premier à dire et écrire que Chirac n’était ni gaulliste ni gaullien, seulement  un ambitieux jouisseur, très bien secondé par sa femme… dite « Tartufette »… 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Murs

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR   

     

    Journal de 1991 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1991, les mêmes problèmes « migratoires » et autres qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

     

    PERONCEL 4.jpgParis, début août 1991

    Chine : La Grande Muraille, qui sert maintenant de fond pour des réclames américaines…

    Berlin : Pas de salon chic à Paris, à présent, sans un éclat du mur abattu, qui ne soit sous verre ou soclé… Y compris chez d’ex-communistes…

    Ecosse :  A la frontière avec l’Angleterre, mur de l’empereur Hadrien contre Pictes et Scots qui voulaient déloger les Romains ou les piller. Ça me rappelle ma classe d’anglais à Marseille au lycée Thiers ou le prof nous montrait les restes de ce mur avant de passer à un exercice  sur le fantôme de Canterville (Canterville ghost).

    Afrique du Nord : Mur du limes romain antique à Bir-Oum-Ali, Sud tunisien et à la sortie sud de Rabat, dans un champ, sous les fleurs sauvages, quelques blocs d’un autre mur romain antique, contre les incursions des indigènes berbères visant à brûler ou piller Volubilis la Latine.

    Comtat-Venaissin : Vestiges importants du « Mur de la Peste » qui tenta de protéger l’enclave pontificale de la Grande Peste de 1720-21, venue d’Orient par le port de Marseille.

    Projet de mur israélien : En béton pour se garantir des Palestiniens.* 

    Projet états-unien pour freiner l’immigration invasive des Mexicains. **  •

    * A présent en grande partie construit malgré les cris de la « communauté internationale ».

    ** Où on voit que le projet du président Trump existait bien avant lui…    

     

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Mogadiscio

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR   

     

    Journal de 1991 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1991, les mêmes problèmes « migratoires » et autres qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

     

    IMG - JPEG - Copie - Copie.jpgParis, août 1991

    Dans son livre Lettres d’amour en Somalie, plein de bienveillance pour la colonisation italienne en Somalie, et pour la Maison de Savoie, le téléaste Frédéric Mitterrand invente un joli mot : LARCINER, pour voler ou dérober. 

    Dans le même ouvrage, beau portrait de l’archevêque de Mogadiscio, qui fut assassiné par des brigands musulmans : « Un vrai martyr chrétien ». Et sur les moniales italiennes: « Ces bonnes grosses religieuses, là dans cette touffeur depuis plus de 40 ans, toujours travaillant, propres et bien disposées » (oui, la plus belle chose du catholicisme est le témoignage muet de ces vestales. Aucune autre religion n’a ça).   

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Température

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR   

     

    Journal de 1991 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1991, les mêmes problèmes « migratoires » et autres qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

     

    peroncel1.jpgParis, août 1991, au journal Le Monde.

    Je refuse qu’on pose un conditionneur d’air dans mon bureau. Stupeur du technicien d’autant que je lui dis :

    « Je ne veux pas de ce truc américain. De Gaulle arrêta le sien, dans sa chambre à Cayenne, où il faisait pourtant vraiment chaud. Je suis franchouillard ! ».

    Et dire que Le Monde a été fondé en 1944 par Hubert Beuve-Méry, avec l’appui de De Gaulle, pour lutter contre l’hégémonie des Etats-Unis d’Amérique, hégémonie qu’on déguise de nos jours sous le terme obscur de leadership…   

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Un compliment algérien

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR   

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes « migratoires » qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

    ph - Copie 3.jpgParis, début octobre 1994 

    Mon confrère algérien de nationalité française, le Petit-Kabyle arabophone (et francophone) Slimane Zeghidour dont je suis intellectuellement assez proche (j’ai été témoin à son mariage avec une scientifique berbère algérienne, à la mairie de Villejuif) me décoche tout à trac un compliment comme je n’en ai guère reçu dans ma vie professionnelle, surtout de la part d’Algériens, lesquels en général ne parlent de la France d’hier ou d’aujourd’hui que pour s’en plaindre. 

    Voici donc ce que m’a décoché Zeghidour : « Mon cher Hugoz, je viens de lire un texte intello de Bourdieu sur l’Algérie. Par contraste, ça m’a fait penser à toi dont je n’ai jamais lu trois lignes intellos. Tu es un vrai Latin comme Juvénal ou Cicéron. Chacun de tes mots veut dire quelque chose. Pas d’analyse, des faits, de l’expérience ! »    

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • L’état de la France en 1994 : Surtout pas de cocorico !

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR   

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes « migratoires » qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

    IMG - Copie.jpgSelon mon tout-puissant confrère du Monde, le trotskyste Edwy Plenel, la France est « essoufflée », elle vit « au dessus de ses moyens ».

    C’est l’équivalent gauchard de « la France, puissance moyenne » du distingué défaitiste Giscard d’Estaing. 

    C’est à qui nous trouvera le plus faible. Nul ne dit, ou si peu, parmi mes confrères parisiens ou dans le microcosme politique français qu’en cette année 1994, selon les statistiques internationales, notre pays est la deuxième puissance industrielle par tête d’habitant ; la deuxième puissance exportatrice agricole ; le deuxième fournisseur de services, etc, etc. Qui dit mieux ? Ah oui, mais surtout pas de cocorico ! Attention à la dangereuse fierté nationale !… 

    Evidemment en 2018, après les très molles présidences de Chirac, Sarkozy et Hollande, notre rang mondial n’est plus le même qu’en 1994 ! Nous avons notamment  perdu deux millions d’emplois industriels, grâce à la folle politique du libre-échangisme à l’anglo-saxonne… Emmanuel Macron pourra-t-il un peu remonter la pente ?…    

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Berbérisme au Maroc

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR  

     

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les même s problèmes « migratoires » qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

    PERONCEL 3.jpgNotes de l’été 1994, lors d’un reportage pour le Monde à Dchaïra, village berbère « spontané », un peu au sud d’Agadir. 

    Chez les naturels du pays, tous berbères et berbérophones ici, aucune confiance dans les infos gouvernementales. Le vieil antagonisme Arabes-Berbères, Conquérants-Conquis n’est jamais loin et ne fut pas un fantasme colonial ou néo-colonial… 

    La méfiance envers le Makhzen, l’Etat monarchique arabo-musulman millénaire, est toujours sous-jacent, caché au monde extérieur par le nappage islamique général. Et, du reste, les Berbères, jadis païens ou chrétiens, sont devenus au fil des siècles d’excellents mahométans, parfois plus «fidèles» que les Arabes de souche. 

    Le roi Hassan II ? « Il travaille pour lui ! », répondent souvent les Berbères quand ils veulent bien entendre cette question souvent posée par des étrangers au pays. 

    A la maison, à Dchaïra, les familles berbères  regardent  des cassettes de chanteurs et danseuses chleuhs, parlant tachelhit, l’un des trois idiomes berbères du Maroc. Ces idiomes ne sont ni enseignés, ni étudiés, et très peu utilisés à la radio (1).     

    (1) Cela à grandement changé sous Mohamed VI, au  pouvoir depuis 1999. Ce monarque arabe de mère berbère a officialisé la langue berbère, lancé son enseignement scolaire, créé un prestigieux Institut royal culturel berbère, l’IRCAM (note de 2018)

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

  • Les Berbères a l’Opéra (bis)

    Par Péroncel-Hugoz 

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR  

     

    Journal de 1994 - Extraits inédits 

    Où on va voir qu’en 1994, les même s problèmes « migratoires » qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

    PERONCEL 4.jpgParis Dimanche 17 juillet 1994

    Derechef à l’Opéra Garnier, à Paris, avec cette fois des confrères égyptiens (coptes) et irakiens (chiites), pour « couvrir » le « récital exceptionnel » du chanteur populaire algérien installé en France (bien sûr !) Chab Khaled, personnage grimaçant et démagogue mais intouchable, vue sa « popularité mondiale » (j’ai même dû subir ses miaulements à bord d’un restaurant flottant sur le Mékong, à Saïgon…). 

    A un moment donné la musique arabe gonflée à bloc par des amplis géants et les hurlements de stentor de Chab Khaled, enflamment à tel point l’assistance, à très large majorité arabo-berbère, que des jeunes gens arrachent leur tricot et se mettent à danser torse nu tandis que  des jeunes filles ou femmes, cheveux dénoués, et certaines en soutien-gorge… se lancent dans une danse du ventre endiablée. Jamais l’opéra de Napoléon III et Eugénie n’a dû abriter en ses murs rouges et dorés un tel spectacle !    

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.