UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique Alimentaire/Santé : le coing (bienfaits et méfaits), par Bayard.

Le coing est le fruit du cognassier (Cydonia oblonga) un petit arbre de 4 à 6 mètres de hauteur originaire d’Iran.

Cet arbre ne pousse que sous des climats très chauds. La saison des coings est à l’automne. Piriforme (rond et légèrement allongé) et volumineux, il est cotonneux en surface.

Sa mince peau verte devient jaune lorsque le fruit est mûr. La chair est très parfumée, sèche et ferme. Le coing ne se mange pas cru...

3.jpg

La maturité complète du coing demande un climat de type méditerranéen à longue période de chaleur (Portugal, Grèce...). Il peut alors être consommé cru. Dans les régions moins méridionales, au climat tempéré plus frais, ce n'est pas le cas sauf pour certaines variétés à court cycle de fructification (Aromatnaya, Kuganskaya) qui peuvent parfois arriver à maturité quasi complète par un automne particulièrement chaud. Sinon, les coings restent durs, astringents et acides et ne peuvent être consommés qu'après cuisson. Une ancienne méthode les laissait exposés aux gelées pour les ramollir et éliminer un peu de tanin.

Les fruits sont utilisés principalement pour confectionner des gelées, des confitures, de la pâte ou des gâteaux. Les coings peuvent également être rôtis au four, ou être utilisés dans la préparation de tajines de mouton ou de volaille. Enfin, le coing peut être distillé et l'on en obtient ainsi une liqueur. En Europe de l'Est, le coing est utilisé comme légume, dont on fait une soupe d'hiver, on trouve également de la liqueur.

Le fruit était connu dans la Grèce antique. Sa variété la plus appréciée venait de la région de La Canée (« Kydonia ») sur la côte nord-ouest de la Crète : elle était appelée « μῆλον κυδώνιον (Mêlon Kudonion) », soit « pomme de Cydon », d'où le nom scientifique du genre, « Cydonia », attribué au cognassier.

Caractéristiques du coing

  • Riche en fibres, notamment en pectine ;
  • Peu sucré ;
  • Riche en antioxydants ;
  • Riche en vitamine C ;
  • Diminue le cholestérol sanguin et la glycémie.

6.jpg

 

Valeurs nutritionnelles et caloriques du coing

Le coing est modérément calorique (57,7 Cal/100 g). Il est riche en fibres, reminéralisant (potassium)

 

Les bienfaits du coing : pourquoi en manger ?

On connaît le coing surtout pour son pouvoir gélifiant dans les confitures mais il est doté d’autres bienfaits.

Son point fort : sa richesse en pectine

Le coing est un fruit riche en pectine, un type de fibre qui a la propriété de former un gel en emprisonnant l’eau. La pectine aurait de nombreux bienfaits sur la santé notamment sur la diminution des niveaux de cholestérol sanguin ainsi que de la glycémie. La pectine aurait aussi la capacité de retarder la vidange gastrique et ainsi favoriser la satiété. Elle a aussi été étudiée en lien avec certains types de cancer notamment le cancer du côlon. Finalement, celle-ci aurait aussi la capacité de former une barrière physique protégeant les cellules intestinales contre une infection microbienne.

Source de potassium

Le coing est source de potassium. Dans l’organisme, le potassium sert à équilibrer le pH du sang et à stimuler la production d’acide chlorhydrique par l’estomac, favorisant ainsi la digestion. De plus, il facilite la contraction des muscles, incluant le cœur, et participe à la transmission de l’influx nerveux.

Source de cuivre

Le coing est source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres. 

4.jpg

 

Bon apport de vitamine C détruit partiellement par la cuisson

Bien que le coing soit une source de vitamine C anti-oxydante, comme on le consomme cuit, la majorité de la vitamine C est détruite par la chaleur. Le coing contient également des composés phénoliques ayant des propriétés anti-oxydantes. De plus, certaines études ont démontré un potentiel effet positif sur la prévention du cancer du côlon et des reins.

Nutrution

Le coing représente un fruit intéressant de par son contenu élevé en eau et en antioxydants. C’est un très bon régulateur du transit intestinal de par sa richesse en fibres et en particulier en pectine au fort pouvoir gélifiant.

1.jpg

 

Bien choisir son coing

Lors de sa récolte, le coing peut peser entre 200 et 300 g. C'est un fruit dont la forme est proche de celle de la poire. Il possède une peau jaune et duveteuse et une chair ferme et très odorante.

Carte d'identité de l'aliment

  • Type : fruit ;
  • Famille : Rosaceae ;
  • Origine : Iran ;
  • Saison : octobre à novembre ;
  • Couleur : jaune ;
  • Saveur : acidulée.

10.jpg

 

Différences avec les aliments proches

Le coing est proche de la poire par sa forme et sa structure. Il a cependant un chair plus ferme que la poire et ne se consomme que cuit contrairement à sa cousine qui se consomme aussi bien cuite que crue.

Les différentes variétés

Il existe plusieurs variétés qui se différencient par leur forme: soit une forme de poire, soit une forme de pomme. Les variétés que l'on trouve le plus souvent sur nos étals sont: le Champion, le coing du Portugal et le géant de Vranja.

Achat du coing

Lors de l’achat, recherchez un fruit charnu et ferme avec une peau partiellement jaune.

Bien le conserver

S’il n’est pas complètement mûr, on le laisse mûrir à température ambiante. Ensuite, on peut le réfrigérer et le conserver quelques semaines au réfrigérateur. On peut également le congeler sous forme de purée. S’il est cru, le peler, le parer, le trancher et l’arroser de jus de citron avant de le mettre au congélateur.

 

Les contre-indications du coing

S'il est source de nombreuses vertus santé, le coing est déconseillé dans l'alimentation des femmes enceintes et des personnes sujettes aux ballonnements. Pourquoi ? Tout comme le chou, ce fruit est riche en mucilages, des substances végétales qui peuvent favoriser l'accumulation de gaz dans l'estomac et les intestins.

 

Histoire du coing

Les Grecs croyaient que le coing éloignait les mauvaises influences et était un symbole d’amour et de fertilité. Les Romains quant à eux utilisaient son huile essentielle pour concocter des parfums. Les pépins du coing servaient également de base pour du fixatif à cheveux. Le coing était surtout utilisé pour concocter de la confiture et des gelées. Le mot «marmelade» provient même du terme grec «marmelada» qui signifie confiture de coing. Ceci est dû à son haut contenu en pectine, une substance fibreuse épaississante.

2.jpg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel