UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

THEÂTRE : Feu la mère de Madame, par Thomas Planquert.

102399925_2873220439454016_1356160679903494144_n.jpg

Des classiques des années 1900...

Un siècle après leur création et quarante ans après leur diffusion dans un Au Théâtre Ce Soir encore en noir et blanc, ils ne sont pas démodés, bien au contraire.

Feu la mère de Madame demeure ainsi d'une modernité absolue, tout comme ses interprètes.

Ce n'est pas pour rien que Micheline Boudet et Jacques Charon sont devenus des piliers de la Comédie Française, et qu'ils sont entrés dans la légende du théâtre.

Ils ont en effet l'art de jouer des situations absurdes avec une rigueur souriante et un sens du classique qui, plus que jamais, méritent notre respect et notre admiration.

101197916_1173632223012156_7375099858216026112_n.jpg

FICHE

Première représentation au Théâtre Marigny le Samedi 13 Avril 1968.

Dâte de première diffusion TV le  Lundi 5 Août 1968 (TF1)

Durée 50 mn. (Noir et blanc)

Une pièce de Georges Feydeau

Mise en scène de Jacques Charon

Réalisation de Pierre Sabbagh

Décors de Roger Harth et Jean-Denis Malclès

Costumes de Donald Cardwell et Jean-Denis Malclès

Avec : Micheline Boudet (Yvonne), Jacques Charon (Lucien), Louise Conte (Anette), Jean-Paul Roussillon (Joseph)...

101360973_251010442846806_2446715445441462272_n.jpg

 

L'HISTOIRE

Cette comédie courte et sans prétention fut présentée en 1908 à la Comédie Royale.

Fidèle à sa dernière manière, Feydeau s'est plu à y mettre en scène l'un de ces ménages mal accordés dont il a la spécialité : le mari faible et stupide aux prises avec une impitoyable mégère.

Ici la situation, déjà embrouillée, se complique grâce à un quiproquo sinistre qui détermine les réactions comiques attendues.

101286442_2992944230788545_1630895641745948672_n.jpg

 

CRITIQUES

Le théâtre de de grand-papa ne vieillit pas pour la bonne raison qu'il n'a pas d'âge. Les fausses balourdises de Feydeau forcent le sourire, même si on les a déjà entendues mille fois.

Les comédiens du français, remarquables bien sûr (c'est de tradition), font passer un vent d'air pur et frais sur la scène de Au Théâtre Ce Soir. On aimerait retrouver plus souvent cette précision des gestes, cette intelligence d'un texte et cette perfection de la diction.

Sous ses aspects riants, Feu la mère de Madame est une pièce amère, dont l'amertume atteint même, parfois, la noirceur d'un Strindberg.

Feydeau manie la logique avec une rigueur parfaitement absurde. Feu la mère de Madame annonce tout le théâtre moderne de la seconde partie du XXème siècle.

Un moment irrésistible de solennité cocasse et de dignité burlesque.

101706984_268671007586384_1143772030265458688_n.jpg

REPLIQUES CULTES

1) Lucien

Tu ne sais peut-être pas seulement ce que c'est qu' Amphitrite ?

Yvonne

Oh, oh, n 'es-ce pas. Ah ah, je ne sais pas ce que c'est. C'est une maladie du ventre.

Lucien

Quoi ?

Yvonne

Absolument

Lucien

Une maladie du ventre ? C'est la déesse de la mer.

Yvonne

Oh ? Ah oui, bah je confonds, je confonds avec l'entérite.

 

2) Lucien

Entre le rare et l'unique, il y a encore une marge.

 

3) Yvonne

En quoi te déguises tu ? En Roi Soleil ! Ah Ah ! Se mettre en Roi Soleil par un temps de pluie, c'est ridicule.

Lucien

Merci, c'est toi qui es folle.

Yvonne

Seulement, voilà, ça te flattait de te pavaner en Louis XV.

Lucien

XIV

Yvonne

Quoi XIV ?

Lucien

Le Roi Soleil, c'était Louis XIV.

Yvonne

Oh, soit Louis XIV. C'est bien toi ça, tu vas me chicaner pour un Louis.

101427986_296758344673303_949281467127562240_n.jpg

4) Yvonne

Comme si t'aurais pas mieux fait de les mettre de côté, ces onze francs soixante-quinze pour payer le tapissier, tiens !

Lucien

Je lui dois 800 francs, je ne me vois pas lui offrant onze francs soixante-quinze.

 

5) Joseph

Quand je dis très malade, c'est une façon de parler, parce que à vrai dire, elle est plutôt... elle est plutôt... elle est plutôt morte.

Lucien

Allons bon, voilà ce que je craignais.

Joseph

On m'a recommandé de préparer doucement Madame pour ne pas la révolutionner.

Lucien

Ah quelle catastrophe, juste au moment où on allait se coucher.

 

6) Lucien

Allons, un peu de courage, que diable, tout espoir n'est peut-être pas perdu.

Yvonne

Qu'est-ce qu'il peut arriver de plus, voyons, puisqu'elle est morte.

Lucien

Justement, justement, le plus terrible est passé, il faut se faire une raison.

78630834_914736752330385_2700179620405182464_n (1).jpg

7) Yvonne

Comment as-tu pu te laisser aller à l'appeler "chameau" ?

Lucien

Je pensais pas qu'elle mourrait.

Yvonne

Voilà, c'est ton châtiment aujourd'hui. Oh quel remord de penser qu'elle est partie avec le souvenir de ton manque de respect.

 

8) Lucien

Vous allez m'aider.

Joseph

Oui, Monsieur.

Lucien

Vous êtes intelligent ?

Joseph

Oh oui, Monsieur.

Lucien

Ouais.

 

9) Joseph

Vous m'engueulez parce que votre mère n'est pas morte, mais je n'y peux rien.

101234441_618613955414084_4092416122924564480_n.jpg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL