UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique Alimentaire/Santé : la betterave rouge (bienfaits et méfaits), par Bayard.

D’une saveur unique douce et sucrée, la betterave rouge cuite est riche en vitamine B9 ou acide folique, source de manganèse et de potassium.

Elle a été classée parmi les légumes au plus fort pouvoir antioxydant, ce qui en fait une alliée pour lutter contre les effets des radicaux libres qui favorisent un vieillissement cellulaire prématuré.

1.jpg

Profil nutritionnel de la betterave

Constituée principalement d’eau (en moyenne 87 %), la betterave cuite apporte 47,2 kcal/100g, une quantité d’énergie qu’elle doit principalement aux glucides qu’elle contient sous forme de sucres. La betterave est riche en vitamine B9 et source de manganèse et de potassium. Si sa teneur en polyphénols totaux est faible, elle apporte d’autres composés, des bétalaïnes reconnaissables à leur couleur violette, au fort pouvoir anti-oxydant. Elle se démarque par une teneur élevée en nitrates et en oxalates.

Quantité à servir

- 50 g pour les enfants de 3 à 6 ans,

- 70 pour les enfants de 7 à 11 ans,

- 90 à 120 g pour les adolescents et les adultes,

Dans le cadre du Programme National Nutrition Santé, il est conseillé de consommer par jour 400 à 500 g de fruits et légumes répartis en 5 portions.

4.jpg

 

Bienfaits pour la santé de la betterave

Les bienfaits santé de la betterave sont liés à sa composition nutritionnelle (vitamine B9, manganèse, potassium), à sa richesse en antioxydants, notamment en bétalaïnes, et à sa teneur en nitrates.

Les bétalaïnes, ainsi que les alimentations riches en bétalaïnes, en luttant contre le stress oxydatif et l’inflammation pourraient aider à prévenir l’athérosclérose, l’hypertension et le cancer.

Betterave et Cancer

Les légumes contiennent plusieurs composés comme les fibres, la vitamine C, les composés antioxydants… Une consommation suffisante et régulière contribue ainsi à la diminution du risque de certains cancers ( bouche, pharynx, larynx, œsophage, poumons).

Le fort pouvoir antioxydant de la betterave a été observé in vitro (sur des cellules de souris en laboratoire). Les tests menés ont montré sa capacité à lutter contre la formation de cellules cancéreuses sur des modèles de cancer de la peau ou du poumon.

Le processus cancéreux est favorisé par le stress oxydatif et l‘inflammation qui ont pour conséquence de modifier l’expression des gènes. La betterave rouge, et ses bétalaïnes, pourraient jouer un rôle dans la lutte contre ce processus.

5.jpg

Nitrates et cancer

La betterave est un légume riche en nitrates. De nombreuses études ont été menées pour évaluer leur potentiel cancérigène ainsi que celui de leurs produits dérivés (nitrites, nitrosamines) notamment sur le cancer de l’estomac. Une méta-analyse compilant les résultats de 49 études a montré que des apports élevés en nitrates étaient associés à un risque réduit de cancer de l’estomac, ce qui n’était pas le cas pour les nitrites et nitrosamines qui, au contraire, semblaient être des facteurs de risques.

Une autre méta-analyse d’études épidémiologiques a trouvé des résultats comparables avec un risque accru de tumeurs cérébrales et de la thyroïde avec les nitrites. Par contre, elle n’a pas établi d’association significative entre les nitrates/nitrites et les cancers du sein, de la vessie, de l’œsophage, colorectal, du rein, de l’ovaire et du pancréas.

Betterave et maladies cardiovasculaires

La consommation de fruits et légumes est associée une diminution du risque cardiovasculaire. Leurs effets cardio-protecteurs seraient dus à leurs propriétés anti-oxydantes, anti-inflammatoires, antiplaquettaires, et à leur impact sur la diminution de la pression artérielle, la modification du métabolisme lipidique, la régulation de la glycémie, l’amélioration de la fonction endothéliale et l’atténuation des dommages myocardiques.

6.jpg

Nitrates et maladies cardiovasculaires

Il est fréquent de conseiller une alimentation riche en fruits et légumes en cas de maladies cardiovasculaires comme dans le cadre du régime DASH (Dietary Approaches to Stopping Hypertension). L’effet bénéfique observé de ce régime sur la tension serait notamment dû à la présence des nitrates inorganiques.

Une autre étude a montré que, selon le type de fruits et légumes choisis dans le cadre de ce régime, il pouvait y avoir une très forte variabilité (174 mg à 1222 mg) dans les apports en nitrates. Ce dernier chiffre est bien supérieur à la DJA retenue par l’Efsa.

Une revue réalisée en 2018 portant sur 55 articles scientifiques a montré que les apports médians en nitrates chez les personnes bien portantes et les patients étaient respectivement de 108 et 110 mg/jour : des quantités inférieures à la DJA. L’association entre l’apport de nitrates et les maladies cardio-vasculaires nécessite des études complémentaires.

7.jpg

Nitrates et hypertension artérielle

De nombreuses études ont porté sur la betterave et ses effets bénéfiques liés notamment à sa teneur en nitrates. Ceux-ci au sein de l’organisme subissent plusieurs transformations, passant par la forme nitrites (dans la bouche) pour ensuite donner de l’oxyde nitrique (dans l’estomac). L’oxyde nitrique contribue à réduire la pression artérielle et favorise un bon fonctionnement de l’endothélium des parois vasculaires.

Les nitrates inhibent également l’agrégation plaquettaire, et contribuent à améliorer les performances physiques chez les personnes avec une atteinte artérielle périphérique (artérite).

Une étude menée en 2008 chez des volontaires sains a montré que la consommation quotidienne de 500 ml de jus de betterave favorisait une diminution significative de la pression artérielle (systolique et diastolique) comparativement à de l’eau. Cet effet est corrélé à l’augmentation du taux de nitrites circulants qui favorise une vasodilatation des vaisseaux et une diminution de la pression artérielle.

Une étude parue en 2013 réalisée chez des personnes hypertendues non traitées a montré que la consommation quotidienne de jus de betterave (250 ml) a favorisé une diminution de la pression artérielle de 10 millimètres de mercure (mm Hg).

Une étude prospective publiée en 2018 a mis en évidence une association entre la concentration de nitrates dans l’urine et la prévalence de maladies cardiovasculaires. Une concentration élevée est associée à une fréquence moindre d’hypertension, d’accident vasculaire cérébral et un risque moindre de mortalité cardiovasculaire.

Ces études témoignent de l’intérêt de consommer des légumes comme la betterave pour préserver une bonne santé cardiovasculaire, notamment par son action sur la pression artérielle.

8.jpg

 

MEFAITS DE LA BETTERAVE

Des intoxications alimentaires collectives récurrentes

En cause : un risque d'intoxication alimentaire. Plusieurs cas de troubles digestifs, de nausées et de vomissements, se manifestant rapidement après la consommation de betteraves rouges n'ayant pas été préalablement cuites ont ainsi été signalés de façon récurrente à la DGCCRF. Le dernier épisode a concerné 42 personnes fin 2016 dans un centre de loisirs des Pays-de-la-Loire. Des intoxications similaires ont été identifiées dans d'autres pays.

Dans son communiqué, la DGCCRF appelle les particuliers, mais aussi les professionnels de la restauration collective et les cantines scolaires, à cuire la betterave avant de la mettre au menu dans des préparations froides."Malgré une bibliographie fournie, aucune explication scientifque ne permet de connaître la cause des intoxications alimentaires collectives liées à la consommation de betteraves crues", conclut-elle.

L'alimentation crue ne convient pas à toutes les personnes

Il n'est pas question de se priver des bienfaits santé nombreux de la betterave rouge. Alors, dans l'attente des résultats d'investigations complémentaires sur la cause précise de ces intoxications, mieux vaut la cuire avant de la manger froide, surtout si elle doit être servie à une personne vulnérable ou sensible comme un enfant, une personne âgée ou immuno-déprimée.

Si l 'alimentation crue permet de préserver les nutriments, notamment les vitamines vulnérables à la chaleur, elle augmente aussi le risque d'exposition à des bactéries. En raison de leurs fibres, plus difficiles à assimiler, les crudités sont de toute façon déconseillées aux personnes souffrant du syndrome du côlon irritable ou de troubles digestifs.

Betterave – obésité – diabète

La prévalence de l’ obésité progresse dans le monde avec pour conséquence l’augmentation du diabète de type 2.

Une revue de la littérature scientifique a montré que les nitrates et les nitrites, en augmentant la production d’oxyde nitrique et en prévenant son déficit, contribuent à réduire le stress oxydatif lié à l’excès de poids et à augmenter la sécrétion d’insuline

Une autre revue scientifique a montré que la consommation de jus de betterave, outre son impact sur la pression artérielle, favorisait une réponse glycémique post prandiale plus tardive et diminuait le pic de glucose.

Une étude pilote menée en 2019 chez des volontaires sains en surpoids ou obèses, a montré que la consommation quotidienne de 2,8 g de feuilles sèches de betteraves pendant 4 semaines a favorisé une diminution significative du LDL cholestérol. Ces résultats suggèrent un effet potentiel bénéfique de la consommation de feuilles de betterave sur la santé des personnes en surpoids ou obèses qu’il est important de confirmer par des études complémentaires.

Betterave et lithiase rénale

La betterave fait partie des légumes riches en oxalates dont les apports sont limités en cas de lithiase rénale oxalique. Une portion (1/2 cup américaine: environ 120 g) apporte en moyenne 76 mg d’oxalates. En cas de doute, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Betterave et grossesse

L’état nutritionnel des femmes avant et pendant la grossesse joue un rôle capital dans la croissance et le développement du fœtus. Un déficit en vitamine B9 peut être à l’origine de malformation du tube neural. C’est pourquoi une supplémentation sous forme de médicament est préconisée avant la grossesse et jusqu’à 12 semaines.

Les besoins en cette vitamine sont augmentés en période péri-conceptionnelle (huit semaines avant et huit semaines après la conception), passant de 330 à 440 μg/j. Une portion de 90 à 120 g de betterave cuite apporte 72 à 96 ug de vitamine B9 soit 16,3 à 21,8 % des apports recommandés.

12.jpg

Histoire et botanique

Histoire

La betterave rouge est une plante originaire des bords de la méditerranée. Dans l’Antiquité, elle était reconnue pour ses vertus médicinales. Cuisinée dès le IIème siècle, elle devint un ingrédient de la gastronomie anglaise à l’époque médiévale. En France, sa consommation se répand surtout à partir du XIXème siècle.

Botanique

Nom scientifique : Beta vulgaris

Famille : Chenopodiaceae

La betterave rouge est une plante rustique dont la culture ne réclame pas de soins particuliers. Une fois cueillie, elle fait l’objet de soins attentifs. La betterave pousse en pleine terre. Ses racines sont recueillies à l’été, avant les premières gelées car elles craignent l’impact du froid.

2.jpg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel