UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique Alimentaire/Santé : le poivre (bienfaits et méfaits).

À chaque repas, vous en mettez dans votre assiette, mais savez-vous tout le bien que cela vous fait ?

Le poivre noir est l’épice la plus consommée.

Sur toutes les tables, on trouve un poivrier. Même le pire des fast-foods continue à vous donner des petits sacs en papier contenant du poivre.

Mais avant de vous dire les bienfaits du poivre pour votre santé, qui expliquent qu’il soit si répandu, une précision s’impose.

Rien n’est vrai si vous consommez du poivre bon marché, en réalité dénaturé.

1.jpg

 

Si votre poivre est déjà moulu et vieux de plus de 3 mois, s’il n’a qu’un vague goût de poussière, s’il ne pique pas, s’il ne vous chatouille pas les narines et ne vous fait pas éternuer… n’en avalez pas !

Le poivre est, et a toujours été, un produit précieux. Portugais et Hollandais se sont livré des guerres sans merci pour contrôler son commerce. Mais aujourd’hui encore, des flibustiers cherchent à vous vendre du poivre frelaté. Et vous devez payer le prix fort pour un poivre de haute qualité.

Certains poivres moulus étaient constitués en partie de baies avortées, de poivre épuisé, de grignons d’olive ou d’autres « excipients ».

Cela expliquerait que les poivres moulus soient en général vendus moins cher au poids que le poivre en grains, alors même que le broyage engendre un coût supplémentaire.

 

Il existe différents types de poivres :

Il faut savoir que chaque type de poivre vient au départ des mêmes fruits qui sont cueillis à des moments différents. Le fruit est tout d’abord vert, puis rouge, puis brun.

– Le poivre noir : provient au départ de fruits rouges et devient, en séchant, ridé et noir. Il est le plus aromatique et piquant de tous les poivres.

– Le poivre blanc : provient également de fruits rouges mais que l’on a bouilli pour en enlever l’écorce (d’où la couleur blanche). Celui-ci est le moins piquant de tous.

– Le poivre gris : est le résultat d’un mélange entre le poivre noir et le poivre blanc. Il est souvent vendu moulu.

– Le poivre vert : est cueilli quand le fruit n’est pas encore mûr. Il est moins piquant que le noir.

– Le poivre rose : appelé également « faux poivre » est originaire, au départ, de l’île de la Réunion. Celui-ci est légèrement piquant mais est très aromatique.

3.jpg

 

Choisir un bon poivre

Le poivre de bonne qualité est rond, compact, lourd, et a un fort goût. Une fois moulu, il garde ses propriétés trois mois, plus s’il est réfrigéré.

Pour être sûr, voici des poivres d’appellation d’origine contrôlée :

  • le poivre « Malabar MG1 », originaire de la côte de Malabar en Inde, berceau du poivrier ;

le Tellicherry TGSEB (grade Tellicherry Garbled Special Extra Bold), originaire du même endroit.

Servez-vous d’un moulin

Veillez à moudre vous-même votre poivre, en évitant les grains trop vieux et desséchés.

Avec un bon moulin, type Peugeot, vous jouirez du parfum et de la puissance étonnante des arômes d’un bon poivre.

Vous pourrez en mettre presque partout, y compris sur le fromage ou même les fraises et le melon pour en rehausser le goût. On fait actuellement de très bons sorbets au poivre.

4.jpg

 

BIENFAITS

Le poivre conserve

Le poivre noir a longtemps été recherché pour ses propriétés antibactériennes. Avant la réfrigération, paysans et cuisiniers l’utilisaient pour conserver les viandes et autres aliments.

Les charcuteries (saucisson au poivre) ou les poissons fumés (haddock) étaient conservés avec du poivre.

Le poivre est riche en nutriments essentiels

Le poivre est une source importante de vitamines B, C et K, ainsi que de minéraux : fer, magnésium, phosphore et potassium.

Il aide, en outre, à absorber les nutriments présents dans les plantes. Les personnes qui prennent de la curcumine savent que celle-ci est souvent associée, dans les compléments alimentaires, à de la pipérine pour augmenter son absorption.

Le poivre pique, mais il est anti-inflammatoire

Malgré son goût piquant, le poivre est anti-inflammatoire.

Il contient un composé chimique appelé « pipérine ». L’extrait de pipérine a fortement réduit les douleurs d’arthrite en quatre à huit jours et une diminution de l’inflammation dans l’articulation des chevilles.

Le poivre contient des terpènes qui modulent les récepteurs de la douleur

Le poivre contient des terpènes qui modulent les récepteurs de la douleur.

L’huile essentielle de poivre noir est, d’ailleurs, très réputée pour son efficacité contre les douleurs dentaires : on la dilue dans de l’huile végétale et on l’applique à l’endroit douloureux avec un coton-tige imbibé.

5.jpg

 

Le poivre libère les voies respiratoires

Le poivre fait éternuer, c’est bien connu.

Plus précisément, il dissout les mucus et le phlegme, favorisant leur expulsion.

Le poivre noir aide à soulager les symptômes de l’asthme et les encombrements des voies respiratoires. En médecine ayurvédique (médecine traditionnelle indienne), il était utilisé comme tonique contre le rhume et la toux.

Le poivre aide à digérer

Le poivre aide à la digestion. C’est pourquoi on le trouve sur toutes les tables. Il agit sur l’estomac, l’intestin grêle et le côlon, ce qui explique sa popularité en cuisine.

Il améliore la santé de votre microbiome en favorisant les bactéries probiotiques dans le côlon.

Il facilite le transit et empêche les coliques, la constipation, les ballonnements et la diarrhée.

Bien que beaucoup de médecins vous conseilleront d’éviter le poivre si vous souffrez d’une inflammation de l’intestin, les études montrent que le poivre aide à soulager les ulcères, en particulier les ulcères peptiques.

Il lutte contre les nausée.

Comme toutes les épices, il parfume les plats et limite ainsi l'utilisation de sel, qui favorise l'hypertension. Et il agit aussi sur les graisses, qui ralentissent la digestion.

6.png

 

Le poivre est un antidépresseur

Car la pipérine stimule la production d’endorphines, on note un effet anti-dépresseur car les endorphines procurent une sensation de bien-être. Il est recommandé en naturopathie pour lutter contre la dépression, l’anxiété, l’insomnie et la peur.

Le poivre lutte Contre la fièvre

L’huile essentielle de poivre dans un bain stimule la transpiration et participe à faire baisser la fièvre. Cet effet « fébrifuge » (qui a la propriété de combattre la fièvre) est aussi utilisé dans certains médicaments comme le Poconeol n°22 qui contient du poivre et qui est conseillé pour soigner les accès fébriles ou l’hyperthermie (augmentation de la chaleur du corps sous l’effet de la fièvre ou à cause de l’environnement).

Le poivre rend intelligent !

Le poivre est aussi un protecteur du cerveau. La pipérine augmente les fonctions cognitives et la mémoire en stimulant les voies chimiques dans le cerveau. Des recherches préliminaires suggèrent que les patients atteints d’Alzheimer et de démence sénile pourraient retirer des bienfaits d’une plus grande consommation de poivre noir frais.

Le poivre aide à bronzer

Selon des recherches anglaises, la pipérine peut aussi aider à traiter le vitiligo, une dépigmentation de la peau, qui devient blanche dans certaines zones. Manger du poivre serait bon pour favoriser le bronzage avant de s’exposer au soleil, et protégerait la peau contre les taches de vieillesse, les rides et la dégénérescence maculaire.

Chaque fois, donc, que vous donnez un tour de moulin à poivre au-dessus de votre assiette, vous faites pleuvoir des bienfaits pour votre santé dans votre assiette, bien plus que ne le laissent imaginer ces modestes grains gris et noirs !

2.jpg

 

Le poivre a des propriétés aphrodisiaques

Pourtant les vertus aphrodisiaques du poivre, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes, sont connues depuis bien longtemps.

Plus cartésiennes, de nombreuses études ont montré que le poivre provoque une dilatation micro-vasculaire sur les organes sexuels, notamment au niveau de l’utérus des femmes.

De plus, la pipérine, principe actif du poivre, augmente le taux de coenzyme Q10 dans le sang, qui lui-même permet d’augmenter le flux de sang dans tous les organes pénis compris. C’est un tonifiant naturel.

Le poivre est donc un bon moyen d’améliorer l’état d’impuissance, de dysfonctionnement de l’érection et d’avoir des érections plus endurantes.

Le poivre a des vertus aidant à la désaccoutumance au tabac

toujours plus étonnant, le poivre aide les personnes qui veulent arrêter de fumer ! Comment ? La pipérine réduit les symptômes découlant du sevrage du tabac et aide à résister à l’envie de fumer.

Le poivre a des propriétés détoxifiantes et assainissantes

En stimulant le foie, la pipérine permet une meilleure production de bile qui s’occupe de débarrasser le corps des toxines.

Poivre et curcuma associés ont des vertus antioxydantes et donc anti-cancers 

C’est toujours délicat de parler de ce sujet car on marche sur des œufs. Il convient de rappeler qu’on parle ici de propriétés pour la santé, pas de médicaments miracle. C’est dans son association avec le curcuma que le poivre possède ses vertus anticancéreuses aidant à prévenir les métastases, du cancer du sein notamment.

La curcumine et la pipérine inhiberaient l’auto-renouvellement des cellules souches du cancer du sein. 

12.jpg

Lorsque l’on mange du curcuma, la curcumine est faiblement absorbée et rapidement éliminée par l’organisme. La consommation simultanée de curcuma et de poivre montre une très forte augmentation de l’absorption de curcumine, environ 20 fois supérieure par rapport à une consommation sans poivre.

Le poivre améliore l’efficacité antiseptique, antibactérienne et surtout anti-inflammatoire du curcuma. C’est la pipérine qui empêche le processus d’élimination de la curcumine.

Le poivre a des vertus diurétiques

En dilatant l’artère rénale, le poivre permet d’augmenter la production d’urine. De plus, il dilate les vaisseaux capillaires de la peau et permet donc une meilleure transpiration.

Le poivre a des propriétés antibactériennes 

Le poivre possède des vertus antibactériennes très efficaces notamment contre certaines bactéries parmi lesquelles le Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa, Plesiomonas shigelloides, etc.

Ses vertus antibactériennes en font un remède contre la toux et le rhume, notamment en médecine ayurvédique (Inde) où le poivre est très employé pour cet effet. Associé à ses propriétés anticongestionnantes, il permet de déboucher le nez et de soulager les symptômes du rhume et de la grippe. Il permet d’éliminer les mucosités et est un désinfectant naturel.

Si vous souffrez de maux de gorge vous pouvez préparer cette petite recette de grand-mère : faites infuser 20 grains de poivre juste concassé dans 25 cl d’eau bouillante avec 2 gousses d’ail. Sucrez abondamment avec du miel et buvez-en 1 tasse 3 fois par jour.

 

7.jpg

 

MEFAITS

Les désagréments du poivre

La pipérine contenue dans le poivre est irritante pour les muqueuses. C’est pour cela que respirer du poivre peut chatouiller le nez ou provoquer des éternuements.

Lorsqu’elle est absorbée, la pipérine fait un long trajet dans le corps. Il est déconseillé de consommer du poivre en cas d’ulcère à l’estomac ou d’hémorroïdes car la pipérine continue son œuvre partout où elle passe. Comme tous les assaisonnements, le poivre irrite l’intestin et peut aggraver une gastrite existante (inflammation ou plaie de la muqueuse de l’estomac). Il est plus prudent d’arrêter de manger du poivre et d’autres épices le temps que ces problèmes soient soignés.

Pour terminer, le poivre favorise le métabolisme lent. Donc, il n’est pas très recommandé pour les personnes en convalescence ou qui ont besoin de reprendre des forces.

S’il pénètre dans les yeux, il peut entraîner des rougeurs.

Pendant la grossesse et l’allaitement, la consommation de poivre doit être limitée.

9.jpg

 

Le poivre en poudre ou moulu a des impacts sur la santé et sur l’environnement

Outre l'utilisation de pesticides dont certains sont interdits par l’Union européenne, le poivre moulu est généralement coupé avec ce qu'on nomme "poivre épuisé". Cette substance est obtenue à la suite de l'extraction des deux molécules principales du poivre : l'huile essentielle et la pipérine.

  • Pour extraire l'huile essentielle présente dans le poivre, il faut distiller l'eau dans laquelle les grains sont déposés. Une fois la distillation faîte, l'huile essentielle peut être récupérée.

  • Pour extraire la pipérine, le procédé est bien plus dangereux. Il faut faire tremper les grains dans du solvant fait à base de pétrole (nommé "hexane") qui, une fois chauffé, va permettre de récupérer la pipérine.

Le poivre épuisé désigne donc les restes obtenus lors de l'extraction de ces deux molécules, et est très souvent mélangé avec du poivre en poudre. Une fois broyé, il est très difficile, voire même impossible de différencier du poivre en poudre du poivre épuisé. En mélangeant ces deux poudres, on obtient donc un produit réalisé à 100 % avec du poivre, mais pas entièrement avec des grains de poivre.

Bien que normalement, le poivre en soi facilite la digestion, soulage la douleur, et ne présente pas de risque sur notre santé si on en surconsomme, ce poivre a un impact considérable sur notre organisme.

De plus, on retrouve des résidus de carbendazime qui permet d’éliminer les champignons sur la plante, de l’imidaclopride et la thiamethoxam qui est principalement responsable de l’extinction des abeilles.

Le désir de produire du poivre moulu répond donc à une stratégie de standardisation du produit axé sur la quantité. À défaut d’apporter une réelle qualité au produit, le poivre moulu comporte en outre un intérêt commercial. Un sac de poivre en grains équivaut à une dizaine de sacs quand l’épice est transformée en poudre.

Si vous éternuez en sentant du poivre, c'est à cause de la poussière présente dans le pot. Le véritable poivre en grain ne fait pas éternuer, au contraire, c'est un plaisir olfactif. Lorsque celui-ci est récolté et broyé, une multitude de corps étrangers y sont présents. Parmi eux, nous pouvons citer la poussière, la terre ou les résidus de plastiques. Pour un rendement plus rapide et moins coûteux, de nombreuses entreprises ne trient pas correctement ces résidus qu'ils laissent au contact du poivre. Résultat ? Nous les ingérons en pensant consommer du poivre de qualité.

Ce constat désastreux concernant le poivre moulu ne doit cependant pas vous empêcher de consommer du véritable poivre en grain. En s'informant sur sa provenance, ses conditions d'exploitation ou tout simplement en regardant les labels présents sur les emballages, il n'y aura aucun risque pour votre santé.

8.jpg

 

Comment le consommer ?

• En fin de cuisson : concassé dans un mortier ou bien moulu à la minute, on l'utilise en fin de cuisson (sur feu vif notamment) car la chaleur lui fait perdre son goût délicat et le rend amer.

• En tisane : portez à ébullition 25 cl d'eau. Éteignez le feu avant d'y ajouter 20 grains de poivre. Laissez infuser à couvert puis filtrez. En plus de ses propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires, cette tisane facilite la digestion. Facultatif : vous pouvez ajouter une touche de miel à la préparation pour en adoucir le goût.

• En marinade : parfait pour les viandes rouges mais aussi pour les filets de poulet. Pilez 1 petit sac de poivres (baies roses, noir et blanc), ajoutez une gousse d'ail écrasée et 20 cl d'huile d'olive puis faites-y mariner l'ingrédient 12 à 24 heures au frais.

 

11.png

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL